Altice crée deux sociétés détentrices des pylones pour réduire sa dette de 2,5 milliards d'euros

Le par  |  5 commentaire(s)
Antennes-4g

Pour alléger sa dette tout en conservant la propriété de ses actifs, Altice Europe annonce la création de deux entreprises de gestion des pylônes des antennes-relais en France et au Portugal, permettant de générer 2,5 milliards d'euros.

Toujours occupée à réduire son imposante dette de plus de 30 milliards d'euros, Altice, maison mère de SFR, a eu une idée lumineuse pour générer du cash sans vendre ses actifs : créer des sociétés de gestion des pylônes des antennes-relais en partenariat avec des fonds d'investissement.

Altice nouveau logoAltice Europe annonce ainsi la création de deux entreprises, l'une en France, SFR TowerCo,  et l'autre au Portugal, Towers of Portugal, qui vont permettre de générer 2,5 milliards d'euros, montant qui servira à réduire la fameuse dette.

Altice France conservera un contrôle majoritaire à 50,1% dans SFR TowerCo, le reste étant détenu par le fonds KKR, avec la cession de 10 200 antennes actuellement gérées par SFR.

La nouvelle entité pourra créer de nouveaux sites mais aussi fournir des sites existants aux opérateurs, SFR comme d'autres, en fonction des besoins, notamment en zones denses.

Au Portugal, Altice a fait de même pour Towers of Portugal via l'opérateur PT Portugal en cédant 2961 antennes et 75% du contrôle à un consortium.

Dans cette initiative, on retrouve l'obsession de Patrick Drahi à devenir ou rester propriétaire de ses actifs dans le secteur télécom.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2019310
Mais on a le droit de faire ça ?
Le #2019311
Subutox a écrit :

Mais on a le droit de faire ça ?


A leur niveau, je crois qu'on a les droits qu'on veut...
Le #2019349
Subutox a écrit :

Mais on a le droit de faire ça ?


Tous ce qui n'est pas interdit est autorisé
Le #2019369
Je serais curieux de connaitre le capital investi dans ces deux entités ...

M'enfin, c’était surement une décision "mûrement réfléchie".
Le #2019469
Comment peuvent-il transférer des immobilisations d'une entreprise à une autre sans léser les actionnaires ?
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme