Quantique : pour espérer compter, la France devra investir 1,4 milliard d'euros

Le par  |  6 commentaire(s) Source : La Tribune
cryptage-quantique

De même qu'il y a le rapport Villani pour orienter la stratégie sur l'intelligence artificielle, il y a maintenant le rapport de Paula Forteza sur les perspectives françaises dans le quantique, avec un investissement à investir massivement pour ne pas être débordé.

La députée LREM Paula Fortenza a remis son rapport prospectif sur les stratégies à mettre en place pour faire rayonner la France dans le domaine quantique ces prochaines années, de la même façon que le rapport Villani a exploré les perspectives pour l'intelligence artificielle.

Si le domaine est encore jeune et débat toujours de la question de la suprématie quantique (résoudre rapidement un problème mathématique par voie quantique qui demanderait un temps très long à un supercalculateur pour obtenir un résultat similaire) qu'aurait atteinte Google, il fait partie de ces domaines jugés incontournable d'ici la prochaine décennie et il s'agit donc de préparer le pays dès maintenant sous peine d'être laissé sur le bord du chemin.

Google suprématie quantique

Google Bristlecone

La France, pas en retard mais presque

Or, si la France ne manque pas d'idées et de matière grise pour la recherche fondamentale, la mise en application et l'industrialisation sont souvent ses points de faiblesse.

La députée appelle donc le gouvernement à anticiper les "investissements nécessaires" pour profiter des retombées de l'innovation (opportunités économiques, emplois) mais aussi s'assurer d'une souveraineté technologique, à l'heure où d'autres pays planchent déjà sur les usages civils et militaires de l'informatique quantique.

Elle estime ainsi qu'il faudrait réaliser un investissement de 1,4 milliard d'euros sur cinq ans pour répondre à ce défi. C'est beaucoup plus que les efforts actuels de quelques dizaines de millions d'euros mais cela resterait dans le même temps une fraction des énormes budgets de pays comme les Etats-Unis ou la Chine.

Des propositions logiques mais classiques

Une série de propositions accompagnent le rapport avec les classiques propositions de création de filières spécialisées, de financement de projets de recherche fondamentale ainsi que la création de pôles d'excellence à Paris, Saclay et Grenoble où pourront échanger les chercheurs de différentes disciplines connexes, tout en assurant des passerelles avec le milieu industriel.

Le rapport note également la nécessité de développer un environnement de startups françaises autour du domaine quantique, avec des liens vers les industriels pour concrétiser les idées.

Le nombre de startups françaises travaillant le quantique est encore faible (moins d'une vingtaine) mais nos voisins européens ne sont guère mieux loties. L'une des propositions du rapport consiste donc à "accompagner la création d'une cinquantaine de startups du quantique jusqu'en 2024" avec l'appui de la BPI (Banque Publique d'Investissement).

Un fonds de 300 à 500 millions d'euros pourra d'ailleurs être mis en place à l'aide d'investissements fournis par de grands groupes français, pour aider les startups à passer le cap de la maturité.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2087769
"pour espérer compter, la France devra investir 1,4 milliard d'euros"

il ne FAUT PLUS raisonner comme ça, il FAUT raisonner UE !
On a à peine de quoi payer les retraites, comment rester dans la course face aux USA et à la Chine réunis ?
Le #2087775
skynet a écrit :

"pour espérer compter, la France devra investir 1,4 milliard d'euros"

il ne FAUT PLUS raisonner comme ça, il FAUT raisonner UE !
On a à peine de quoi payer les retraites, comment rester dans la course face aux USA et à la Chine réunis ?


Nos clandestins nous coutent minimum 30 milliard par an.
Mais faut les garder sinon ça serait raciste, n'est ce pas les chauffagistes ?
Le #2087790
La recherche ne devrait pas coûter ce qu'elle coûte actuellement. Il y a dans la recherche un gaspillage sans nom. Si on optimisait un peu tout cela, notamment en agrégeant les avantages privé et du public, en faisant quelque chose qui n'est ni privé ni public, au lieu de chercher, on trouverait. Et pour pas cher...
Le #2087800
skynet a écrit :

"pour espérer compter, la France devra investir 1,4 milliard d'euros"

il ne FAUT PLUS raisonner comme ça, il FAUT raisonner UE !
On a à peine de quoi payer les retraites, comment rester dans la course face aux USA et à la Chine réunis ?


C'est avec ce genre de raisonnement que les métropoles se sont créées et vidés les autres villes et campagnes . UE sont atteint de libéralisme aigue et refuse d'intervenir et au contraire pousse au seul investissement privé.
Le #2087810
Le vrai problème c'est que tout le monde veut être bon partout alors que c'est juste mathématiquement impossible qu'un pays de la taille de la France puisse se mettre à niveau des grandes puissances qui ne dépendent justement pas d'un organisme tiers (UE, BCE, etc.).

Faut arrêter de croire que les pays autres que l'UE rendent réellement des comptes aux autres niveau financier.

Y'a que dans les séries TV où les mecs se font des petit facetime, messenger, whatsapp et autres entre ministres, diplomates, etc. (ceux qui ont regardé madam secretary savent de quoi je parle).

Et en plus, techniquement, du pognon on pourrait en avoir à l'infinie, logique, tout est virtuel... Qu'est-ce qui empêcherait de rajouter 6 zéros sur le compte bancaire d'un centre de recherche pour financer celle-ci ?
Le #2087815
jacob13 a écrit :

skynet a écrit :

"pour espérer compter, la France devra investir 1,4 milliard d'euros"

il ne FAUT PLUS raisonner comme ça, il FAUT raisonner UE !
On a à peine de quoi payer les retraites, comment rester dans la course face aux USA et à la Chine réunis ?


C'est avec ce genre de raisonnement que les métropoles se sont créées et vidés les autres villes et campagnes . UE sont atteint de libéralisme aigue et refuse d'intervenir et au contraire pousse au seul investissement privé.


On verra ce que Thierry Breton qui n'est pas le dernier des imbéciles mettra sur la table ...
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme