Aux USA, Netflix et les offres légales limitent bien le piratage

Le par  |  8 commentaire(s) Source : Sandvine
Netflix

La stratégie de Netflix et des autres plateformes légales porterait finalement leurs fruits aux États Unis. Selon un récent rapport, l'offre légale participerait désormais à diminuer le piratage.

Selon le rapport publié par le fournisseur de réseau de communication Sandvine, les pics d'activité sur Internet aux USA sont désormais concentrés vers le streaming audio et vidéo légal et rassemble ainsi 70% du trafic.

Netflix occuperait 37% de cette part de trafic, le reste étant principalement distribué entre YouTube et Amazon, suivis des autres plateformes comme Spotify.

Netflix

Dans le même temps, Sandvine constate que seulement 5% du trafic est attribué à BitTorrent, ce qui prouverait ainsi que l'offre légale a finalement repris le dessus sur le piratage de masse alors qu'en 2008, la plateforme P2P rassemblait encore 31% de l'activité en ligne.

Pour continuer sur cette lancée, Netflix a indiqué souhaiter doubler son offre de contenu original en 2016, une façon d'attirer toujours plus d'utilisateurs. La question de la disponibilité immédiate des oeuvres reste toutefois un des arguments évoqués par les pirates qui ne souhaitent pas attendre de voir un film ou une série proposée en DVD ni même sur les services de VOD du moment que cela implique une attente de plusieurs mois.

Reste un point qui n'est pas abordé par l'étude de Sandvine, celui du piratage direct de Netflix et de la mise en vente de comptes subtilisés sur le darknet à des prix ridicules.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1871033
On en demande pas mieux ici : Une super offre légale, avec des contenus récents (pas 3 ans hein ! ) et un prix attractif, je vous garantis qu'on laisse tomber les DL et P2P

Vive la licence globale !
Le #1871034
ça coute moins cher que la taxe audiovisuelle, et y a des bons séries/films.
A la TV t'as droit à la rediff.

Pis pour 10€ par mois, pas besoin de pirater non plus, au risque de saturer ta connexion x)
Anonyme
Le #1871036
Le catalogue Netflix est vraiment riche avec des séries ou films récent. Et le coût n'est pas excessif.
Le #1871037
Et on peut imaginer un dispositif encore meilleur, avec des films vraiment récents, des choix de langues partout, etc ... Ce serait la fin du piratage, pour la plus grosse partie.

Bon, on n'y est pas encore hein
Anonyme
Le #1871040
skynet a écrit :

Et on peut imaginer un dispositif encore meilleur, avec des films vraiment récents, des choix de langues partout, etc ... Ce serait la fin du piratage, pour la plus grosse partie.

Bon, on n'y est pas encore hein


On n'aurait pu y être il y a des années. Mais certaines personnes qui votent les lois avaient jugé bon de ne pas être dans l’hémicycle au moment du vote car il était tard.
L’amendement a été voté, mais le vote a été refait (normal, quand le résultat n'est pas celui que l'on souhaite, on recommence).
Le #1871060
Mike-63 a écrit :

skynet a écrit :

Et on peut imaginer un dispositif encore meilleur, avec des films vraiment récents, des choix de langues partout, etc ... Ce serait la fin du piratage, pour la plus grosse partie.

Bon, on n'y est pas encore hein


On n'aurait pu y être il y a des années. Mais certaines personnes qui votent les lois avaient jugé bon de ne pas être dans l’hémicycle au moment du vote car il était tard.
L’amendement a été voté, mais le vote a été refait (normal, quand le résultat n'est pas celui que l'on souhaite, on recommence).


Et aujourd'hui, ceux d'hier n'ont rien fait dans leur sens de l'époque.

Cela va durer longtemps. Voire n'en finira pas.
Car s'il y a bien une volonté politique, il y aussi à prendre en compte le refus possible des créateurs/boîtes de productions. Cf les cas Adele & co qui ont refusé de mettre à disposition leur dernier album pour l'une et enlever l'intégralité pour d'autres sur des sites de streaming.
Ceci encourage le téléchargement illégal, ils préfèrent toucher 0 qu'un revenu ras des pâquerettes. Comment veux-tu combattre le comportement illégal si le légal est soumis à ce genre de volonté (même s'il est normal qu'un auteur puisse décider de publier ou non mais tant qu'il est publié quelque part il ne devrait pas être accordé le droit d'être sélectif et être égaux sur tous les canaux de diffusion qui rémunèrent) ?

Sans oublier d'autres paramètres tels les habitudes d'une certaine tranche d'âge qui préfère se coltiner plein de publicité et se faire dicter son programme plutôt que de le choisir lui-même et les débits insuffisants dans certains endroits (France comme ailleurs).

Il y a donc une volonté politique, économique et citoyenne à ralentir la transition vers ce nouveau mode de "consommation".
Il faudrait une expérimentation avec un blockbuster (et pas le film.. limite sur Strauss-Kahn) en sorte simultanée au cinéma, VoD (payante et streaming) et BR/DVD pour réellement voir l'impact et s'il y a réellement une menace car chacun a sa préférence et je ne pense pas qu'un secteur serait plus lésé qu'un autre ou, du moins, pas autant qu'annoncé par les professionnels du cinéma.
Le #1871138
LGdotfr a écrit :

Mike-63 a écrit :

skynet a écrit :

Et on peut imaginer un dispositif encore meilleur, avec des films vraiment récents, des choix de langues partout, etc ... Ce serait la fin du piratage, pour la plus grosse partie.

Bon, on n'y est pas encore hein


On n'aurait pu y être il y a des années. Mais certaines personnes qui votent les lois avaient jugé bon de ne pas être dans l’hémicycle au moment du vote car il était tard.
L’amendement a été voté, mais le vote a été refait (normal, quand le résultat n'est pas celui que l'on souhaite, on recommence).


Et aujourd'hui, ceux d'hier n'ont rien fait dans leur sens de l'époque.

Cela va durer longtemps. Voire n'en finira pas.
Car s'il y a bien une volonté politique, il y aussi à prendre en compte le refus possible des créateurs/boîtes de productions. Cf les cas Adele & co qui ont refusé de mettre à disposition leur dernier album pour l'une et enlever l'intégralité pour d'autres sur des sites de streaming.
Ceci encourage le téléchargement illégal, ils préfèrent toucher 0 qu'un revenu ras des pâquerettes. Comment veux-tu combattre le comportement illégal si le légal est soumis à ce genre de volonté (même s'il est normal qu'un auteur puisse décider de publier ou non mais tant qu'il est publié quelque part il ne devrait pas être accordé le droit d'être sélectif et être égaux sur tous les canaux de diffusion qui rémunèrent) ?

Sans oublier d'autres paramètres tels les habitudes d'une certaine tranche d'âge qui préfère se coltiner plein de publicité et se faire dicter son programme plutôt que de le choisir lui-même et les débits insuffisants dans certains endroits (France comme ailleurs).

Il y a donc une volonté politique, économique et citoyenne à ralentir la transition vers ce nouveau mode de "consommation".
Il faudrait une expérimentation avec un blockbuster (et pas le film.. limite sur Strauss-Kahn) en sorte simultanée au cinéma, VoD (payante et streaming) et BR/DVD pour réellement voir l'impact et s'il y a réellement une menace car chacun a sa préférence et je ne pense pas qu'un secteur serait plus lésé qu'un autre ou, du moins, pas autant qu'annoncé par les professionnels du cinéma.


Le cinéma est un art, sa place est dans les salles obscures sur un écran géant pas sur une TV ridicule de 60".

Les gens sont déjà suffisamment enfermés et emprisonnés chez eux ou derrière leurs smartphone avec les nouvelles technologies pour ne pas en plus tuer le cinéma.

La culture demande un effort, une démarche personnelle, un choix - une réflexion:

-Se déplacer au musée
-Aller au cinéma
-Aller dans une salle de théâtre
-Aller dans une salle de concert
etc...

C'est aussi rencontrer des gens, se mêler aux autres, sortir de chez soit, se déplacer en famille, faire vivre les commerces / restaurants aux alentours de ces lieux culturels.

Inviter le cinéma directement à la maison c'est le tuer purement et simplement, c'est le banaliser et le transformer en objet de consommation comme on le fait depuis de nombreuses années avec la musique, les séries TV.

Dire que les gens auront toujours le choix d'aller au cinéma ou de regarder directement chez eux en VOD est une illusion. Les services en ligne seront toujours forcément moins chers. Les richesses étant de moins en moins bien réparties les gens seront attirés naturellement par ces services pour faire des économies, s'en suivra un effet de mode.

Voir un film c'est se renseigner un minimum, ce n'est pas appuyer sur le bouton "Play" sans réfléchir parce que "m'en fiche, j'ai un abonnement à 10-15€/mois illimité, allez je regarde".

Les gens pensent que la culture s'enrichie car le nombre de fichiers échangés / uploadés / téléchargés augmente alors que c'est tout le contraire qui se passe. Les gens deviennent des robots consommateurs de contenu. Les gens n'ont plus de regard critique sur ce qu'ils visionnent, ils n'ont pas le temps, ils enchainent les séries, films, clips toute la journée.


Et puis en parlant de qualité sur Netflix:

Elle ne doit pas être très élevée ou alors limitée a un petit nombre d'utilisateurs car un Blu-ray c'est 40 Go. Le fake 1080p ou 2160p on le connait: on garde (ou presque) la résolution de l'image mais l'on diminue fortement le bitrate. Déjà essayé une fois de regarder un film en VOD sur Orange et annoncé 1080p la qualité était a gerber sur mon Projo, la même qualité que l'on retrouve sur des Blu-ray RIP de 10-11 Go.

Tout a un coût aussi: les gens ne pensent qu'à leur gueule et veulent des tarifs toujours plus compétitifs sans penser aux conséquences sur les conditions de travail des employés (vague de suicides chez Orange / SFR etc... des employés débordés car effectifs limités pour proposer des prix toujours plus bas), des salaires, etc...
Le cinéma directement en VOD c'est la mort de milliers d'emplois qui ne seront pas comblés du côté du numérique. Centraliser la diffusion des films sur 1-2 plateformes c'est tirer les prix vers le bas, la différence comme toujours finira dans la poches des actionnaires ou sur des comptes et ne seront pas réinjectés dans le système. C'est aussi favoriser la pollution énorme que créent tous ces data center.

Les gens veulent du "pas cher" mais veulent de leur côté être bien payés
Le #1871143
k4ne a écrit :

LGdotfr a écrit :

Mike-63 a écrit :

skynet a écrit :

Et on peut imaginer un dispositif encore meilleur, avec des films vraiment récents, des choix de langues partout, etc ... Ce serait la fin du piratage, pour la plus grosse partie.

Bon, on n'y est pas encore hein


On n'aurait pu y être il y a des années. Mais certaines personnes qui votent les lois avaient jugé bon de ne pas être dans l’hémicycle au moment du vote car il était tard.
L’amendement a été voté, mais le vote a été refait (normal, quand le résultat n'est pas celui que l'on souhaite, on recommence).


Et aujourd'hui, ceux d'hier n'ont rien fait dans leur sens de l'époque.

Cela va durer longtemps. Voire n'en finira pas.
Car s'il y a bien une volonté politique, il y aussi à prendre en compte le refus possible des créateurs/boîtes de productions. Cf les cas Adele & co qui ont refusé de mettre à disposition leur dernier album pour l'une et enlever l'intégralité pour d'autres sur des sites de streaming.
Ceci encourage le téléchargement illégal, ils préfèrent toucher 0 qu'un revenu ras des pâquerettes. Comment veux-tu combattre le comportement illégal si le légal est soumis à ce genre de volonté (même s'il est normal qu'un auteur puisse décider de publier ou non mais tant qu'il est publié quelque part il ne devrait pas être accordé le droit d'être sélectif et être égaux sur tous les canaux de diffusion qui rémunèrent) ?

Sans oublier d'autres paramètres tels les habitudes d'une certaine tranche d'âge qui préfère se coltiner plein de publicité et se faire dicter son programme plutôt que de le choisir lui-même et les débits insuffisants dans certains endroits (France comme ailleurs).

Il y a donc une volonté politique, économique et citoyenne à ralentir la transition vers ce nouveau mode de "consommation".
Il faudrait une expérimentation avec un blockbuster (et pas le film.. limite sur Strauss-Kahn) en sorte simultanée au cinéma, VoD (payante et streaming) et BR/DVD pour réellement voir l'impact et s'il y a réellement une menace car chacun a sa préférence et je ne pense pas qu'un secteur serait plus lésé qu'un autre ou, du moins, pas autant qu'annoncé par les professionnels du cinéma.


Le cinéma est un art, sa place est dans les salles obscures sur un écran géant pas sur une TV ridicule de 60".

Les gens sont déjà suffisamment enfermés et emprisonnés chez eux ou derrière leurs smartphone avec les nouvelles technologies pour ne pas en plus tuer le cinéma.

La culture demande un effort, une démarche personnelle, un choix - une réflexion:

-Se déplacer au musée
-Aller au cinéma
-Aller dans une salle de théâtre
-Aller dans une salle de concert
etc...

C'est aussi rencontrer des gens, se mêler aux autres, sortir de chez soit, se déplacer en famille, faire vivre les commerces / restaurants aux alentours de ces lieux culturels.

Inviter le cinéma directement à la maison c'est le tuer purement et simplement, c'est le banaliser et le transformer en objet de consommation comme on le fait depuis de nombreuses années avec la musique, les séries TV.

Dire que les gens auront toujours le choix d'aller au cinéma ou de regarder directement chez eux en VOD est une illusion. Les services en ligne seront toujours forcément moins chers. Les richesses étant de moins en moins bien réparties les gens seront attirés naturellement par ces services pour faire des économies, s'en suivra un effet de mode.

Voir un film c'est se renseigner un minimum, ce n'est pas appuyer sur le bouton "Play" sans réfléchir parce que "m'en fiche, j'ai un abonnement à 10-15€/mois illimité, allez je regarde".

Les gens pensent que la culture s'enrichie car le nombre de fichiers échangés / uploadés / téléchargés augmente alors que c'est tout le contraire qui se passe. Les gens deviennent des robots consommateurs de contenu. Les gens n'ont plus de regard critique sur ce qu'ils visionnent, ils n'ont pas le temps, ils enchainent les séries, films, clips toute la journée.


Et puis en parlant de qualité sur Netflix:

Elle ne doit pas être très élevée ou alors limitée a un petit nombre d'utilisateurs car un Blu-ray c'est 40 Go. Le fake 1080p ou 2160p on le connait: on garde (ou presque) la résolution de l'image mais l'on diminue fortement le bitrate. Déjà essayé une fois de regarder un film en VOD sur Orange et annoncé 1080p la qualité était a gerber sur mon Projo, la même qualité que l'on retrouve sur des Blu-ray RIP de 10-11 Go.

Tout a un coût aussi: les gens ne pensent qu'à leur gueule et veulent des tarifs toujours plus compétitifs sans penser aux conséquences sur les conditions de travail des employés (vague de suicides chez Orange / SFR etc... des employés débordés car effectifs limités pour proposer des prix toujours plus bas), des salaires, etc...
Le cinéma directement en VOD c'est la mort de milliers d'emplois qui ne seront pas comblés du côté du numérique. Centraliser la diffusion des films sur 1-2 plateformes c'est tirer les prix vers le bas, la différence comme toujours finira dans la poches des actionnaires ou sur des comptes et ne seront pas réinjectés dans le système. C'est aussi favoriser la pollution énorme que créent tous ces data center.

