Wabash et Blackfoot : la France espionnée par la NSA

Le par  |  12 commentaire(s)
NSA

Les révélations liées aux documents secrets fuités par Edward Snowden se poursuivent. La France fait partie des cibles de l'espionnage américain.

Dans le cadre de l'opération Wabash, l'ambassade de France à Washington a été mise sur écoute par l'agence nationale de sécurité américaine. Pour l'opération Blackfoot, la NSA a également espionné la mission diplomatique française à l'ONU.

Edward Snowden PRISM NSASelon les révélations de The Guardian qui font suite aux documents secrets fuités par l'ancien consultant du renseignement Edward Snowden, ce sont 38 ambassades et missions diplomatiques qui sont décrites comme des cibles.

Outre la France, cette liste comprend d'autres pays alliés des États-Unis comme l'Italie, le Japon, la Corée du Sud ainsi que des missions de l'Union européenne. Les méthodes d'espionnage comprennent des " bugs implantés dans du matériel de communications électroniques ", des " branchements sur des câbles ", la " collecte de transmissions avec des antennes spéciales ".

The Guardian écrit que l'une des méthodes d'écoute était implantée dans le système Cryptofax à l'ambassade de l'UE à Washington. Ce système est utilisé pour envoyer des câbles diplomatiques de retour aux ministères des affaires étrangères des capitales européennes.

Ce week-end, le journal allemand Der Spiegel a fait des révélations similaires, toujours sur la base de documents secrets obtenus par le lanceur d'alerte Edward Snowden qui met la diplomatie américaine dans l'ambarras. Comme avec PRISM, il sera difficile de légitimer les écoutes par une prévention du terrorisme.

La NSA serait également à l'origine d'attaques informatiques afin de pénétrer les réseaux de plusieurs bureaux de l'Union européenne. Pas de commentaires publiques, le renseignement américain compte s'expliquer par voie diplomatique, tout en en soulignant que " tous les pays s'adonnent au recueil d'informations à l'étranger ".

Fin 2012, L'Express avait publié une enquête sur une cyberattaque des USA ayant ciblé le système d'information de l'Élysée entre les deux tours de la dernière élection présidentielle. Les États-Unis avaient nié et qualifié la France " d'allié proche ".

En début d'année, The Wall Street Journal s'est appuyé sur un document d'estimation National Intelligence Estimate pour écrire que les États-Unis sont la cible d'une " campagne massive de cyberespionnage " qui menace la compétitivité économique du pays. Avec la Chine, la Russie et Israël, la France a été citée pour sa participation dans du cyberespionnage à l'encontre des USA.

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 2

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1386932
Ils suivent le modèle américains donc ils font genre qu'ils sont outrés mais c'est juste des hypocrites.
Le #1386952
Malheureusement, ceci n'est pas à proprement parler un scoop, mais seulement la confirmation de ce que beaucoup craignaient depuis longtemps ...

Je n'adhère en rien à la théorie du complot systématique, mais force est de reconnaître que depuis le Patriot Act, et la mise en place de notions comme celle de l'"ennemi combattant", .... TOUT est parfaitement envisageable, et nous avions la possibilité ---pour nos politiques : le devoir !!!--- de l'envisager.

Nos amis américains, sous prétexte de lutte contre le terrorisme, sont entrés en guerre commerciale contre les puissances qui les gênent ( Chine, UE, Japon etc), et ils ont la même approche que Lance Armstrong vis-à-vis du Tour de France :
l'essentiel n'est PAS de participer, mais de GAGNER ........... peu importent les moyens !

Leur réaction sera donc sous une forme diplomatique :"Vous allez pas nous faire chie***** pour un peu d' EPO, non ??? "
[ = 'le renseignement américain compte s'expliquer par voie diplomatique, tout en en soulignant que " tous les pays s'adonnent au recueil d'informations à l'étranger " ' ]


Le #1386962
Moi ce que je trouve étonnant , c'est que ça surprenne tout le monde

Me dite pas que les délégations EU aux states sont assez naïves pour croire qu'elles ne sont pas espionnées...surtout quand les US leur mettent des lignes dites "sécurisées" à disposition....

On sait tous que les amerlocs s'octroient des passe-droits...et c'est pas dit qu'on ne fasse pas pareil chez nous....
Le #1386982
Montigny a écrit :

Moi ce que je trouve étonnant , c'est que ça surprenne tout le monde

Me dite pas que les délégations EU aux states sont assez naïves pour croire qu'elles ne sont pas espionnées...surtout quand les US leur mettent des lignes dites "sécurisées" à disposition....

On sait tous que les amerlocs s'octroient des passe-droits...et c'est pas dit qu'on ne fasse pas pareil chez nous....


Nous ne sommes pas assez bons technologiquement pour ça !
Le #1387022
Entre le fait que les amitiés economico-diplomatiques sont plus que criticables et la dépendance d'une grande partie du monde envers les USA pour les communications et les échanges de données, faudrait peut-être se réveiller, non ?

Les USA n'ont pas d'amis. Pas d'alliés non plus. Tout au plus des partenaires le temps qui les arrange, qu'il se mesure en années ou en décennies. Les USA sont paranos et n'ont réellement confiance en personne (à se demander s'ils se font confiance eux-même). Je crains depuis longtemps que ce délire ne leur coûte cher.

Le principal est pour nous d'assurer autant que possible notre indépendance vis à vis d'un tel despote en puissance.Mais est-ce encore possible ?

Loin de moi l'idée d'alimenter l'anti-américanisme primaire, mais fermer les yeux trop longtemps rend aveugle...
Le #1387072
Sicyons a écrit :

Entre le fait que les amitiés economico-diplomatiques sont plus que criticables et la dépendance d'une grande partie du monde envers les USA pour les communications et les échanges de données, faudrait peut-être se réveiller, non ?

Les USA n'ont pas d'amis. Pas d'alliés non plus. Tout au plus des partenaires le temps qui les arrange, qu'il se mesure en années ou en décennies. Les USA sont paranos et n'ont réellement confiance en personne (à se demander s'ils se font confiance eux-même). Je crains depuis longtemps que ce délire ne leur coûte cher.

Le principal est pour nous d'assurer autant que possible notre indépendance vis à vis d'un tel despote en puissance.Mais est-ce encore possible ?

Loin de moi l'idée d'alimenter l'anti-américanisme primaire, mais fermer les yeux trop longtemps rend aveugle...


Avec la culture informatique/numérique de nos politiques .... nous ne sommes pas près d'être sortis de l'auberge !

L'importance d'avoir un OS non-dépendant d'une puissance étrangère [ typiquement "libre" donc ! ], ainsi que des logiciels qui nous garantissent qu'ils ne nous espionnent pas [encore une fois... du "libre" ], ce sont là des questions qui échappent complètement aux stratèges de l'action de ce pays.

Pur confirmer, et juste pour la rigolade ( même si en fait, c'est triste !! )
https://www.youtube.com/watch?v=ph6ZeEDnFmc (albanel, j'ai mal pour elle !!)

Le #1387082
Allez la france va faire comme pour google 1000 euros d'amende et .......

continuer d'acheter des licences winmaird

le monde est mal barré

le meilleur c'est que ces cons là veulent poursuivre le pauvre edward pour..... espionnage

comics is back


Le #1387152
Sans blagues !!!!!!

Depuis la seconde guerre mondiale, c'est comme ça (projet Echelon et ses dérivés) ; ceux qui tombent des nues sont vraiment de grands naïfs !!!

La puissance et la sécurité dépendent de 3 choses : savoir, empêcher les autres de savoir et agir sur leurs connaissances.

A partir de là, tout est imaginable...
Le #1387252
Personne ne tombe des nues, par contre, c'est la première fois il me semble qu'on a une confirmation de ces pratiques, et c'est ce qui met les USA dans l'embarras.
Le #1387262
Peut-être ne pas oublier autour de cette affaire les aspects simplement "normaux et commerciaux" autour des données personnelles et de l'environnment actuel "3 ou 4 monstres géants du web". Et à ce sujet sans doute important de comprendre que pour que les choses fonctionnent "sans friction", il n'y a strictement aucun besoin d'ID unique par utilisateur partagé entre les services, au contraire garantie d'échec et à éviter à tout prix. Par contre besoin d'un nouveau rôle, plusieurs organisations dans le rôle et séparation des rôles.
Il serait pas mal que F Pellerin le comprenne au sujet d'IDeNum :
http://iiscn.wordpress.com/2011/06/29/idenum-une-mauvaise-idee/


Et puis si cette histoire calmait aussi un peu le viol du terme virtuel au sujet d'internet numérique et compagnie, viol avec lequel quasi tt le monde s'est amusé depuis le début des nineties, par là ?
Ce serait pas mal non ?

Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]