Themis : l'ESA testera son prototype de lanceur réutilisable européen en 2023

Le par Christian D.  |  15 commentaire(s)
Themis_demonstrations

Alors que SpaceX utilise désormais régulièrement des lanceurs réutilisables pour ses missions commerciales, l'ESA annonce un premier vol de démonstration de son lanceur réutilisable Themis pour 2023.

C'est l'un des secrets des entreprises aérospatiales de la nouvelle vague pour abaisser le coût des missions et remporter les contrats : réutiliser une partie des lanceurs sur plusieurs missions.

La firme SpaceX d'Elon Musk utilise désormais cette technique régulièrement pour récupérer l'étage principal de son lanceur Falcon 9 après atterrissage en douceur au sol ou sur une plate-forme en mer et le réutiliser plusieurs fois.

De son côté, Rocket Lab vient de réussir un premier essai en conditions réelles pour remettre la main sur le premier étage de son lanceur Electron, ici après un amerrissage mais bientôt directement lors de sa redescente en parachute.

Themis_demonstrations

Et en Europe ? L'Agence spatiale européenne (ESA) travaille sur un projet similaire de lanceur réutilisable. Baptisé Themis, il a débuté cette année les premières étapes de son développement et l'ESA confirme le calendrier d'un premier vol d'essai à partir de 2023, avec la récupération de l'étage principal.

Le programme Themis met en place les briques techniques qui permettront ensuite l'utilisation de cette technologie dans de futurs lanceurs européens. L'ESA vient donc de signer un premier contrat de 33 millions d'euros avec ArianeGroup, maître d'oeuvre du projet, pour mener la phase initiale, à savoir le banc de test et la préparation des technologies de vol, ainsi que la préparation de la station terrestre de Kiruna (Suède) afin de mener les "hop tests" (faire décoller à faible altitude et revenir se poser l'étage principal) en 2022.

Prometheus

Le programme Themis repose sur la conception du moteur européen Prometheus qui aura la particularité d'être réallumable et contrôlable en temps réel par un ordinateur de bord pour piloter les différentes phases de vol.

Le démonstrateur Themis, de 30 mètres de haut pour 3,5 mètres de diamètre, emportera 130 tonnes de mélange oxygène liquide / méthane pour alimenter trois moteurs Prometheus.

L'objectif est le même que pour les entreprises utilisant déjà cette technique : réduire les coûts des missions et faire appel à de nouvelles sources d'énergie moins polluante, pour une "filière de lanceurs spatiaux écoresponsables".

  • Partager ce contenu :
Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 2

Trier par : date / pertinence
skynet away Absent VIP icone 84359 points
Le #2116200
Quelle excellente nouvelle !
Et au passage Cocorico : https://fr.wikipedia.org/wiki/ArianeGroup
bernie973 offline Hors ligne Héroïque avatar 847 points
Le #2116229
Et c'est ces mêmes personnes qui disaient que ça coûteraient plus cher de faire un lanceur réutilisable, il y a 20 ans de ça.
skynet away Absent VIP icone 84359 points
Le #2116239
bernie973 a écrit :

Et c'est ces mêmes personnes qui disaient que ça coûteraient plus cher de faire un lanceur réutilisable, il y a 20 ans de ça.


Il y a pas toujours de visionnaires à la tête.
La concurrence a du bon
BenYoung offline Hors ligne Habitué avatar 207 points
Le #2116365
skynet a écrit :

bernie973 a écrit :

Et c'est ces mêmes personnes qui disaient que ça coûteraient plus cher de faire un lanceur réutilisable, il y a 20 ans de ça.


Il y a pas toujours de visionnaires à la tête.
La concurrence a du bon


la concurrence est bonne, mais avoir des gens comme Thierry Breton, André Hubert Roussel, Stéphane israël, Alain Charmeau et Jan Worner rejetant des fusées réutilisables uniquement pour faire demi-tour et demander des milliards d'euros pour apprendre comment Spacex et Blue Origin fabriquent ces fusées n'est jamais bon. signe. L'Europe n'a pas de vision. Nous attendons que les États-Unis se développent: Google Amazon Facebook Apple Microsoft Spacex Blue Origin Satellite constellations Internet et plus. Ensuite, nous sortons la carte «Je veux aussi une carte de souveraineté».
skynet away Absent VIP icone 84359 points
Le #2116374
BenYoung a écrit :

skynet a écrit :

bernie973 a écrit :

Et c'est ces mêmes personnes qui disaient que ça coûteraient plus cher de faire un lanceur réutilisable, il y a 20 ans de ça.


Il y a pas toujours de visionnaires à la tête.
La concurrence a du bon


la concurrence est bonne, mais avoir des gens comme Thierry Breton, André Hubert Roussel, Stéphane israël, Alain Charmeau et Jan Worner rejetant des fusées réutilisables uniquement pour faire demi-tour et demander des milliards d'euros pour apprendre comment Spacex et Blue Origin fabriquent ces fusées n'est jamais bon. signe. L'Europe n'a pas de vision. Nous attendons que les États-Unis se développent: Google Amazon Facebook Apple Microsoft Spacex Blue Origin Satellite constellations Internet et plus. Ensuite, nous sortons la carte «Je veux aussi une carte de souveraineté».


"L'Europe n'a pas de vision. Nous attendons que les États-Unis se développent"

Depuis des années Ariane est le n°1 dans le secteur
BenYoung offline Hors ligne Habitué avatar 207 points
Le #2116376
skynet a écrit :

BenYoung a écrit :

skynet a écrit :

bernie973 a écrit :

Et c'est ces mêmes personnes qui disaient que ça coûteraient plus cher de faire un lanceur réutilisable, il y a 20 ans de ça.


Il y a pas toujours de visionnaires à la tête.
La concurrence a du bon


la concurrence est bonne, mais avoir des gens comme Thierry Breton, André Hubert Roussel, Stéphane israël, Alain Charmeau et Jan Worner rejetant des fusées réutilisables uniquement pour faire demi-tour et demander des milliards d'euros pour apprendre comment Spacex et Blue Origin fabriquent ces fusées n'est jamais bon. signe. L'Europe n'a pas de vision. Nous attendons que les États-Unis se développent: Google Amazon Facebook Apple Microsoft Spacex Blue Origin Satellite constellations Internet et plus. Ensuite, nous sortons la carte «Je veux aussi une carte de souveraineté».


"L'Europe n'a pas de vision. Nous attendons que les États-Unis se développent"

Depuis des années Ariane est le n°1 dans le secteur


Pendant des années, Ariane s'est assise en train de grossir parce qu'elle avait le monopole. Nous préférons être conservateurs au lieu de prendre des risques. Mais ces Gaulois sont fous! Stéphane Israël ne cessait de répéter que la reprise n'était pas rentable! SpaceX perd de l'argent à chaque lancement. C'est une faillite à court terme. Arianespace écrasera SpaceX! Ils n'ont aucune chance!
Mais quel bouffon.
BenYoung offline Hors ligne Habitué avatar 207 points
Le #2116377
Stéphane Israël, Thierry Breton, Alain Charmeau et André Hubert Roussel ont déclaré que la réutilisabilité était un gaspillage. "Je ne peux pas dire à mes équipes de construire une fusée par an et de les renvoyer chez eux jusqu'à l'année prochaine". CFE-CGC Ariane se mettrait en grève pour empêcher les fusées réutilisables et éviter la main-d'œuvre maigre de Spacex.
LinuxUser offline Hors ligne VIP icone 16734 points
Le #2116381
Ce qui est assez désolant, c'est qu'on va commencer les tests en 2022, la ou dans la même période SpaceX sera sur la fin du développement de Starship, qui va tellement réduire les couts que Falcon9/Heavy pourrait même être abandonnée...

Dans le meilleur des cas, on aura la techno de la Falcon9 avec pas mal d'années de retard, ca veut dire un matériel fiabilisé pour SpaceX et pas pour l'ESA.
BenYoung offline Hors ligne Habitué avatar 207 points
Le #2116382
LinuxUser a écrit :

Ce qui est assez désolant, c'est qu'on va commencer les tests en 2022, la ou dans la même période SpaceX sera sur la fin du développement de Starship, qui va tellement réduire les couts que Falcon9/Heavy pourrait même être abandonnée...

Dans le meilleur des cas, on aura la techno de la Falcon9 avec pas mal d'années de retard, ca veut dire un matériel fiabilisé pour SpaceX et pas pour l'ESA.


La situation est plus grave que cela. Spacex aura 2 à 3 générations d'avance, tout prochain projet d'Ariane traitera des rendements géopolitiques augmentant les coûts, la fusée réutilisable Blue Origins New Glenn, le support logistique américain avancé à faible coût, l'Allemagne cherchant à développer sa propre technologie via Hyimpulse et ISAR aerospace, Italie recherche sur le développement de Vega-E, de la concurrence chinoise, indienne, japonaise et néo-zélandaise, des constellations GPS et Internet américaines, Brexit effectuant un contrat Oneweb (le gouvernement britannique possède maintenant Oneweb, il est prudent de dire qu'il emmènera ses affaires ailleurs) manque de soutien institutionnel , missions habitées avec du personnel de l'ESA sur Spacex et Boeing, Ariane 6 avec deux ans de retard avec une technologie ancienne et bien d'autres.
VVonderVVoman offline Hors ligne Héroïque icone 911 points
Le #2116389
BenYoung a écrit :

LinuxUser a écrit :

Ce qui est assez désolant, c'est qu'on va commencer les tests en 2022, la ou dans la même période SpaceX sera sur la fin du développement de Starship, qui va tellement réduire les couts que Falcon9/Heavy pourrait même être abandonnée...

Dans le meilleur des cas, on aura la techno de la Falcon9 avec pas mal d'années de retard, ca veut dire un matériel fiabilisé pour SpaceX et pas pour l'ESA.


La situation est plus grave que cela. Spacex aura 2 à 3 générations d'avance, tout prochain projet d'Ariane traitera des rendements géopolitiques augmentant les coûts, la fusée réutilisable Blue Origins New Glenn, le support logistique américain avancé à faible coût, l'Allemagne cherchant à développer sa propre technologie via Hyimpulse et ISAR aerospace, Italie recherche sur le développement de Vega-E, de la concurrence chinoise, indienne, japonaise et néo-zélandaise, des constellations GPS et Internet américaines, Brexit effectuant un contrat Oneweb (le gouvernement britannique possède maintenant Oneweb, il est prudent de dire qu'il emmènera ses affaires ailleurs) manque de soutien institutionnel , missions habitées avec du personnel de l'ESA sur Spacex et Boeing, Ariane 6 avec deux ans de retard avec une technologie ancienne et bien d'autres.


euh.. à part la réutilisation, SpaceX ce ne sont que des technologies des années 60 quand l'ESA innove chaque année.

Et SpaceX n'a toujours pas prouvé ni la sécurité, ni la rentabilité ni l'aspect écologique pour le moment de leurs projets... au contraire.
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire