Google Shopping : les accusations de la Commission européenne rejetées en bloc

Le par  |  20 commentaire(s) Source : Google Europe Blog
Europe logo pro

Soupçonné d'abus de position dominante et de manipulation des résultats de recherche dans le cadre du service Google Shopping, le groupe américain réfute en bloc les accusations de Bruxelles qui seraient déconnectées de la réalité.

Google-Mountain-ViewLe géant Google fait l'objet de plusieurs investigations de la part de la Commission européenne pour abus de position dominante et l'une des enquêtes vise son service de comparaison de prix Google Shopping.

Soupçonné de mettre en avant dans les requêtes sur son moteur de recherche ce service par rapport à des offres concurrentes, le groupe rejette une nouvelle fois les accusations portées.

Son responsable juridique, Kent Walker, explique de nouveau dans un billet de blog que ce que la Commission européenne prend pour un mécanisme favorisant ses services au détriment de la concurrence est en fait un mode d'optimisation des recherches en ligne pour fournir des résultats plus pertinents et qui doit profiter au plus grand nombre.

"Nous n'avons jamais affaibli la qualité de la pertinence des informations que nous affichons. Au contraire, nous l'avons améliorée. Ce n'est pas du favoritisme - c'est écouter nos clients", indique ainsi Kent Walker. Dans une seconde réponse faite à Bruxelles, Google estime que la vision de la Commission européenne est déconnectée de la réalité du shopping online.

Le groupe américain rappelle la multiplicité d'accès possible aux portails des marchands et le fait que les consommateurs passent plus souvent par des applications dédiées que par les moteurs de recherche pour trouver des produits et que l'accusation de position dominante n'est donc pas tenable, en citant l'exemple du marché allemand où un tiers des consommateurs débutent leur recherche directement via Amazon, tandis qu'ils ne sont que 14,3% à passer par Google.


Divergence de conception sur le shopping online
L'entreprise met également en avant le fait que d'autres acteurs proposent des outils de comparaison des prix et des fonctionnalités des produits, et que de nombreux portails de comparaison de prix ont vu le jour ces dernières années, avec inévitablement des succès et des échecs.

Google suggère donc que la Commission européenne, en voulant l'empêcher de faire évoluer ses algorithmes, cherche à imposer un fonctionnement de Google Shopping qui n'est pas celui pratiqué par les consommateurs.

Pour Kent Walker, les accusations de la Commission européenne manquent de consistance et risquent de "limiter notre capacité à rendre service à nos clients, juste pour satisfaire les intérêts d'un petit groupe de sites Web". Il souligne enfin que Google reste prêt à collaborer avec la Commission pour trouver un terrain d'entente.

Le groupe a également répondu aux griefs portant sur Adsense et doit faire de même dans les prochains jours pour son système d'exploitation mobile Android. Il reste à voir comment va réagir Bruxelles à cette réponse, alors qu'il se murmure que Google pourrait écoper d'une amende allant jusqu'à 3 milliards d'euros sur ce seul dossier...

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 2

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1931106
Déconnectées de la réalité ?????? mais de qui se moquent ces voyous ??????
C'est même largement en dessous de la réalité !
Google joue sur le désamour contre l'Europe pour se positionner en victime....
Le #1931108
"Juste pour quelques sites web" Fallait l'oser celle la.... ce sont leurs concurrents les petits sites web....
Faut crever ces voyous
Le #1931110
"...et qui doit profiter au plus grand nombre...">>d'actionnaires...

Je veux bien qu'à Bruxelles, ce soient pas des épées, mais là, ils ont bon, quand même...
Le #1931126
lebonga a écrit :

"...et qui doit profiter au plus grand nombre...">>d'actionnaires...

Je veux bien qu'à Bruxelles, ce soient pas des épées, mais là, ils ont bon, quand même...


""...et qui doit profiter au plus grand nombre...">>d'actionnaires."
=>Tu m'as piqué ma blague
Le #1931132
Eeet... C'est quoi, ce gogole..??
Le #1931149
Même si Google favorise les produits Google, en quoi est-ce répréhensible ? N'est-ce pas ce que font 100% des entreprises dans le monde ? Si les gens ne veulent pas des algorithmes de Google, ils peuvent aller à la concurrence, il n'y a aucune obligation d'utiliser ce moteur de recherche..
En quoi la Commission européenne est compétente sur ce sujet ?
Le #1931156
La Commission Européenne est compétente pour juger des "abus de position dominante", qui entravent la concurrence, quel que soit le domaine.

En réalité, elle a déjà trop tendance à s'écraser devant certaines très grosses multinationales ... on ne peut donc lui reprocher de trop en faire !
Le #1931163
S'il y a bien un abus à dénoncer, c'est cette notion-même d'abus de position dominante, alternative politiquement habile au protectionnisme décomplexé à la chinoise et destinée à une population qui veut le beurre et l'argent du beurre.

Et ne crachez pas trop sur les actionnaires de Google parce que c'est principalement eux qui payent votre Gmail gratuit, votre Drive gratuit, etc. Et le moteur de recherche, bien sûr. Et plein d'algos dans le domaine public.
Le #1931181
ahtur a écrit :

S'il y a bien un abus à dénoncer, c'est cette notion-même d'abus de position dominante, alternative politiquement habile au protectionnisme décomplexé à la chinoise et destinée à une population qui veut le beurre et l'argent du beurre.

Et ne crachez pas trop sur les actionnaires de Google parce que c'est principalement eux qui payent votre Gmail gratuit, votre Drive gratuit, etc. Et le moteur de recherche, bien sûr. Et plein d'algos dans le domaine public.


Rien à foutre du gmail, drive, moteur de recherche etc. Et ce n'est pas gratuit, ça nous coûte le concept même de vie privée, donc au contraire c'est bien plus cher que certaines alernatives à 40$ par an telles que Fastmail pour les e-mails (qui pour ce prix là gère jusqu'à 50 domaines, ce que gmail facture bien plus cher ! pas si "gratuit" que ça le gmail...)
Le #1931203
bugmenot a écrit :

ahtur a écrit :

S'il y a bien un abus à dénoncer, c'est cette notion-même d'abus de position dominante, alternative politiquement habile au protectionnisme décomplexé à la chinoise et destinée à une population qui veut le beurre et l'argent du beurre.

Et ne crachez pas trop sur les actionnaires de Google parce que c'est principalement eux qui payent votre Gmail gratuit, votre Drive gratuit, etc. Et le moteur de recherche, bien sûr. Et plein d'algos dans le domaine public.


Rien à foutre du gmail, drive, moteur de recherche etc. Et ce n'est pas gratuit, ça nous coûte le concept même de vie privée, donc au contraire c'est bien plus cher que certaines alernatives à 40$ par an telles que Fastmail pour les e-mails (qui pour ce prix là gère jusqu'à 50 domaines, ce que gmail facture bien plus cher ! pas si "gratuit" que ça le gmail...)


Ah bon, ça TE coûte ta vie privée quand d'autres gens utilisent ces services ? Si ça peut permettre à des gens aux revenus limités d'accéder à internet en connaissance de cause, je ne vois pas en quoi ça te regarde. Enfin, je doute (mais apporte-en la preuve, si tu l'as), que la régie publicitaire de google suffit à soutenir toutes ses infrastructures et tous ses services gratuit. Ça aussi, c'est un raccourci facile. L'investissement privé y est pour beaucoup.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]