Voiture autonome : Anthony Levandowski condamné à 18 mois de prison pour vol des secrets de Google

Le par Christian D.  |  0 commentaire(s) | Source : VentureBeat
Waymo-Chrysler-Pacifica-monospace-autonome

Anthony Levandowski écope d'une peine de 18 mois de prison pour vol de secrets industriels de Google dans le domaine des véhicules autonomes.

Lorsqu'il a quitté Google pour se lancer dans d'autres aventures liées au domaine des véhicules autonomes, Anthony Levandowski n'est pas parti les mains vides. Il a emporté avec lui des milliers de fichiers numériques comportant des informations sensibles et les plans d'un nouveau modèle de capteur LiDAR.

La jeune entreprise Waymo fondée par Google pour générer des revenus de cette activité n'a donc pas tardé à porter plainte contre l'ingénieur parti notamment chez Uber (via le rachat de la firme Otto qu'il avait fondée), également impliqué dans le développement d'un service de véhicules autonomes.

Waymo-Jaguar-I-PACE

Waymo a ainsi réclamé jusqu'à 2,6 milliards de dollars de compensation financière avant de trouver un accord amiable avec Uber, les deux entreprises évitant ainsi un procès à l'issue incertaine.

Mais les soucis n'étaient pas terminés pour autant pour Anthony Levandowski et son procès a conduit à la décision d'une peine de 18 mois de prison pour le vol des secrets industriels de Google. C'est un peu moins que les 27 mois requis.

Le juge a estimé que ne pas imposer une peine de prison dans cette affaire aurait comme validé l'idée que de brillants ingénieurs peuvent voler sans crainte des secrets industriels pour accélérer leur carrière. 

Indirectement, il salue l'ingéniosité (ou le machiavélisme) du plan qui consistait à quitter Google pour fonder sa propre société,  en emportant une partie des secrets industriels et en cherchant à débaucher des talents, pour se faire racheter quelques mois plus tard par Uber, l'un des principaux concurrents dans le secteur des véhicules autonomes.

Le groupe Alphabet, dont dépend Google, a toujours soutenu que tout avait été planifié depuis le début, sans parvenir à en faire la démonstration. Google réclame toujours 179 millions de dollars à Anthony Levandowski mais ce dernier a porté plainte contre Uber en lui demandant d'honorer son accord visant à verser une partie des bénéfices générés par son ancienne entreprise Otto, devenue Uber Freight, ce qui pourrait lui représenter... 4 milliards de dollars.

  • Partager ce contenu :
Complément d'information

Vos commentaires

icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire