Tracking par Bluetooth : les Français ne s'annoncent pas vraiment réceptifs

Le par  |  44 commentaire(s) Source : Le Figaro
Bluetooth

Le projet d'application mobile pour alerter en cas de contact avec des personnes contaminées ne fait pas l'unanimité chez les Français.

Comme dans d'autres pays, le gouvernement français réfléchit à proposer une application mobile qui permettrait de fonctionner comme un système d'alerte signalant a posteriori la proximité de contact d'une personne contaminée.

Les modalités du projet StopCovid sont en cours de discussion et il n'est pas encore sûr que l'application finisse par être proposée au stade du déconfinement. Le choix de la technologie (la connectivité sans fil Bluetooth) mais aussi les problématiques de récupération des données personnelles et de risques de dérive des usages vers une surveillance généralisées sont autant d'écueils qu'il va falloir éviter.

Mais si l'application voit finalement le jour, sera-t-elle pour autant utilisée par le public, sur la base du volontariat ? Un sondage Ifop publié par le Journal Du Dimanche révèle que l'acceptation ne sera pas une mince affaire.

coronavirus

Seuls 46% des sondés accepteraient d'installer l'application et de jouer le jeu du système d'alerte tandis que 45% indiquent qu'ils n'installeraient le logiciel sur leur téléphone que si cela devenait une obligation.

Le rejet ou l'acceptation se fait aussi d'après les affinités politiques et selon que les sondés sont citadins (plutôt pour l'utilisation de l'application) ou ruraux (plutôt contre), tandis que l'âge des répondants influe aussi la réponse, les jeunes générations étant plus favorables à un tel mécanisme de tracking.

L'Union européenne veut veiller au grain

Dans le même temps, la question de l'usage des données personnelles inquiète. Thierry Breton, commissaire européen au marché intérieur, a rappelé qu'il était hors de question d'introduire des mesures coercitives dans l'application de suivi des patients contaminés.

Seuls les services de santé doivent pouvoir avoir accès aux informations tandis que l'application ne pourra être utilisée que sur la base du volontariat. C'est l'esprit de la "boîte à outils" dévoilée il y a quelques jours par le contrôleur européen de la protection des données et qui fournit un cadre de développement pour l'application à destination des Etats européens.

A ces considérations pour éviter le détournement de l'esprit de l'application s'ajoutent celles concernant la sécurisation des transmissions des données personnelles via l'application, afin d'en éviter le piratage ou la récupération détournée.

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 5

Trier par : date / pertinence
Le #2096667
Quand un abruti de journaliste te raconte que ceux qui auront refusé d'installer le mouchard sur leur smartphone ne seront pas prioritaires pour les soins, c'est vrai que ça ne fait pas envie cette dictature qui refuse de dire son nom
Le #2096668
Misstigry a écrit :

Quand un abruti de journaliste te raconte que ceux qui auront refusé d'installer le mouchard sur leur smartphone ne seront pas prioritaires pour les soins, c'est vrai que ça ne fait pas envie cette dictature qui refuse de dire son nom


va dans une vraie dictature et après on en reparlera
Le #2096671
"les jeunes générations étant plus favorables à un tel mécanisme de tracking."



Définition "jeune"

8 qui est encore naïf, crédule
10 qui est inexpérimenté


Bref, faut il compter sur les jeunes générations ?
Les jeunes s'intéressent trop aux nouveaux jouets "high-tech" sans se rendre compte le risque de la vie privée.
Le #2096672
"45% indiquent qu'ils n'installeraient le logiciel sur leur téléphone que si cela devenait une obligation."

Et la liberté,on en fait quoi!!!!
Le #2096673
phamtome a écrit :

"45% indiquent qu'ils n'installeraient le logiciel sur leur téléphone que si cela devenait une obligation."

Et la liberté,on en fait quoi!!!!


la liberté totale n'existe pas, y compris en démocratie
elle est limitée par des règles que sont les lois de la république.

Genre si tu veux te balader à poil dans la rue ->interdit
Le #2096674
Allez faites donc la même appli avec les alcooliques, les délinquants sexuelles, ceux qui ont le Sida pendants que vous y êtes
Le #2096675
Ce qui sera le plus important ce n'est pas d'utiliser le Bluetooth ou la géolocalisation mais le fait de savoir si l'app uploadera ses données quelques part. C'est ça qu'il faudra surveiller de près (et après chaque mise à jour).
Le #2096676
Bruno a écrit :

phamtome a écrit :

"45% indiquent qu'ils n'installeraient le logiciel sur leur téléphone que si cela devenait une obligation."

Et la liberté,on en fait quoi!!!!


la liberté totale n'existe pas, y compris en démocratie
elle est limitée par des règles que sont les lois de la république.

Genre si tu veux te balader à poil dans la rue ->interdit


C'est vrai, mais comme il faut appeler un chat un chat, nous sommes en république démocratique, ce qui n'est fondamentalement pas une démocratie, mais une république avec seulement certains aspects de la démocratie.
Après ces aspects sont en plus minimisés par divers mécanismes, mais c'est encore un autre sujet.
Le #2096679
Perso, je l'installerrais par curiosité

EDIT :
Serieux vous avez quoi à cacher, vous possédez déjà tous un smartphone (avec des compte google/apple) avec différentes applications connectés, utilisez du cloud, objets connecté à domicile...
Et allez même sur internet pour presque tout faire.

Ca me rappelle l'époque où certains ne voulez pas payer avec une carte bancaire pour ne pas être tracé, alors que la banque s'en fiche complètement de vos dépenses du quotidien mdr.

Avant, on disait que les vieux n'acceptez et n'évoluez pas avec les nouvelles technologies.
Aujourd'hui, les vieux c'est vous désormais
Le #2096680
GOTCHA a écrit :

Perso, je l'installerrais par curiosité


"Tu peux toujours essayer ce prototype, mais c'est à tes risques et périls"


Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme