Cambridge Analytica : Facebook sous le coup d'une amende britannique

Le par  |  0 commentaire(s)
Facebook-HQ

Le régulateur britannique chargé de la protection des données veut sanctionner Facebook d'une amende de 500 000 £ dans le cadre de l'affaire Cambridge Analytica. En raison du timing, Facebook échappe au RGPD.

L'Information Commissioner's Office (ICO) annonce son intention d'infliger une amende de 500 000 £ (près de 565 000 €) à Facebook. Il s'agit du montant maximal possible. Si cela sera indolore pour un groupe de la taille de Facebook, il n'en sera pas de même pour son image largement écornée ces derniers temps.

Dans l'affaire Cambridge Analytica, l'ICO reproche au groupe de Mark Zuckerberg d'avoir " enfreint la loi en omettant de protéger les renseignements personnels de personnes. " Pour le régulateur britannique chargé de la protection des données, Facebook n'a en outre " pas fait preuve de transparence sur la manière dont les données de personnes ont été recueillies par d'autres. "

Pour cette fameuse affaire Cambridge Analytica, un chercheur universitaire a pu recueillir des données sur 87 millions d'utilisateurs du réseau social grâce à un quiz de personnalité passé par près de 300 000 personnes via leur compte Facebook. L'application (le quiz) a récupéré des données sur leurs amis.

Cambridge-AnalyticaLes données ont ultérieurement été fournies à Cambridge Analytica, une entreprise britannique de communication stratégique et d'analyse de données. En diffusant des contenus ciblés sur la base de profils, elle est accusée d'avoir exploité les données, notamment pour tenter d'influencer le vote lors de la campagne présidentielle américaine de 2016 et pour le Brexit au Royaume-Uni.

L'ICO indique que Facebook a la possibilité de répondre à son avis d'intention. Après quoi, une décision finale sera prise.

" Comme nous l'avons déjà dit, nous aurions dû faire davantage pour enquêter sur les allégations concernant Cambridge Analytica et prendre des mesures en 2015. Nous avons travaillé en étroite collaboration avec l'ICO dans son enquête sur Cambridge Analytica, tout comme nous l'avons fait avec les autorités des États-Unis et d'autres pays. Nous sommes en train d'examiner les conclusions de l'ICO et nous répondrons bientôt ", a déclaré Erin Egan, responsable de la confidentialité chez Facebook (The Guardian).

Facebook a autorisé la fameuse application (le quiz) en 2014 et 2015. Compte tenu de ce calendrier, l'ICO n'a pas été en mesure d'appliquer le Règlement général sur la protection des données (RGPD) de l'Union européenne qui est entré en vigueur le 25 mai dernier et s'applique également au Royaume-Uni malgré sa décision de quitter l'UE.

Avec le RGPD, les sanctions financières les plus importantes peuvent atteindre 4 % du chiffre d'affaires annuel mondial d'un groupe.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme