Mirai : la voiture à hydrogène de Toyota rencontre plus de succès que prévu

Le par  |  5 commentaire(s)
Toyota Mirai 2

Le constructeur automobile japonais Toyota ne s'attendait pas à ce que le public soit aussi sensible à sa voiture à hydrogène : la marque vient d'annoncer avoir dépassé son objectif de vente annuel.

Cela fait à peine un mois que Toyota a lancé sa Mirai, premier véhicule de série basé sur une pile à combustible de la marque, et malgré un prix relativement élevé, les ventes ont largement dépassé les attentes du groupe.

toyota pile combustible Ainsi, Toyota aurait enregistré plus de 1500 commandes alors qu'il n'était pas envisagé d'en vendre plus de 400 exemplaires avant la fin 2015 sur l'archipel.

"En raison du grand nombre de commandes réceptionnées, les délais de livraison seront bien plus longs que prévu à l'origine" indique le groupe qui ne dispose que d'une capacité de production de 700 véhicules par an.

Toyota Mirai Mirai, "futur" en japonais, est une voiture qui fonctionne à l'hydrogène et dont l'autonomie est annoncée à 650 km. Une pile à combustible transforme l'hydrogène en électricité, seule de l'eau s'échappe sous forme de vapeur lors du processus.

La voiture est proposée au prix de 50 000 euros, et actuellement, le principal des ventes se concentre dans les entreprises et administrations des grandes villes de l'île.

Le succès de la voiture est une bonne nouvelle pour Toyota, mais il faudra que le constructeur investisse dans de nouvelles chaines de production pour répondre à la demande, d'autant que la firme compte proposer sa voiture en Europe et aux USA prochainement.

Pour Toyota, le véhicule à hydrogène présente l'avantage de pouvoir être rechargé ( à la façon d'un véhicule fonctionnant au GPL) en quelques minutes, contrairement à un véhicule 100 % électrique dont la recharge requiert de longues heures, pour une autonomie souvent limitée. Reste qu'il faudra que le Japon s'équipe en station de recharge d'hydrogène, et que des avancées techniques soient réalisées dans la fabrication de ce gaz liquide, puis qu'elle nécessite encore actuellement beaucoup d'énergie.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Anonyme
Le #1829311
Tant qu'il n'y a que quelques centaines en circulation ça ne posera pas de problème, mais quand la concentration dépassera les dizaines ou centaines de milliers dans un même lieu, ça risque de créer une sorte de smog comme ce fut le cas à Londres il n'y a encore pas si longtemps que cela...

Et bonjour les dégâts pour la santé des habitants et surtout des piétons...
Le #1829326
@arobase: la voiture ne crache que de l'eau... Donc peu de chances qu'un smog n'apparaissent dans un pays déjà très humide comme l'angleterre, et encore moins de chances pour qu'un nuage de flotte n'influe sur la santé des habitant...

"que des avancées techniques soient réalisées dans la fabrication de ce gaz liquide, puis qu'elle nécessite encore actuellement beaucoup d'énergie."

Oui LA grande question est là : si ça demande tellement plus d'énergie de fabriquer l'hydrogène que de le "brûler" pour faire avancer les voitures, au final on risque de devoir construire toujours plus de centrales nucléaires ou à charbon ou à pétrole, et le résultat sera bien pire pour la planète que de continuer avec les voitures actuelles qui fonctionnent au pétrole.

LA VRAIE solution ça reste la décroissance de l'utilisation des voitures, mais comme c'est lié à plein d'autre choses de nos vies quotidiennce, cela signifie plus généralement la décroisance tout court...
Anonyme
Le #1829342
LIAR a écrit :

@arobase: la voiture ne crache que de l'eau... Donc peu de chances qu'un smog n'apparaissent dans un pays déjà très humide comme l'angleterre, et encore moins de chances pour qu'un nuage de flotte n'influe sur la santé des habitant...

"que des avancées techniques soient réalisées dans la fabrication de ce gaz liquide, puis qu'elle nécessite encore actuellement beaucoup d'énergie."

Oui LA grande question est là : si ça demande tellement plus d'énergie de fabriquer l'hydrogène que de le "brûler" pour faire avancer les voitures, au final on risque de devoir construire toujours plus de centrales nucléaires ou à charbon ou à pétrole, et le résultat sera bien pire pour la planète que de continuer avec les voitures actuelles qui fonctionnent au pétrole.

LA VRAIE solution ça reste la décroissance de l'utilisation des voitures, mais comme c'est lié à plein d'autre choses de nos vies quotidiennce, cela signifie plus généralement la décroisance tout court...


Renseigne toi un peu avant d'avancer des âneries...

La voiture crache de l'eau dont les gouttes varient en taille et avec la chaleur des villes cela génère de la vapeur d'eau en grande quantité, condensation avec des risques de moisissures donc première maladie sensible à un tel environnement, c'est la tuberculose, puis autres pathologies : allergie respiratoire, asthme, rhinite, etc... !!!
Le #1829484
Arobase40 a écrit :

LIAR a écrit :

@arobase: la voiture ne crache que de l'eau... Donc peu de chances qu'un smog n'apparaissent dans un pays déjà très humide comme l'angleterre, et encore moins de chances pour qu'un nuage de flotte n'influe sur la santé des habitant...

"que des avancées techniques soient réalisées dans la fabrication de ce gaz liquide, puis qu'elle nécessite encore actuellement beaucoup d'énergie."

Oui LA grande question est là : si ça demande tellement plus d'énergie de fabriquer l'hydrogène que de le "brûler" pour faire avancer les voitures, au final on risque de devoir construire toujours plus de centrales nucléaires ou à charbon ou à pétrole, et le résultat sera bien pire pour la planète que de continuer avec les voitures actuelles qui fonctionnent au pétrole.

LA VRAIE solution ça reste la décroissance de l'utilisation des voitures, mais comme c'est lié à plein d'autre choses de nos vies quotidiennce, cela signifie plus généralement la décroisance tout court...


Renseigne toi un peu avant d'avancer des âneries...

La voiture crache de l'eau dont les gouttes varient en taille et avec la chaleur des villes cela génère de la vapeur d'eau en grande quantité, condensation avec des risques de moisissures donc première maladie sensible à un tel environnement, c'est la tuberculose, puis autres pathologies : allergie respiratoire, asthme, rhinite, etc... !!!


tu as des données sur ça ?
Le #1829493
Il y a quand même bons nombres de gens qui ont sacrément mauvais gout en terme de voiture ! lol
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]