En conservant ses brevets, Nokia pourrait demander des royalties aux fabricants Android

Le par  |  6 commentaire(s) Source : Reuters
Nokia HQ logo

Nokia a cédé sa branche mobile à Microsoft mais conserve le contrôle de sa propriété intellectuelle, ce qui lui ouvre de vastes possibilités de génération de revenus, et même une stratégie de licence de la part des fabricants de terminaux Android.

Contrairement à ce qu'ont affirmé beaucoup de nos confères, le rachat de la branche mobile de Nokia par Microsoft n'inclut pas les brevets mobiles correspondants. La somme de 1,65 milliard d'euros concédée par le groupe de Redmond est le prix à payer pour un accès aux technologies sur les dix prochaines années, avec possibilité de le transformer en accès perpétuel ultérieurement, mais la firme finlandaise reste maître de ses brevets.

Nokia logo C'est ce qu'expliquait d'ailleurs le président du conseil de Nokia et CEO par intérim Risto Siilasmaa en évoquant les trois nouveaux piliers de la stratégie du groupe finlandais, avec la partie équipementier télécom (avec Nokia Solutions and Networks) et les services de localisation/positionnement Nokia Here.

Et comme d'autres grands groupes, Nokia compte bien faire fructifier sa propriété intellectuelle en royalties. Avec la guerre des brevets qui se déchaîne depuis plusieurs années dans l'industrie mobile, cette ressource peut se révéler très lucrative.

Sans en faire réellement une stratégie offensive, Nokia a régulièrement mis en avant ses brevets pour défendre ses innovations auprès des plus grands acteurs du marché. Mais c'est sans doute la voie suivie par Microsoft, qui consiste à demander des droits de licences aux fabricants de terminaux Android, qu'a de bonnes chances de suivre Nokia à court terme.


Les brevets, une véritable manne à plusieurs niveaux
Le groupe de Redmond s'est fait une spécialité de demander des royalties à tous les assembleurs et fabricants de produits Android et Chrome, estimant que ces OS exploitent ses brevets. Une stratégie qui a payé et lui permet de profiter à sa façon du succès d'Android, en partie du fait de la faiblesse de la propriété intellectuelle protégeant les OS mobiles de Google, amenant la majorité des acteurs de l'écosystème Android à verser des droits de licences.

logo-android Nokia pourrait bien être tenté de faire de même, ce qui pourrait amener une nouvelle série de plaintes pour violations de brevets vis à vis des grandes marques de la téléphonie mobile...et une raison de plus pour les fabricants de se tourner vers des OS alternatifs face à la montée des coûts concernant Android, ou à créer leur propre plate-forme. Mais le groupe doit faire vite car la multiplication des litiges via les patent trolls a attiré l'attention et pourrait conduire à une législation plus stricte.

Et si cette stratégie de licensing ne fonctionnait pas aussi bien que prévu, Nokia a toujours la possibilité de vendre une partie de ses brevets. Si Microsoft ne les a pas rachetés, c'est d'ailleurs vraisemblablement pour une question de prix, suggèrent les analystes interrogés par Reuters.

L'acquisition des brevets mobiles de l'équipementier Nortel pour 4,5 milliards de dollars ou le rachat de Motorola Mobility avec ses brevets pour 12,5 milliards de dollars par Google peuvent faire espérer une belle vente si nécessaire.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1465832
Ils ont du être mort de rire chez Nokia, non seulement ils ont vendu du vent à Microsoft mais en plus ils peuvent faire monter les OS alternatifs qui vont éjecter Windows phone du podium. On n'a pas fini de rigoler.
Le #1465872
Nokia veut "mourir" en beauté dans les bras de Microsoft, moyennant fortes compensations financières sonnantes et trébuchantes ...
Le #1465882
@penseurodin

"ils ont vendu du vent à Microsoft"

Si comme d'autres articles le soulignent, 32 000 personnes qui changent de main, c'est du vent, alors on ne doit pas avoir la même conception de la valeur humaine.

Quand à jouer les patent trolls, comme le souligne ici l'article, je doute que ce soit aussi facile. Il y a effectivement eu trop d'abus, sans compter le dernier veto d'Obama qui a définitivement enterré ce qui restait de crédibilité au système de brevets.

Ajouter à cela la Nouvelle Zélande, qui vient juste d'annoncer qu'elle refusait définitivement les brevets logiciels, ce qui est très surprenant de la part d'un état pseudo "british", le message est clairement lancé aux autres nations : il faut arrêter d'urgence les conneries...
Le #1465932
Hansi a écrit :

@penseurodin

"ils ont vendu du vent à Microsoft"

Si comme d'autres articles le soulignent, 32 000 personnes qui changent de main, c'est du vent, alors on ne doit pas avoir la même conception de la valeur humaine.

Quand à jouer les patent trolls, comme le souligne ici l'article, je doute que ce soit aussi facile. Il y a effectivement eu trop d'abus, sans compter le dernier veto d'Obama qui a définitivement enterré ce qui restait de crédibilité au système de brevets.

Ajouter à cela la Nouvelle Zélande, qui vient juste d'annoncer qu'elle refusait définitivement les brevets logiciels, ce qui est très surprenant de la part d'un état pseudo "british", le message est clairement lancé aux autres nations : il faut arrêter d'urgence les conneries...


"la Nouvelle Zélande, qui vient juste d'annoncer qu'elle refusait définitivement les brevets logiciels"
=>Wow, j'étais passé à côté ! Je m'en vais préparer mon déménagement...
Le #1466132
Hansi a écrit :

@penseurodin

"ils ont vendu du vent à Microsoft"

Si comme d'autres articles le soulignent, 32 000 personnes qui changent de main, c'est du vent, alors on ne doit pas avoir la même conception de la valeur humaine.

Quand à jouer les patent trolls, comme le souligne ici l'article, je doute que ce soit aussi facile. Il y a effectivement eu trop d'abus, sans compter le dernier veto d'Obama qui a définitivement enterré ce qui restait de crédibilité au système de brevets.

Ajouter à cela la Nouvelle Zélande, qui vient juste d'annoncer qu'elle refusait définitivement les brevets logiciels, ce qui est très surprenant de la part d'un état pseudo "british", le message est clairement lancé aux autres nations : il faut arrêter d'urgence les conneries...


L'avenir dira quel est la valeur de 32000 salariés mais à leurs places je commencerai à chercher du boulot.
Le #1467452
penseurodin a écrit :

Hansi a écrit :

@penseurodin

"ils ont vendu du vent à Microsoft"

Si comme d'autres articles le soulignent, 32 000 personnes qui changent de main, c'est du vent, alors on ne doit pas avoir la même conception de la valeur humaine.

Quand à jouer les patent trolls, comme le souligne ici l'article, je doute que ce soit aussi facile. Il y a effectivement eu trop d'abus, sans compter le dernier veto d'Obama qui a définitivement enterré ce qui restait de crédibilité au système de brevets.

Ajouter à cela la Nouvelle Zélande, qui vient juste d'annoncer qu'elle refusait définitivement les brevets logiciels, ce qui est très surprenant de la part d'un état pseudo "british", le message est clairement lancé aux autres nations : il faut arrêter d'urgence les conneries...


L'avenir dira quel est la valeur de 32000 salariés mais à leurs places je commencerai à chercher du boulot.


Dans le monde actuel aucune valeur.
nous sommes juste une valeur d'ajustement pour calculer les dividendes versée aux actionnaires en fin d'année si pas assez de fric on licencie et le tour est joué.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]