SFR - Numéricâble : Un administrateur de Vivendi dénonce les pratiques discutables de Bouygues

Le par  |  3 commentaire(s) Source : AFP / Le parisien
numéricable opera youtube

Suite à la vente annoncée de SFR par Vivendi à Numéricâble, un des administrateurs de Vivendi rompt le silence et n'hésite pas à descendre Bouygues en flèche pour la pression menée par l'opérateur pendant les négociations.

Henri Lachmann, vice-président de Vivendi s'est ainsi récemment exprimé concernant les conditions du rachat de SFR par Numéricâble et notamment de l'attitude de Bouygues Télécom lors des négociations.

Henri lachmann Ce dernier évoque ainsi des " pressions spectaculaires et choquantes " émanant de Bouygues comme des pouvoirs publics qui ont pris parti pour l'opérateur " sans connaitre le dossier". D'après lui, " avec une fusion Bouygues-SFR, il y avait un risque de suppression de 5 à 6000 emplois." et ce, malgré les promesses de Martin Bouygues de conserver l'intégralité des postes " On peut faire partir des gens sans les licencier. Martin Bouygues a promis de conserver les personnels en doublon dans le groupe, mais pendant ce temps-là, ce sont des empois qui n'auraient pas été créés. Dans tous les cas, il y aurait eu de la casse sociale, tout le monde l'a reconnu, chez SFR comme chez Bouygues Telecom."

Puis Henri Lachmann passe à la vitesse supérieure : " Le refus de l'autre, le sectarisme de tout l'establishment ont certainement joué en faveur de Drahi ( le PDG de Numéricâble). Ce dossier est l'illustration de l'ostracisme dont est capable l'establishment français quand on n'est pas des leurs.", il dénonce ainsi le rejet du gouvernement de l'entrepreneur Patrick Drahi " Juste parce qu'il était inconnu, vivait en Suisse et dirigeait un holding dont le siège est au Luxembourg... Je comprends mieux pourquoi le FN a du succès... Martin Bouygues et ses cabinets de conseils ont eu une mauvaise conduite. Vous savez, on ne voit bien qu'avec le coeur."

Pour lui, l'acquisition de SFR par Numéricâble s'est travaillée depuis plusieurs années : " Ca faisait trois ans (Patrick Drahi) qu'il frappait à la porte de Vivendi, avec à chaque fois une offre qu'il a dû revoir. Il voulait SFR et il avait un vrai projet industriel de développement, contrairement à Bouygues qui cherchait une consolidation de la situation."

Enfin, pour mettre un terme aux rumeurs concernant le temps accordé à l'étude de chaque offre, il précise avoir accordé du temps à chaque intervenant : " J'ai vu Martin Bouygues deux fois deux heures, j'ai vu Roussat deux heures, j'ai même vu deux heures Xavier Niel et Maxime Lombardini chercher à me vendre Bouygues dans l'espoir de récupérer ses réseaux..."

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1720522
Mais bien sûr. Ils ont choisi pour l'emploi. Ils se foutent de qui ??? L'emploi ils n'en ont rien à faire. C'est juste qu'ils utilisent la corde sensible dans un pays traumatisé par la chômage et qui ferait n'importe quelle grosse connerie au nom de l'emploi. Notamment en détruire en pensant en sauver. Et si on laisse perdurer des emploi inutile (car on aurait pu s'en passer) c'est au détriment du consommateur et donc des emplois dans les autres branches (la'gent qu'on donne aux télécommunications on ne le donne pas autre part). S'il y a une donnée qui ne devrait JAMAIS être prise en considération c'est l'emploi (sinon en termes qualitatifs). C'est la seule qui semble être prise en considération. On vit dans dans une drôle d'époque avec de drôle de personnes.
Le #1720682
Et sinon peut être qu'un jour GNT utilisera le logo de NC à jour.

Celui-là il date. Ca fait pas très sérieux...
Le #1720862
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]