Piratage : Mega, 4Shared, Uptobox… attaqués dans une étude

Le par  |  2 commentaire(s)
Digital-Citizens-Alliance-etude-cyberlockers

Téléchargement direct et streaming, une étude pointe du doigt les cyberlockers qui prospèrent en véhiculant principalement du contenu illégal.

Proche de l'industrie américaine du divertissement, l'association Digital Citizens Alliance a publié plusieurs études sur l'impact économique de l'atteinte au droit d'auteur. Elle en publie une nouvelle étude commandée auprès de NetNames, une société spécialisée dans la protection des marques contre la fraude en ligne.

L'étude s'est intéressée à 30 services d'hébergement de fichiers. Des cyberlockers dont la moitié proposant du téléchargement direct et l'autre moitié du streaming. Selon cette étude, l'ensemble de ces cyberlockers génèrent des revenus annuels de 96,2 millions de dollars par an, soit 3,2 millions de dollars par site.

Digital-Citizens-Alliance-etude-liste-cyberlockers
Et pour l'étude, il n'y a pas de doute, ces cyberlockers prospèrent grâce à une présence à 80 % de contenus violant des droits d'auteur. Pour les cyberlockers faisant du téléchargement direct, la manne financière provient à plus de 70 % de comptes Premium et le reste de revenus publicitaires. Pour ceux impliqués dans le streaming, c'est avant tout la publicité.

Les cyberlockers les plus profitables seraient 4Shared, Mega et Uploaded pour le téléchargement direct. Pour le streaming : Putlocker, YouWatch et Streamcloud.

Indirectement, il s'agit de faire peser une partie de la responsabilité sur les intermédiaires de paiement et les régies publicitaires. Voilà qui n'est pas sans rappeler la nouvelle orientation de la Hadopi pour s'attaquer au téléchargement direct et au streaming illicites en asséchant les ressources financières de sites " massivement contrefaisants ". Déjà une partie de la liste en avant-première ?

L'étude s'est notamment appuyée sur des informations relatives au défunt MegaUpload pour parvenir à des estimations des revenus de plusieurs sites.

TorrentFreak estime cependant que l'étude fait " une erreur cruciale ". " L'échantillon, sur lequel le pourcentage de fichiers illégaux est basé, est tiré de liens qui sont affichés publiquement en ligne. Ce n'est certainement pas représentatif de l'ensemble du cyberlocker, du moins pas dans tous les cas. "

TorrentFreak prend notamment la défense de Mega, créé par Kim Dotcom après son aventure avec MegaUpload. " Pour Mega, l'étude a regardé 500 fichiers qui ont été partagés en ligne. Cependant, l'écrasante majorité des fichiers de Mega, soit plus de 500 millions, ne sont jamais partagés publiquement. "

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1809494
96,2 millions de dollars, c'est une goutte d'eau par rapport aux milliards de l'industrie du divertissement de la planète. Sans compter que beaucoup de ces 96,2 millions servent à payer des tops serveurs.

Bref, belle aveu que c'est une nuisance négligeable qui ne mérite pas dans faire une fixation, surtout si on compare aux centaines de milliards de la fraude fiscale des entreprises, des trafics en tout genre, dont la drogue etc.

Le #1809506
L'attaque de Mega n'est pas justifiée car les fichiers partagés sont une goutte d'eau et supprimés dès la première demande des majors ou ses sbires.
Ces fichiers partagés sont même quelque fois supprimés par Mega sans aucune demande.
C'est la preuve que le mensonge sert a attaquer une personne et non pas le service Mega.
On peux donc douter de la véracité de ces accusations.

Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]