Openwater : la télépathie possible d'ici 8 ans, promet sa fondatrice

Le par  |  21 commentaire(s) Source : CNBC
cerveau

Le décodage de la pensée et son éventuelle transmission à d'autres personnes et à des systèmes informatiques, c'est ce que promet la société Openwater d'ici huit ans seulement. Doux rêve ? Sauf que c'est Mary Lou Jepsen qui l'affirme.

A côté de l'essor des capacités des intelligences artificielles, c'est la possibilité de transmettre la pensée humaine à des systèmes informatiques qui titille les grands noms de la Silicon Valley.

Elon Musk, patron de Tesla, SpaceX ou The Boring Company, y réfléchit déjà avec sa nouvelle société Neuralink. tandis que Facebook imagine au sein de sa R&D un système pour transcrire les pensées beaucoup plus vite avec un smartphone.

Une autre société, Openwater, promet carrément la possibilité de processus de télépathie d'ici à peine huit ans.

Cela pourrait passer pour des déclarations flamboyantes en vue de séduire des investisseurs en quête d'innovations fumantes, sinon fumeuses, si la fondatrice de la société en question n'était pas Mary Lou Jepsen.

cerveauPassée par Facebook, Oculus et Intel et même le Google X et à l'origine du dépôt d'une centaine de brevets, elle se propose de miniaturiser l'équivalent d'un équipement d'IRM (Imagerie par Résonance Magnétique) pour en faire un objet wearable dont les capteurs seraient cachés par exemple dans un chapeau et qui seraient capables d'analyser finement le fonctionnement du cerveau.

L'IRM est déjà régulièrement utilisée dans les études sur le fonctionnement du cerveau pour en observer les zones réactives à différentes stimulations et il est déjà possible de corréler certains processus mentaux, voire certains types de pensée, avec différentes zones activées du cerveau.

En transformant les lourds équipements médicaux en simples objets connectés à porter sur soi, la détection de l'état de neurones et des corrélations avec les pensées, constituant une sorte d'image tridimensionnelle du cerveau en fonctionnement, pourrait être grandement affinée au point d'identifier les pensées d'un sujet.

De la pensée à la matière

A terme, et un peu selon la même veine que le lacet neuronal envisagé par Elon Musk, il devrait être possible d'identifier et modéliser les pensées pour les transmettre à grande vitesse vers d'autres supports, beaucoup plus rapidement que s'il fallait les décrire oralement ou les écrire.

Ce fantasme d'échanges de pensée à grande vitesse par rapport au bas débit imposé par notre cerveau et notre condition humaine, correspondant à une forme de télépathie, Mary Lou Jepsen croit pouvoir le réaliser dans des délais pas si éloignés et y voit un moyen d'accélérer encore les capacités humaines d'innovation, puisqu'il deviendrait possible par exemple d'imaginer un objet dont la seule pensée pourrait aussitôt devenir une création physique et bien réelle en impression 3D.

Là où l'approche d'Elon Musk imposerait un branchement entre le système nerveux et une machine, Mary Lou Jepsen propose une technique non invasive capable dans un premier temps de détecter et traiter certaines pathologies du cerveau, avant de s'attaquer à la reconnaissance de pensée une fois le système affiné.

Sauf que tout ceci n'existe encore que sur le papier, même si les premiers prototypes sont promis par Openwater d'ici 2018. Mary Lou Jepsen prend également soin d'évoquer les possibles dérives d'un tel système de détection des pensées s'il tombait entre de mauvaises mains...

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 3

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1972668
8 ans ça paraît court dans ce domaine, mais ils ont l'air sûrs de leur coup.
C'est un peu flippant d'un côté, heureusement que ce ne sera pas imposé ou greffé à la naissance .
Je ne sais pas s'il pourrait y avoir un avantage pour les enquêteurs de police face aux personnes en garde à vue, mais ce serait à creuser ça.
______
Christian, un objet wearable = un objet portable. De rien, ça fait toujours plaisir d'apprendre un nouveau mot à somebody.
Le #1972670
Subutox a écrit :

8 ans ça paraît court dans ce domaine, mais ils ont l'air sûrs de leur coup.
C'est un peu flippant d'un côté, heureusement que ce ne sera pas imposé ou greffé à la naissance .
Je ne sais pas s'il pourrait y avoir un avantage pour les enquêteurs de police face aux personnes en garde à vue, mais ce serait à creuser ça.
______
Christian, un objet wearable = un objet portable. De rien, ça fait toujours plaisir d'apprendre un nouveau mot à somebody.


Je pense pas qu'il y aurait un avantage en cas d’interrogatoire, rien n'empêche de penser à autre chose, par forcément facile en cas de stress, mais loin d'être fiable pour la justice...
Le jour ou on peut accéder à la mémoire par contre...
Le #1972672
Mouais .....

Identifier une/plusieurs zones du cerveau qui travaillent en association lorsqu'on cherche à se rappeler quelque chose et qu'on fait appel à la mémoire profonde, c'est une chose ;
...
dire que telle association de connexion de neurones gérant l'association de x parties du cerveau pour enen extraire le souvenir d'une "madeleine" par exemple .... en est une autre !!
Le #1972681
maxxous a écrit :

Subutox a écrit :

8 ans ça paraît court dans ce domaine, mais ils ont l'air sûrs de leur coup.
C'est un peu flippant d'un côté, heureusement que ce ne sera pas imposé ou greffé à la naissance .
Je ne sais pas s'il pourrait y avoir un avantage pour les enquêteurs de police face aux personnes en garde à vue, mais ce serait à creuser ça.
______
Christian, un objet wearable = un objet portable. De rien, ça fait toujours plaisir d'apprendre un nouveau mot à somebody.


Je pense pas qu'il y aurait un avantage en cas d’interrogatoire, rien n'empêche de penser à autre chose, par forcément facile en cas de stress, mais loin d'être fiable pour la justice...
Le jour ou on peut accéder à la mémoire par contre...


Quand on y pense là comme ça oui, ce n'est pas un "détecteur de vérité", mais bien exploité leur machin qui sait où ça pourrait mener dans ce domaine.
Le #1972689
Ça va arriver avant ou après l'avènement de la domotique ? Les voitures volantes démocratisées ? La révolution Linux ?


Le #1972694
??? Avec un IRM actuellement on a du mal à distinguer un oui d'un non alors transcrire la pensée... Ils se foutent de nous.
Le #1972695
cycnus a écrit :

??? Avec un IRM actuellement on a du mal à distinguer un oui d'un non alors transcrire la pensée... Ils se foutent de nous.


"Sauf que c'est Mary Lou Jepsen qui l'affirme."

"Passée par Facebook, Oculus et Intel et même le Google X..."

Donc elle a forcément raison...
Le #1972699
Le pire, c'est que je pense qu'on va y arriver.
On restreint continuellement les limites de la vie privée. En arriver à lire dans les pensées en serait le summum.
Ça commence par un drôle de casque expérimental de 3kg sur la tête au fin fond d'un laboratoire américain, ça continuera par des smartphones dans nos poches surveillant notre tête, pour nous notifier des derniers messages, et ça se terminera par des capteurs dernière génération dans les faux plafonds de nos bureaux "pour optimiser la communication au sein de l'entreprise" ou des capteurs dans le métro, capables de scanner 850 cerveaux simultanément, "juste pour vérifier" que vous n'avez pas de mauvaises intentions. "Jamais, nous ne vendrons vos pensées à des sociétés tierces sans votre accord".
Sans parler de la pub qui rentrera directement dans ta tête, "oui mais on pourra choisir les messages qu'on estime les plus pertinents"
Plus personne ne pourra ou n'osera penser à ce qu'il veut. Même pas penser à sa propre religion ou à ses préférences sexuelles; ça va demander une sacré gymnastique du cerveau...
Et le peer du peer, c'est que, à ce moment là, yaura toujours ce mec. Ce mec qui dit "bah moi j'ai rien à cacher, ils peuvent fouiner où ils veulent dans ma tête, si c'est pour la sécurité, je trouve ça normal, c'est pour notre bien".
Le #1972704
olivier.pierre a écrit :

Le pire, c'est que je pense qu'on va y arriver.
On restreint continuellement les limites de la vie privée. En arriver à lire dans les pensées en serait le summum.
Ça commence par un drôle de casque expérimental de 3kg sur la tête au fin fond d'un laboratoire américain, ça continuera par des smartphones dans nos poches surveillant notre tête, pour nous notifier des derniers messages, et ça se terminera par des capteurs dernière génération dans les faux plafonds de nos bureaux "pour optimiser la communication au sein de l'entreprise" ou des capteurs dans le métro, capables de scanner 850 cerveaux simultanément, "juste pour vérifier" que vous n'avez pas de mauvaises intentions. "Jamais, nous ne vendrons vos pensées à des sociétés tierces sans votre accord".
Sans parler de la pub qui rentrera directement dans ta tête, "oui mais on pourra choisir les messages qu'on estime les plus pertinents"
Plus personne ne pourra ou n'osera penser à ce qu'il veut. Même pas penser à sa propre religion ou à ses préférences sexuelles; ça va demander une sacré gymnastique du cerveau...
Et le peer du peer, c'est que, à ce moment là, yaura toujours ce mec. Ce mec qui dit "bah moi j'ai rien à cacher, ils peuvent fouiner où ils veulent dans ma tête, si c'est pour la sécurité, je trouve ça normal, c'est pour notre bien".


Ca peut paraître totalement parano à beaucoup, mais je suis certain que malheureusement tu as raison. Les pires scénars de SF se réaliseront non pas dans la violence, mais juste par la stupidité ou la lâcheté intellectuelle de la majorité, préférant céder à l'illusion du confort matériel facile et omniprésent plutôt que de réfléchir aux conséquences futures.

Quand on voit la facilité avec laquelle les smartphones ont envahis la vie de 99% des gens en quelques années alors l'usage qu'ils en font reste majoritairement superficiel, le doute sur le futur n'est plus permis. il sera sombre.
Le #1972706
Subutox a écrit :

maxxous a écrit :

Subutox a écrit :

8 ans ça paraît court dans ce domaine, mais ils ont l'air sûrs de leur coup.
C'est un peu flippant d'un côté, heureusement que ce ne sera pas imposé ou greffé à la naissance .
Je ne sais pas s'il pourrait y avoir un avantage pour les enquêteurs de police face aux personnes en garde à vue, mais ce serait à creuser ça.
______
Christian, un objet wearable = un objet portable. De rien, ça fait toujours plaisir d'apprendre un nouveau mot à somebody.


Je pense pas qu'il y aurait un avantage en cas d’interrogatoire, rien n'empêche de penser à autre chose, par forcément facile en cas de stress, mais loin d'être fiable pour la justice...
Le jour ou on peut accéder à la mémoire par contre...


Quand on y pense là comme ça oui, ce n'est pas un "détecteur de vérité", mais bien exploité leur machin qui sait où ça pourrait mener dans ce domaine.


DTC ...
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]