SpaceX lance 60 satellites Starlink, mais rate l'atterrissage d'un booster ayant volé cinq fois

Le par  |  3 commentaire(s)
spacex-starlink

La constellation Starlink grossit encore un peu plus avec le déploiement de 60 nouveaux satellites. Pour son cinquième vol, l'atterrissage du premier étage d'une fusée Falcon 9 a par contre échoué.

SpaceX vient de procéder à son sixième lancement de 60 minisatellites de télécommunications de sa constellation Starlink. Les satellites ont été déployés sur une orbite elliptique près de 15 minutes après le décollage d'une fusée Falcon 9.

Les satellites Starlink vont se servir de leurs propulseurs ioniques à effet Hall pour rejoindre une orbite opérationnelle à 550 km. La constellation comptera ainsi près de 360 satellites Starlink en orbite basse, chacun ayant une masse de 260 kg.

Selon Elon Musk, la constellation Starlink permettra de proposer un service Internet à haut débit avec une latence inférieure à 20 ms. Le patron et fondateur de SpaceX a par ailleurs récemment assuré qu'il n'y aura aucun impact sur les observations en astronomie et la pollution lumineuse spatiale du ciel nocturne.

Starlink vise un service dans le nord des États-Unis et au Canada pour cette année. Une couverture quasi mondiale de la population est envisagée d'ici 2021.

Pour la mission d'aujourd'hui depuis la Floride, SpaceX a utilisé une fusée Falcon 9 dont le premier étage avait déjà volé à quatre reprises. Pour ce cinquième vol (un record en la matière), le booster n'a pas pu être récupéré comme prévu sur une barge automatisée dans l'océan Atlantique.

Après le lancement, Elon Musk a indiqué qu'il y a eu un arrêt prématuré d'un moteur - parmi les neuf - lors de la phase ascensionnelle, mais sans pour autant affecter l'insertion en orbite des satellites. Si la séparation entre le premier et le deuxième étage a été un succès, SpaceX n'a donc pas été en mesure de faire atterrir le booster.

Il y a toutefois un " lot de consolation " avec la récupération en mer de la coiffe. SpaceX précise que l'ensemble complet avait déjà été utilisé.

À souligner que lors du précédent lancement de 60 satellites Starlink en février, un premier étage de Falcon 9 - pour son quatrième vol - avait manqué sa cible à l'atterrissage en mer en raison d'un problème avec les données sur le vent.

Que ce soit au sol (sur terre) ou sur une barge automatisée en mer, SpaceX a réussi son 50e atterrissage avec un premier étage de fusée en début de mois. C'était lors d'une mission CRS-20 avec l'envoi d'une capsule Dragon de première génération vers la Station spatiale internationale.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2094293
Le #2094308
Ulysse2K a écrit :

60 satellites de plus... Ca va faire plaisir aux astronomes.
https://www.lemonde.fr/blog/autourduciel/2020/02/06/le-projet-starlink-delon-musk-menace-la-recherche-astronomique/


Entre quelques astronomes mécontents et l'Internet Haute-Vitesse accessible partout sur Terre, le choix est vite fait.

Les futurs télescopes seront installés sur la face éloignée de la Lune. Terminé les problèmes.
Le #2094324
On va bientôt avoir internet en en cuivre, en fibre, en 4g, en 5g, en hot-spot wifi, en câble sous marin et en satellite.

Alors heureux d'avoir le net en pleine mer ?

Combien de projet de constellation identique existent et existeront ?
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme