Le patron du FBI réclame une backdoor ou au moins un accès légal dans les smartphones Android et iOS

Le par  |  19 commentaire(s) Source : Wall Street Journal
FBI

Après les révélations sur les capacités d'écoute de la NSA, les éditeurs de plates-formes mobiles ont renforcé la sécurité des OS Android et iOS, au point que le directeur du FBI réclame des backdoors...légales.

A l'occasion du lancement d'Android 5.0 Lollipop chez Google et de iOS 8 pour Apple, la sécurisation des plates-formes s'est renforcée, en réponse aux révélations sur les pratiques d'écoutes illégales de la NSA par Edward Snowden.

FBI De fait, il devient plus difficile pour les agences gouvernementales d'accéder aux données des smartphones dans le cadre d'enquêtes judiciaires. Le patron du FBI James Comey ne cesse d'en mettre en avant les conséquences, affirmant que les agences fédérales ne pourront plus faire leur travail si les sécurités en place sont trop fortes.

Pour se faire entendre, il met en avant divers arguments choc. Après avoir convoqué le spectre du pédophile dont le téléphone deviendrait inviolable, il suggère que les procédés de chiffrement mis en place par les éditeurs vont trop loin et seraient même contraires à la loi.

Il faut dire qu'en annonçant ne pas pouvoir fournir les accès aux données de ses clients même s'il le voulait, le groupe Apple a trouvé un bon argument pour résister aux pressions gouvernementales. En sous-entendant que le procédé de chiffrement est illégal, le patron du FBI peut espérer faire évoluer une situation de renforcement de la sécurisation des terminaux dont le curseur "est allé trop loin".

James Comey appelle ouvertement à un retour en arrière et à la nécessité d'une législation dont les dispositions imposeraient d'une certaine façon une backdoor légale. Il demande une révision des textes encadrant la surveillance des communications en affirmant qu'il n'est plus adapté au monde technologique moderne.

Cette question de mise en place d'une backdoor dans les systèmes est vue par les opposants à un retour en arrière comme un risque d'affaiblissement de la sécurité tout juste renforcée des plates-formes qui pourrait être utilisée par des agences de renseignement étrangères et des pirates.

Même si les demandes du directeur du FBI portent sur des demandes légales sur mandat judiciaire, les débordements de la NSA opérant hors des cadres prévus incitent peu les entreprises high-tech américaines à un retour en arrière alors qu'elles doivent rebâtir un lien de confiance sérieusement écorné avec leurs clients.

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 2

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1813356
Soit windows phone a une part trop limité pour être considéré, soit Windows phone est déjà truffé de backdoor.
Le #1813357
chibre a écrit :

Soit windows phone a une part trop limité pour être considéré, soit Windows phone est déjà truffé de backdoor.


Les 2 mon capitaine.
Le #1813358
Je comprends pas.

C'est clair, c'est complètement con... L'idée même est absurde: Si jamais, par on-ne-sait-quel miracle, ce genre de loi passait les entreprises et clientèles fuiraient en masse les USA pour l'Europe ou l'Asie. Personne voudrait d'un service américain vu que n'importe quel agent gouvernemental pourrait tranquillement voir les photos de famille du monde entier.

Qui plus est, ce genre de mesure s'inscrit dans une évolution de sécurité logique. Si l'entreprise qui détient les données ne peut pas les décrypter (ou concrètement le décryptage prendrait des milliards d'années avec les meilleurs supercalculateurs); alors ni un agent gouvernemental ni un hacker ni un terroriste ou autre ne pourra lire ces données.

Donc à qui s'adresse ce genre de déclaration? Personne y croit, personne y fera rien, personne en a rien à battre. C'est le patron du FBI, donc il est pas complètement idiot (croisons les doigts). Donc pourquoi?

(Sans adresser le fait que si une backdoor légale et présente partout est crackée, ça donne accès au hacker à... tout. Youpi. Lolilol)
Le #1813359
C est pas comme si c etait un peu deja le cas ... suffit de voir le firmware broadband
Le #1813361
+1 Kyll, et il me semble que de toute façon, la constitution des états-unis est censée garantir la confidentialité des communications (quelles qu'elles soient).

Donc le délire du patron du FBI (complètement à côté de ses pompes) ne risque pas de passer devant le congrès.

Sans compter qu'apparemment, pour lui, il n'y a que les "bad guys" pour chiffrer leurs communications. Les entreprises, les journalistes de terrain, les dissidents politiques dans des dictatures, et plus généralement les gens qui ont le droit de ne pas être traqués, fichés ou autre lors de leur consultation du 'net, ils peuvent aller se faire voir? On arrive vraiment à une société complètement orwellienne, sous prétexte de sécurité. Et le vulgus populus s'en tamponne le coquillard car il n'est soit pas informé soit lobotomisé par des médias complices, il n'y a qu'à voir le délire en ce moment autour d'Ebola (dans les pays "développés").

Et comme toi, j'ose même pas imaginer ce qu'une backdoor comme celle là dans la nature pourrait générer comme catastrophe si jamais elle tombe dans de mauvaises mains. Il faut vraiment être complètement incompétent, inculte techniquement pour oser proposer des âneries pareilles de façon sérieuse: ils n'ont aucun sysadmin au FBI pour lui expliquer que son idée est complètement crétine?

J'ai une petite question: comment ils faisaient, au FBI, avant l'invention des smartphones et d'Internet?
Le #1813367
La prochaine fois que j'achète un smartphone (et que la vendeuse est jolie), je lui demande de m'embrasser ... Que voulez-vous... Quand on me baise.. J'aime bien des préliminaires
Le #1813371
1 - Pour moi c'est juste un gros numéro de cirque des ricains à vocation commerciale, pour faire croire à l'ensemble des clients de la planète, "Maintenant vous pouvez acheter nos produits, ils sont sécurisés la preuve même le patron du FBI le dit !" ; Or je pense qu'il n'en est rien et que c'est juste de la com' qu'ils sont obligés de faire car de plus en plus de gens sont sensibles à ces questions d'espionnage généralisé par les UNSA.

2 - On notera que James Comey ne dit pas que le FBI ne peut pas espionner tout le monde mais simplement que ça "deviendrait plus compliqué".

3 - l'argument pipeau de la pédophilie, comme si les pédophiles avaient attendu l'iPhone pour exister

Le #1813378

Après avoir convoqué le spectre du pédophile dont le téléphone deviendrait inviolable,



C'est marrant mais juste avant cette phrase, je me suis dit :

Et allez, ils vont nous faire le coup de la pédophilie ...
Anonyme
Le #1813385
Comme il est dit plus haut, c'est juste du marketing.

D'abord, des applications à la con qu'on installe -même quand il s'agit d'une appli "lampe torche" qui ne fait qu'allumer le flash- demandent à avoir accès à toutes les données de l’appareil; contacts, photos, documents, messages etc, sinon on ne peut pas les installer.
Certaines ne fonctionnent pas sans connexion internet, même quand elles sont entièrement téléchargées dans l'appareil.

Ensuite l’opérateur a une liste de tous les appels, messages, connexions etc...

Le cryptage donc consisterait à empêcher l'interception des données par les ondes...chose inutile puisqu'on a déjà transmis toutes nos données par l’intermédiaire des applis qu'on a installées...


Le #1813387
Et avez vous songé a la possibilité qu'ils ont peut-être déjà leur backdoor dans android et IOS et que le patron du FBI veut simplement faire croire aux gens qu'ils sont maintenant en sécurité afin de faussement rassurer la population devenue très craintive. Au nom du Patriot Act, Google et Apple sont forcés de divulguer toutes les informations et ce même Patriot Act leur interdit d'en parler a qui que ce soit...
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]