Les gens veulent du "pas cher" mais veulent de leur côté être bien payés


Salle obscure avec le casse-burne qui ouvre son paquet de bonbon ou qui mâchouille tout du long de la séance et tout cela au prix modeste d'une dizaine d'euros en moyenne. Je n'ai rien contre le masochisme mais mes limites sont clairement dépassé. Et n'oublions pas nos têtes blondes accrocs à leur mobile.
Sans compter la qualité des films produits de nos jours qui sont ni plus ni moins que de la qualité d'une série avec des acteurs hors de prix.

Ton message résume ce qui se passe: on veut faire d'un produit plus que moyen un produit de luxe à protéger. Ou faire garder des réflexes d'une ère où la technologie était moindre si ce n'est inexistante. Rendant compte l'accès à cette culture limité à une certaine classe.
La technologie moderne offre l'accès à tout cela à chacun et peut être fournit pour un coût moindre. D'abord par le biais de la télévision puis par le biais d'un accès Internet de nos jours.

Quantité n'est pas qualité mais mettons la semaine prochaine sortirait 5 films, allez hop minimum 50 euros qui partent. Tu es en couple, tu doubles. En famille tu triples sinon plus. A la maison, prix unique soit du disque soit de la VoD soit du mauvais payeurs.

C'est omettre de trop nombreux paramètres ton raisonnement même s'il vaut autant qu'un autre mais tu auras des gens qui vont préférer aller au cinéma et d'autres qui vont jusqu'à se contenter du 15" d'un ordinateur portable quand ce ne sont pas les 5" de leur smartphone.

Chacun devrait pouvoir profiter de ce qu'il veut de la manière qui le souhaite et non pas subir le choix primaires de certains car "c'est mieux". Ce ne peut l'être tout le temps. Je connais des cinémas qui, il y a un moment, étaient bien loin d'être confortable et la place était bien chère.

Si j'ai envie de faire "play" sur un film dont le titre me dit rien, c'est se montrer ouvert sans préjugé. Tout comme je peux arrêter immédiatement en sachant que le film ne me plaira pas. C'est ce que permet justement les Netflix & co, découvrir ou regarder ce que tu connais.

Pour la qualité des streamings, il n'y a guère le choix, tout le monde n'a accès à cette technologie qu'est la fibre. Pour permettre d'y accueillir le plus de monde ils font au mieux pour passer sur la majorité. Sans oublier l'aspect financier de ces transferts. S'ils pouvaient facturer à 60/70 euros par mois tu aurais une qualité égale au Blu-Ray d'origine mais s'ils feraient ça.. plus trop de client. Déjà qu'ils n'en ont pas des masses en France.. Et tant que la fibre n'est pas plus développé que ça et accessible à tous..

Les gens ne réclament pas forcément du "pas cher", ils veulent payer mais avec les moyens qu'ils ont. Si toi ta situation est bonne, ce n'est pas le cas d'une franche partie de la population, française et mondiale, et chaque euro est compté.
Alors que fait-on ? On leur interdit de pouvoir accéder à un minimum de loisir car ils n'ont pas les moyens ou on fait en sorte de leur permettre d'y accéder au mieux ?
Sachant, qu'en plus, c'est l'Etat qui pousse les foyers français à s'équiper de ce qui devrait être considéré comme un luxe. A savoir je parle de l'accès Internet et des smartphones.

Et j'en oublie le facteur temps aussi. Cela dit, j'ai oublié bien d'autres facteurs.

Donc je persiste et signe et tu en es la preuve, celui qui préférera voir un film au cinéma ira au cinéma, celui qui préfère le voir sur sa télé en VoD usera de la VoD et celui qui veut le voir grâce à la galette achètera la galette. Personne n'est lésé personne n'est limité et chacun vivra à sa façon. Serait-ce si gênant ?
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]