Mozilla se défend d'être un vilain de l'Internet

Le par  |  5 commentaire(s)
mozilla-logo

Un groupe industriel britannique de fournisseurs de services Internet considère Mozilla comme un méchant de l'Internet en 2019. En cause, DNS over HTTPS.

Organisme britannique qui représente et défend les intérêts des fournisseurs de services Internet, l'Internet Service Providers Association (ISPA) a annoncé en début de mois sa liste de finalistes pour le titre de héros et méchant de l'Internet en 2019.

Pour l'ISPA britannique, les héros de l'Internet en 2019 font campagne pour améliorer la confiance en ligne, cartographient l'évolution du paysage du haut débit et travaillent sur les questions de gouvernance mondiale de l'Internet.

Avec son Contrat pour le Web à l'occasion du trentième anniversaire du Web, Tim Bernes-Lee est considéré par l'ISPA comme un potentiel héros de l'Internet.

Pour les méchants - ou vilains - de l'Internet en 2019, la liste prend en compte l'impact de nouvelles normes techniques sur les protections en ligne existantes, l'équilibre entre la liberté d'expression et le droit d'auteur, la chaîne d'approvisionnement mondiale des télécoms.

Les deux derniers cas de figure valent à l'article 13 de la directive européenne sur le droit d'auteur et au président américain Donald Trump de figurer dans la liste des finalistes pour les méchants de l'Internet. Ils y côtoient Mozilla.

Pour Mozilla, c'est la proposition de son approche visant à introduire la prise en charge de DNS over HTTPS qui est pointée du doigt, à savoir la résolution DNS via le protocole HTTPS. Le tacle de l'ISPA britannique est essentiellement justifié par une approche qui contournerait les obligations de filtrage et de contrôle parental au Royaume-Uni.

Autrement dit, le chiffrement des requêtes DNS (pour la correspondance entre une adresse IP et un nom de domaine) va compliquer pour les FAI leurs obligations de filtrage de l'accès à Internet pour leurs abonnés, notamment avec des mécanismes de listes noires.

Dans une réaction à TechCrunch, un porte-parole de Mozilla fait part de sa surprise et de sa déception, tout en soulignant une mauvaise interprétation. " Malgré les affirmations contraires, un DNS plus privé n'empêcherait pas l'utilisation du filtrage ou du contrôle parental au Royaume-Uni. DNS over HTTPS offrirait de réels avantages en matière de sécurité aux citoyens britanniques. Notre objectif est de construire un Internet plus sûr et nous continuons d'avoir une conversation sérieuse et constructive avec des parties prenantes crédibles au Royaume-Uni sur la manière de le faire. "

Il ajoute que Mozilla n'a actuellement aucun projet d'activation de DNS over HTTPS par défaut au Royaume-Uni. On rappellera tout de même le but premier de DNS over HTTPS qui est d'améliorer la sécurité et la confidentialité pour les internautes avec une protection contre l'espionnage et la manipulation de données DNS lors d'attaques man-in-the-middle.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2070953
Si Mozilla est le vilain, ça veut dire que Google est le super-héros...

Le #2070965
La soumission à Google de nombre d'acteurs en mal d'une petite récompense n'est plus à démontrer
Le #2070986
Ils ont l'air bien cons a l'ISPA...
Le #2070990
"Le tacle de l'ISPA britannique est essentiellement justifié par une approche qui contournerait les obligations de filtrage et de contrôle parental au Royaume-Uni."

Pour sûr, ce qu'il nous faut, c'est un bon filtrage des DNS ... avec ça, on sera bien protégés, et nos enfants avec !!!

[ Putai*n , mais où est passé l'emoji 'facepalm', c'était bien pratique ! ]
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme