Atterrisseurs lunaires habités : la Nasa prend plus de temps pour choisir

Le par Jérôme G.  |  0 commentaire(s)
nasa-artemis-atterrisseurs-lune

Les États-Unis seront-ils à l'heure de 2024 pour leur retour sur la Lune avec des astronautes ? Nouveau signe que ce calendrier sera difficile à respecter.

Dans le cadre de son programme Artemis avec le retour d'astronautes sur la Lune et l'envoi de la première femme, la Nasa a sélectionné trois projets d'atterrisseurs soutenus par les entreprises Blue Origin, Dynetics et SpaceX.

L'Agence spatiale américaine a récemment décidé de retarder son attribution des contrats. Elle était initialement prévue pour le 28 février prochain. Elle est désormais repoussée de deux mois, soit pour le 30 avril 2021.

La Nasa évoque une prolongation qui constitue un changement administratif. C'est autrement dit une question de budget, avec dès lors des interrogations sur la fameuse date de 2024 pour le retour d'Américains sur la Lune… tant désirée par l'ancien président américain Donald Trump.

Plusieurs consortiums en lice

Blue Origin développe l'Integrated Lander Vehicle (ILV) avec Lockheed Martin, Northrop Grumman et Draper Laboratory pour un atterrisseur à trois étages pouvant être lancé par son propre lanceur lourd New Glenn et une fusée Vulcan d'United Launch Alliance.

national-team-maquette-atterrisseur-lune

Dynetics travaille sur le Dynetics Human Landing System (DHLS) en collaboration avec Thales Alenia Space qui s'occupe du développement d'une cabine pressurisée pour un atterrisseur lunaire à deux étages. Il sera lancé par une fusée Vulcan d'ULA.

Pour SpaceX, il s'agit du développement du système de transport à un étage Starship en tant qu'atterrisseur entièrement intégré qui utilisera son booster Super Heavy.


  • Partager ce contenu :
Complément d'information

Vos commentaires

icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire
avatar
Anonyme
Anonyme avatar