Test Battlefield Bad Company

Le par  |  0 commentaire(s)
Battlefield : Bad Company - pochette

Avant tout connue des pratiquants de FPS estampillés PC, la saga Battlefield effectue avec Bad Company une percée exclusive au monde des consoles, mettant de côté l’aspect purement multijoueur pour se focaliser sur un mode solo pêchu comme on les aime. Toujours mené de A à Z par Digital Illusions CE, ce nouvel épisode ne fait clairement pas dans la dentelle, au sein d’une infanterie de têtes brûlées qui se ballade au plein cœur d’une Russie de tous les dangers. Malgré son air de déjà vu, le soft d’EA tire allègrement son épingle du jeu et c’est sur quoi nous allons nous focaliser.

Après un premier essai sur console assez peu convainquant, la série Battlefield était pour de nombreux joueurs une licence foncièrement pertinente sur PC uniquement, de part sa richesse de jeu et son intérêt sans limite en multijoueur. DICE avait réussi à l’époque à allier le côté jouissif des affrontements, ainsi que l’utilisation de nombreux véhicules terrestres et aériens à un aspect typiquement stratégique qui fait de chaque choix une opération à haut risque.

Il fallut attendre près de deux ans pour voir arriver ce fameux Battlefield : Bad Company sur PlayStation 3 et Xbox 360, annoncé comme un véritable tournant dans la série de DICE, offrant pour le coup une campagne solo en sus du mode multijoueur. Réticents de prime abord, les joueurs se sont tout de même peu à peu intéressés à ce nouvel épisode de part le côté impressionnant du moteur graphique et le gameplay revu à la hausse. Pour ce qui est de la scénarisation du titre, ne vous attendez pas à un dédale labyrinthique façon Metal Gear Solid 4 (accéder au test), mais une trame à la fois classique et confortable, laissant allègrement place libre à l’action.

Battlefield : Bad Company   1 Battlefield : Bad Company   2

Le titre vous place dans la peau de Preston Marlow, nouvelle recrue de la compagnie B, une faction peu fréquentable recensant toutes les têtes brûlées imaginables de l’armée américaine. On retrouve donc logiquement tous les stéréotypes des gros bras que l’on a souvent pu voir dans diverses productions cinématographiques. Entre deux frères d’armes complètement attaqués à l’acide et un sergent cherchant simplement à s’extirper de cette guerre au fin fond des contrées russes, il faut avouer que vous n’êtes pas réellement bien entouré. Cela dit, on notera l’énorme second degré dont fait preuve notre équipe, n’hésitant pas à dédramatiser des situations à coups de mimiques fort comiques, à l’image des spots promotionnels diffusés en amont de la commercialisation de la production. Ça change donc des FPS de guerre désormais ultra-classiques.

En dépit d’un scénario somme toute basique, la mise en scène se veut pertinente et surtout particulièrement soignée, offrant des animations riches ainsi que des prises de vue dynamiques, légèrement inclinables au stick analogique. Outre cet aspect purement premier, la facette la plus importante du soft se cale au niveau de son gameplay et surtout l’efficacité de son moteur graphique, permettant quelques folies destructrices.

Battlefield : Bad Company   3 Battlefield : Bad Company   4
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos commentaires
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]