La Commission européenne met un peu plus la pression sur les plateformes en ligne dans la lutte contre le contenu illicite, et en particulier le contenu terroriste. Elles devront supprimer les contenus terroristes dans un délai d'une heure après signalement.

Commission EuropéennePour justifier cette suppression dans l'heure, la Commission européenne écrit dans un communiqué que " le contenu à caractère terroriste est le plus préjudiciable au cours des premières heures de sa parution en ligne. "

Le signalement doit être l'œuvre d'autorités compétentes. Pour le moment, il est question d'une recommandation. Les États membres et les entreprises devront faire part des progrès enregistrés dans trois mois. Le cas échéant, la recommandation pourra faire l'objet d'une mesure législative.

Contre la propagation de discours haineux et illégaux en ligne, Facebook, Twitter, YouTube et Microsoft, ainsi que plus récemment Google+ et Instagram avaient déjà pris des engagements auprès de la Commission européenne dans le cadre d'un code de bonne conduite. La majorité des signalements doivent être examinés en moins de 24 heures.

Pour la Computer and Communications Industry Association, un lobby regroupant plusieurs grands groupes technologiques, la recommandation européenne pour un retrait des contenus terroristes dans l'heure " ne tient pas compte de toutes les contraintes réelles liées à la suppression de contenu, et incitera fortement les fournisseurs de services d'hébergement à simplement retirer tous les contenus signalés. "

La Commission européenne demande également l'adoption plus large de mesures proactives pour supprimer les contenus illicites.