NSA : Mikko Hypponen de F-Secure boycottera la conférence de RSA Security

Le par  |  2 commentaire(s) Source : F-Secure
F-Secure-logo

Alors que Reuters a révélé des liens obscurs entre RSA Security et la NSA, Mikko Hypponen, directeur chez l'éditeur d'antivirus F-Secure et expert en sécurité, annonce qu'il boycottera la RSA Conference de février 2014 à San Francisco.

Les conséquences des écoutes sauvages de la NSA sont encore à déterminer mais elles pourraient coûter cher à l'économie américaine et les sociétés high-tech US se mobilisent pour tenter d'obtenir des mesures d'encadrement plus strictes des activités des services de renseignement et essayer de restaurer une confiance qui risque de faire défaut un moment parmi les clients.

Et il reste sans doute quelques secrets inavouables qui traînent dans les placards, à l'image de la révélation par Reuters d'une entente à 10 millions de dollars entre la NSA et la société RSA Security (filiale d'EMC) pour utiliser le générateur de nombres aléatoires BSafe, utilisé dans les produits de sécurité mais facile à contourner pour les services de renseignement.

F-Secure-logo RSA a bien aussitôt démenti l'information mais les soupçons demeurent et sont même suffisamment forts pour conduire à des réactions marquées. Mikko Hypponen, expert en sécurité et directeur de recherches au sein de l'éditeur F-Secure, a décidé de boycotter la prochaine RSA Conference de San Francisco en février prochain et durant laquelle il devait faire une intervention dont le titre, ironiquement, était "les gouvernements en tant que créateurs de malwares".

Miko Hypponen est déjà intervenu dans diverses conférences organisées par RSA Security mais le fait que l'entreprise n'ait pas spécifiquement démenti l'accord avec la NSA à 10 millions de dollars évoqué par Reuters le conduit à refuser de participer à l'événement.

Il indique ne pas s'attendre à ce que cela perturbe le déroulement d'un événement rondement mené ni espérer d'autres désistements, alors que la plupart des intervenants sont nord-américains : " les opérations de surveillance des agences de renseignement US sont dirigées contre les étrangers. Je suis l'un de ces étrangers. Et j'interromps mon soutien à votre événement", indique-t-il dans une lettre ouverte adressée aux dirigeants de RSA Security et d'EMC.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1607112
" les opérations de surveillance des agences de renseignement US sont dirigées contre les étrangers. Je suis l'un de ces étrangers. Et j'interromps mon soutien à votre événement"

Respect.

A part Hollande, qui avait exigé des américains qu' ils "arrêtent tout de suite" l'espionnage, et qui fait encore rire dans les chaumières, il n'y a pas eu beaucoup de mouvements concrets de protestation.

On découvre progressivement que les entreprises européennes existent aussi, et seront même capables de fournir des services, qu'on ne veut plus forcément acheter à nos "amis" américains .... et ça, c'est un pouvoir économique dont nous disposons, et dont nous avions même oublié l'existence.

Si quelqu'un pouvait dire à Hollande, que le logiciel libre dans l'administration, "c'est maintenant !" --- ce serait utile, non pas parce qu'il l'a oublié ! ... mas parce qu'il n'a jamais su que ça participait de l'espionnage qu'il dénonce tant




Le #1608762
frèzetagada a écrit :

" les opérations de surveillance des agences de renseignement US sont dirigées contre les étrangers. Je suis l'un de ces étrangers. Et j'interromps mon soutien à votre événement"

Respect.

A part Hollande, qui avait exigé des américains qu' ils "arrêtent tout de suite" l'espionnage, et qui fait encore rire dans les chaumières, il n'y a pas eu beaucoup de mouvements concrets de protestation.

On découvre progressivement que les entreprises européennes existent aussi, et seront même capables de fournir des services, qu'on ne veut plus forcément acheter à nos "amis" américains .... et ça, c'est un pouvoir économique dont nous disposons, et dont nous avions même oublié l'existence.

Si quelqu'un pouvait dire à Hollande, que le logiciel libre dans l'administration, "c'est maintenant !" --- ce serait utile, non pas parce qu'il l'a oublié ! ... mas parce qu'il n'a jamais su que ça participait de l'espionnage qu'il dénonce tant


Heu... openoffice est déjà utilisé massivement dans l'éducation nationale. De nombreux pays n'ont pas franchis ce cap, je trouve que c'est pas si mal
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]