Délits sexuels : MySpace trouve un accord avec les 8 avocats

Le par  |  0 commentaire(s)
myspace.png

La semaine dernière, MySpace, développé par la société Fox Interactive Media dont la maison-mère est le conglomérat News Corp, avait déclaré avoir identifié, bloqué, et supprimé 7 000 profils de membres déjà condamnés pour des délits sexuels.

Myspace pngLa semaine dernière, MySpace, développé par la société Fox Interactive Media dont la maison-mère est le conglomérat News Corp, avait déclaré avoir identifié, bloqué, et supprimé 7 000 profils de membres déjà condamnés pour des délits sexuels. Le portail ne souhaitait cependant pas se plier aux demandes de huit avocats emmenés par Richard Blumenthal qui réclamaient que les noms soient dévoilés aux autorités compétentes.


MySpace doit en faire davantage

Les deux parties indiquent désormais avoir trouvé un terrain d'entente. MySpace a déclaré qu'il avait toujours eu l'intention de fournir des informations sur ces individus aux autorités, mais qu'il essayait de travailler dans ce sens de manière légale. " Lorsque nous supprimons des membres de notre site, nous gardons toujours à l'esprit le respect des lois en vigueur pour le faire " a déclaré Hemanshu Nigam, directeur de la sécurité du réseau communautaire, selon des propos relayés par Reuters.

" Chaque Etat dispose de ses propres lois. (...) Ce sont de nombreuses lois imbriquées pour lesquelles nous devons être sûrs d'être en adéquation....Nous ne voulons pas que ces individus s'en sortent par des vices de forme ", a insisté l'avocat général de Fox Interactive Media, Mike Angus.

Blumenthal, avocat général du Connecticut et en quelque sorte porte-parole de huit avocats précédemment cités, a déclaré que MySpace " devait en faire davantage " car les réseaux communautaires " ne doivent pas être le repaire des prédateurs sexuels ". Marc Dann, avocat général exerçant dans l'Ohio, demande de son côté un " système de vérification de l'âge des membres qui rendrait le site beaucoup plus sûr ".

Un des litiges opposant MySpace à ces détracteurs concernait le terme " supprimé " pour qualifier les comptes des individus incriminés. Le portail a précisé que les comptes avaient certes été supprimés mais que les informations sur ceux-ci avaient été collectées et enregistrées dans la base de données mise en place en décembre dernier.
Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]