L'Atom fait son entrée dans le monde des serveurs

Le par  |  0 commentaire(s)
Intel Atom logo

Bytemark a décidé de louer des serveurs à base du petit dernier d'Intel : l'Atom. Proposé à bas prix et relevant de la très basse consommation, on aurait pu espérer un serveur au tarif très attractif. Il n'en est rien, mais l'idée pourrait être reprise par d'autres.

Intel Atom logoDepuis quelques temps, nous observons une certaine démocratisation dans le domaine de la location de serveurs dédiés. Dedibox avait sonné la charge avec sa première version : pour 29,99 € HT par mois, la société, filiale d'Iliad, proposait un serveur doté du processeur basse consommation de VIA, le C7. L'offre Dedibox s'est ensuite dédoublée, pour une V2 dont la version la plus économique, toujours pour 29,99 € HT, propose dorénavant un Celeron 220 en lieu et place du C7. Ce processeur, cadencé à 1,2 GHz, offre un TDP assez faible de 19 W (contre 20 auparavant).

OVH, de son côté, propose des serveurs dédiés à des prix encore plus intéressants : le Kimsufi 2008, à 19,99 € HT par mois, est lui aussi affublé d'un Celeron 220. Une autre offre, le serveur privé réel, dispose également du même processeur, pour 9,99 € cette fois mais avec un espace disque partagé en réseau de seulement 10 Go et deux fois moins de mémoire vive (512 Mo de DDR2). La consommation de ces machines, allumées 24/24, joue bien évidemment dans le montant pratiqué par les différentes sociétés.

L'arrivée de l'Atom, destiné au net-tops, pour 29 $ et une consommation allégée de 4 W, a un réel intérêt si l'on considère que le Celeron 220 consomme cinq fois plus et qu'il coûte 58 $ par unité pour 1000. C'est bien ce qu'a dû se dire la société anglais Bytemark en proposant un serveur à base d'Atom. Doté de 2 Go de DDRII et de deux disques durs de 100 Go en RAID1, l'offre paraît attractive. Cependant, le prix, fixé à 495 £ l'année, aurait tendance à nous faire déchanter. Ramené en euros, l'entreprise demande tout de même la coquette somme de 52 € par mois pour profiter de son offre.


Des performances elles aussi allégées
Pour ceux qui redoutent que la machine ne puisse suivre, Bytemark prétend que l'Atom serait comparable aux derniers Pentium III ou aux premiers PIV, des processeurs qui datent tout de même du tout début des années 2000. Ces affirmations sont assez difficiles à confirmer dans le sens où l'on ne dispose que de peu de tests de l'Atom jusqu'ici. Tout ce que l'on peut dire, c'est que l'Atom semble faire mieux que le VIA C7M, il reste bien en dessous de Sempron ou Celeron de même fréquence. Un bref test de ComputerBase semble montrer que l'Atom 1,6 GHz version mobile (N270) est tout juste au dessus d'un Pentium III-M à 1,16 GHz. Il serait d'ailleurs moins performant qu'un Celeron M 900 MHz.

Nous n'attendions pas forcément les processeurs Atom, clairement destinés aux marchés des ordinateurs à bas prix, sur des serveurs web. Si l'intérêt peut sembler tout relatif, on peut penser qu'ils suffiront pour de l'hébergement de sites de petite taille utilisant des technologies exotiques ou pour faire office d'un bureau et espace de stockage distant. Il se pourrait bien qu'une niche serveur se crée pour ce processeur atypique, et pour ses futurs concurrents : le Nano de VIA et le futur Bobcat d'AMD.
Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]