Galileo : le Royaume-Uni écarté du programme par l'UE

Le par  |  23 commentaire(s) Source : The Register
Galileo

Brexit oblige, la position du Royaume-Uni dans le programme de géopositionnement européen fait débat en Europe, entre son rôle de contributeur initial et son statut de pays tiers sorti de l'Europe qui pourrait empêcher ses entreprises de participer aux appels d'offre.

Le Royaume-Uni a largement contribué avec les autres Etats membres européens à la mise en place d'un système de géopositionnement européen indépendant permettant de s'affranchir si la nécessité s'en faisait sentir du GPS américain et offrant une précision améliorée qui assurera le développement de nouveaux services.

Mais avec le Brexit préparant sa sortie de l'Europe, le rôle du Royaume-Uni dans les prochaines phases du projet Galileo (expansion du nombre de satellites en service, nouvelle génération de satellites....) est remis en question.

galileo_satellite_09

Alors qu'il souhaite, en tant que participant initial au projet, que l'ensemble de ses prérogatives soient maintenues, même au niveau des composantes les plus sensibles, les autres pays de l'Union européenne font valoir qu'il devient avec le Brexit un pays tiers extérieur à l'Europe, ce qui impose un accès limité aux décisions stratégiques et aux points les plus sensibles du réseau de positionnement.

Et même avec la menace de la restitution de 1 milliard de livres sterling engagées sur le projet Galileo et de nouveaux retards dans un programme déjà très en retard sur son calendrier initial, l'Union européenne tend plutôt à ne pas vouloir céder et à considérer désormais la Grande-Bretagne comme un pays tiers une fois le Brexit entériné.

Galileo UK EU

Cela ne fait pas les affaires du pays qui risque de voir ses entreprises aérospatiales écartées des appels d'offre des prochaines tranches du programme et de ne pas pouvoir profiter des pleines possibilités du système de géopositionnement lorsque sa constellation arrivera à maturité en 2020, et notamment des signaux militaires hautement précis et sécurisés.

Les représentants politiques font déjà valoir qu'en cas de sortie de Galileo, le Royaume-Uni pourrait bien monter son propre système de positionnement en partenariat avec un partenaire des Five Eyes (Australie, Canada, Nouvelle-Zélande, USA, UK), hors USA, mais une telle initiative nécessiterait des investissements astronomiques et resterait difficile à rendre économiquement viable.

Les discussions se poursuivent mais les déclarations de Michel Barnier, responsable européen pour les négociations autour du Brexit, restent fermes sur ce point au fil des mois, laissant de moins en moins d'espoirs outre-Manche.

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 3

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2018300
La violence

Mais bon, c'est normal.

Quand ils étaient en europe, ils faisaient chier à sélectionner ce qui leur plaisaient et ce qui ne leur plaisaient pas.

Maintenant qu'ils n'y sont plus, ils ne vont pas en plus choisir les avantages qu'ils veulent garder.


Le #2018310
Autant je suis pour la fermeté vis-à-vis du Royaume-Uni dans le cadre du Brexit, autant sur ce coup-là ils ont payé leur part et donc l'UE devrait simplement renégocier le truc pour qu'ils puissent l'utiliser, à condition qu'ils continuent à payer pour, comme s'ils étaient toujours dans l'UE.
Le #2018311
Le royaume uni.. Il faut lui baisser son caleçon !!
Le #2018313
perso je suis pour un remboursement

"on veut les avantages, sans les inconvénients"

ça marche pas comme ça la vie
Le #2018314
Je suis pas sûr de comprendre.. Que signifie "être exclue du programme Galileo" ?

Parce qu'au dernière nouvelle, le seul pays à développer le GPS est les US, et ce truc est accessible partout sur la planète. Si le téléphone T est compatible Galileo... ben... Il devrait aussi pouvoir s'en servir aux Royaumes-Unis, non ? Je suis pas sûr de m'exprimer clairement...
Le #2018319
jujubibi a écrit :

Je suis pas sûr de comprendre.. Que signifie "être exclue du programme Galileo" ?

Parce qu'au dernière nouvelle, le seul pays à développer le GPS est les US, et ce truc est accessible partout sur la planète. Si le téléphone T est compatible Galileo... ben... Il devrait aussi pouvoir s'en servir aux Royaumes-Unis, non ? Je suis pas sûr de m'exprimer clairement...


S'il ne participe plus au dev., le R-U n'aura pas accès à la totalité de la techno (genre précision de position, ...)

Ben, qu'ils aillent avec leurs potes australiens, on s'en bat l'oeil...

Par contre, brexit ou pas, faudrait quand même se sortir un peu les doigts du portefeuille, pasque sinon, les angliches auront leurs système avant nous...
Le #2018332
lebonga a écrit :

jujubibi a écrit :

Je suis pas sûr de comprendre.. Que signifie "être exclue du programme Galileo" ?

Parce qu'au dernière nouvelle, le seul pays à développer le GPS est les US, et ce truc est accessible partout sur la planète. Si le téléphone T est compatible Galileo... ben... Il devrait aussi pouvoir s'en servir aux Royaumes-Unis, non ? Je suis pas sûr de m'exprimer clairement...


S'il ne participe plus au dev., le R-U n'aura pas accès à la totalité de la techno (genre précision de position, ...)

Ben, qu'ils aillent avec leurs potes australiens, on s'en bat l'oeil...

Par contre, brexit ou pas, faudrait quand même se sortir un peu les doigts du portefeuille, pasque sinon, les angliches auront leurs système avant nous...


"on s'en bat l'oeil..." ... Ha ! Perso, c'est autre chose que je me bats dans ce contexte mais à chacun son truc
Le #2018334
Ulysse2K a écrit :

lebonga a écrit :

jujubibi a écrit :

Je suis pas sûr de comprendre.. Que signifie "être exclue du programme Galileo" ?

Parce qu'au dernière nouvelle, le seul pays à développer le GPS est les US, et ce truc est accessible partout sur la planète. Si le téléphone T est compatible Galileo... ben... Il devrait aussi pouvoir s'en servir aux Royaumes-Unis, non ? Je suis pas sûr de m'exprimer clairement...


S'il ne participe plus au dev., le R-U n'aura pas accès à la totalité de la techno (genre précision de position, ...)

Ben, qu'ils aillent avec leurs potes australiens, on s'en bat l'oeil...

Par contre, brexit ou pas, faudrait quand même se sortir un peu les doigts du portefeuille, pasque sinon, les angliches auront leurs système avant nous...


"on s'en bat l'oeil..." ... Ha ! Perso, c'est autre chose que je me bats dans ce contexte mais à chacun son truc




C'est une expression de film, sûrement...
Le #2018335
Fox1977 a écrit :

Autant je suis pour la fermeté vis-à-vis du Royaume-Uni dans le cadre du Brexit, autant sur ce coup-là ils ont payé leur part et donc l'UE devrait simplement renégocier le truc pour qu'ils puissent l'utiliser, à condition qu'ils continuent à payer pour, comme s'ils étaient toujours dans l'UE.


Non, qu'on rembourse leur part et qu'ils dégagent. Au passage qu'ils apprennent ce que ça va faire de redevenir une petite structure dans un monde totalement globalisé et multipolaire.
Le #2018342
Bonne chose. On est dedans ou dehors.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme