PRISM : Apple, Google, Microsoft, Facebook, Yahoo et Dropbox ne partagent pas de données avec la NSA ni le FBI

Le par  |  11 commentaire(s) Source : The Verge
NSA

Depuis la récente révélation du Guardian et du Washington Post sur le partage de données personnelles de l’opérateur Verizon avec la NSA, la toile s’emballe et tous les acteurs technologiques sont suspectés de collaborer.

Présenté sous le nom de PRISM se cache un programme mené par la NSA et le FBI visant à accéder à la plupart des données personnelles des utilisateurs de grands services en ligne tels que les réseaux sociaux, les moteurs de recherche, mais également de diverses sociétés influentes dans les secteurs technologiques comme les fabricants de smartphones.

PRISMPointé du doigt il y a quelques jours par The Guardian qui a réussi à mettre la main sur des documents confidentiels impliquant l’opérateur Verizon dans une collaboration totale avec les services de sécurité américaine, l’affaire s’est répandue comme une trainée de poudre d’autant que l’opérateur n’était pas le seul nommé dans les documents.

Ainsi, dans les autres pièces récemment publiées par le journal, on notera que Microsoft, Google, Yahoo!, Facebook, PalTalk, YouTube, Skype, AOL ou encore Apple sont clairement nommés comme source permettant de collecter des Emails, vidéos, photos, documents, VoIP, notifications, conversations et autres données personnelles.

Le projet PRISM est un dérivé du Patriot Act, un texte de loi spécifique aux États-Unis et qui permet aux agences de sécurité de faire plier les sociétés en exercice sur son territoire pour récupérer des données personnelles dans le cadre d’affaires relevant de terrorisme ou de sécurité nationale.

PRISM (3)Alors que tout l’Internet s’emballe, certains acteurs cités dans les rapports prennent aujourd’hui la parole et annoncent ne pas être concernés par PRISM.

Ainsi, Apple aurait annoncé ne jamais avoir eu vent de PRISM, et que jamais le gouvernement américain n’aurait contacté la société dans le carte du projet pour accéder à des données personnelles de ses clients.

D’autres journaux comme The Verge ont été contactés par les compagnies citées qui démentent formellement toute implication dans le programme PRISM.

PRISM (2)Google nie ainsi en bloc proposer un moyen d’accès direct au gouvernement américain permettant de contrôler ou accéder aux données privées.

Microsoft avoue de son côté fournir des éléments d’ordre privé uniquement dans le cadre d’enquêtes officielles et toujours sur demande. Hors de question pour le FBI ou la NSA de venir se servir directement sans consultation préalable. Les demandes doivent également être précises et ne pas concerner des groupes larges d’utilisateurs, mais cibler des individus.

Facebook monte également au créneau et rappelle que la protection des données de ses utilisateurs est une priorité absolue. Dans cette logique, aucun accès direct aux serveurs du réseau social n’est fourni ni à la NSA, ni au FBI, ni à toute autre agence gouvernementale.

Dropbox réfute tout autant les spéculations et annonce ne pas avoir accepté de faire partie du programme PRISM. La firme aurait été contactée, mais aurait purement refusé de se plier au projet.

De son côté Yahoo! rejoint les autres sociétés et a déclaré : " Nous ne fournissons aucun accès direct à nos serveurs, systèmes ou réseaux au gouvernement."


Une erreur d’interprétation
Comment ces firmes qui sont clairement ciblées dans les divers diagrammes du projet peuvent réfuter partager massivement leurs données avec les agences gouvernementales ? Derrière le débat se cache sans doute un malentendu.

Le Washington Post établit ainsi qu’il pourrait y avoir eu une imprécision de la part de l’auteur de la NSA ayant rédigé le rapport. Dans d’autres rapports récupérés par The Post, l’arrangement est décrit d’une façon différente.

En effet, la collecte des informations par la NSA et le FBI ne serait pas directe. Pas de backdoor, pas de point d’entrée ou de contrôle total. Des requêtes de collecte sécurisées seraient envoyées auprès d’équipements contrôlés par la société en question plutôt que d’aller piocher directement dans les serveurs.

Une notion qui change tout puisque PRISM ne serait finalement qu’un agrandissement de la collaboration déjà établie entre ces acteurs du Web et les gouvernements dans la lutte contre le terrorisme et pour la résolution d’affaires criminelles.

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 2

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Anonyme
Le #1346662
Tout ce qui est dit ou mentionné ci-haut est presque totalement faux. Yahoo, Google, Microsoft, etc. Toutes ces sources d'information possible sont accessible au gouvernement des USA. D’ailleurs c'est une idée de Bill Gate oui, oui, Bilou à accentuer ce qui existait déjà. Il a vendu au gouvernement cette idée à un certain Bush de l'air Bush. C'est écrit un peu partout sur la toile. Pas difficile à trouver. J'ai même lu une nouvelle ou le gouvernement retirait des poursuites contre Microsoft en échange de ce genre d'information. -

Faut être fou en crisse pour ne pas croire que le gouvernement ou tout autre office ne profiterait pas de ce genre de truc. Aussi bine croire au Père Noêl, il doit vraiment existé.

Et ça ne s'arrête pas là, des compagnie comme HP, Sony font le même genre de truc pratiquement quotidiennement.
Le #1346752
et tout ça financé par les extraterrestre bien attendus
Le #1346762
Sans tomber dans la paranoïa aigüe, force est de constater que les services de renseignement américains depuis le 11 septembre ont probablement carte blanche pour assurer effectivement leur mission de protection du territoire américain,
... fût-ce au prix d'une légère distorsion du principe habituellement admis de la protection de la vie privée ...
Je ne parle même pas de Guantanamo ! (qui a parlé de torture ?! c'est mal de dire ça, c'est du baratin d' un complot crypto-communiste )

Je me répète pour la énième fois, mais les grands groupes américains (GAFA : Goog, Appl, FB, Amaz) font depuis un an un lobbying incroyable sur les députés européens pour qu'ils "assouplissent" le projet initialement prévu de protection des données individuelles, qui va bientôt faire l'objet d'une ordonnance européenne.

Bien sûr, ils le font pour leurs propres intérêts ( pas par crainte du terrorisme ! ), mais le fait que dans leur propre pays la vie privée soit un bien de plus en plus "échangeable", ça ne doit pas les aider à comprendre nos réticences ...

Bien sûr, si nous avions des politiques compétents et responsables, leur lobbying ne serait pas un problème ! ...


Le #1346942
"...Google..." et consort "...nient ainsi en bloc proposer un moyen d’accès direct..."

Bah, bien sûr qu'il n'y a pas d'accès direct, mais les accès indirects eux on n'en parle pas...

Ces sociètés font des paquets de dollars en revendant les infos des profils à qui le demande.... Elles pourraient avoir la décence d'arrêter de nous jouer de la flute...
Le #1347392
lebonga a écrit :

"...Google..." et consort "...nient ainsi en bloc proposer un moyen d’accès direct..."

Bah, bien sûr qu'il n'y a pas d'accès direct, mais les accès indirects eux on n'en parle pas...

Ces sociètés font des paquets de dollars en revendant les infos des profils à qui le demande.... Elles pourraient avoir la décence d'arrêter de nous jouer de la flute...


Si j'ai bien compris c'est pas une question de revente là (pas qu'ils n'en font pas hein) mais de laisser tonton FBI et pépé NSA accéder aux données de toute la famille pour voir si l'illégalité de leurs actions va leur péter à la gueule ou non.
Le #1347572
Kyll>>>Oui, j'ai bien compris !!! Et il faut être vraiment très naïf pour s'imaginer que les profils utilisateurs restent sagement dans les serveurs des grands de l'informatique.

Sans parler de vente, tous les services spéciaux de tous les pays ont accès aux profils des citoyens. C'est vital pour un gouvernement de connaître l'opinion de son peuple (et d'agir en fonction pour éviter les risques de mouvements sociaux...).

Contrôler la population permet aussi de la manipuler....
Le #1347622
lebonga a écrit :

Kyll>>>Oui, j'ai bien compris !!! Et il faut être vraiment très naïf pour s'imaginer que les profils utilisateurs restent sagement dans les serveurs des grands de l'informatique.

Sans parler de vente, tous les services spéciaux de tous les pays ont accès aux profils des citoyens. C'est vital pour un gouvernement de connaître l'opinion de son peuple (et d'agir en fonction pour éviter les risques de mouvements sociaux...).

Contrôler la population permet aussi de la manipuler....



d’autant que les religions n'ont plus le monopole de la chose
Le #1347652
Après tout, la Commission européenne a bien accepté d'ouvrir aux Américains l'accès libre aux renseignements bancaires des voyageurs se rendant aux States, ceci sans aucune contrepartie, juste comme un cadeau.
Le #1347672
_OvO_ a écrit :

lebonga a écrit :

Kyll>>>Oui, j'ai bien compris !!! Et il faut être vraiment très naïf pour s'imaginer que les profils utilisateurs restent sagement dans les serveurs des grands de l'informatique.

Sans parler de vente, tous les services spéciaux de tous les pays ont accès aux profils des citoyens. C'est vital pour un gouvernement de connaître l'opinion de son peuple (et d'agir en fonction pour éviter les risques de mouvements sociaux...).

Contrôler la population permet aussi de la manipuler....



d’autant que les religions n'ont plus le monopole de la chose


Si, elles l'ont toujours dès lorsqu'on considère que ces nouvelles tendances sont constitutives d'un prémisse de nouvelle "religion" au sens où tu l'entends (le contrôle et monopole).
Le #1348212
"Apple, Google, Microsoft, Facebook, Yahoo et Dropbox ne partagent pas de données avec la NSA ni le FBI"
Et mon C.. c'est pas du poulet?
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]