Tesla Model 3 : la production momentanément stoppée

Le par  |  6 commentaire(s) Source : Reuters
Tesla Model 3 01

Pour la seconde fois depuis le début de l'année, Tesla interrompt la production de sa Tesla Model 3 pour réaménager la chaîne, avec toujours dans le viseur l'objectif d'atteindre une cadence de 5000 véhicules / semaine à la fin du trimestre.

Quelques jours après avoir annoncé avoir atteint un rythme de plus de 2000 véhicules produits / semaine, inférieur à son objectif de 2500 véhicule, le constructeur de véhicules électriques Tesla interrompt pour la seconde fois la production de sa Tesla Model 3 pour 4 à 5 jours.

Cette pause vise à adapter au mieux les outils de la chaîne de production mais les observateurs suivent de près ces efforts, cherchant à deviner si Tesla tiendra son programme.

Tesla Model 3

Elon Musk, patron de Tesla, a récemment reconnu avoir trop misé sur l'automatisation de la chaîne de production, conduisant à des ralentissements au lieu d'obtenir les gains de temps espérés.

Tesla dispose toujours d'un carnet de commandes de plusieurs centaines de milliers de véhicules et l'un des enjeux reste de pouvoir les livrer dans un délai raisonnable.

Et là où les observateurs s'inquiètent d'un épuisement des réserves financières de l'entreprise face aux difficultés rencontrées, l'homme d'affaires a déjà indiqué ne pas chercher de nouvelle levées de fonds et assure que Tesla pourrait revenir à l'équilibre dès le second semestre de l'année.

Il faudra pour cela commencer par atteindre la cadence de 5000 Tesla Model 3 produites par semaine d'ici la fin du trimestre en cours et continuer d'améliorer le rythme sur la deuxième partie de l'année.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2009878
c'est vraiment un défit de devenir un nouvelle acteur dans ce secteur. S'il réussi son pari, il aura repoussé quelques limites.

Mais il faudrait vraiment que l'on commence a ce poser les bonnes questions.

-Que va devenir l'homme dans une société ou les besoins sont satisfaits par les machines.

je sais bien que l'on dis souvent " les nouveaux métier compenserons la perte" mais ce résonnement tiens t'il encore si une partie de ses nouveaux métiers son directement confié a des machines?
Anonyme
Le #2009881
MickHammer a écrit :

c'est vraiment un défit de devenir un nouvelle acteur dans ce secteur. S'il réussi son pari, il aura repoussé quelques limites.

Mais il faudrait vraiment que l'on commence a ce poser les bonnes questions.

-Que va devenir l'homme dans une société ou les besoins sont satisfaits par les machines.

je sais bien que l'on dis souvent " les nouveaux métier compenserons la perte" mais ce résonnement tiens t'il encore si une partie de ses nouveaux métiers son directement confié a des machines?


Pourquoi cette obsession a faire travailler l'homme ?
Le #2009892
Bon beh j'attends un peu plus la mienne alors !
Le #2009893
Au japon, ils ont sorti des machines pour remettre l'homme car moins fiable
Le #2009913
yves64 a écrit :

MickHammer a écrit :

c'est vraiment un défit de devenir un nouvelle acteur dans ce secteur. S'il réussi son pari, il aura repoussé quelques limites.

Mais il faudrait vraiment que l'on commence a ce poser les bonnes questions.

-Que va devenir l'homme dans une société ou les besoins sont satisfaits par les machines.

je sais bien que l'on dis souvent " les nouveaux métier compenserons la perte" mais ce résonnement tiens t'il encore si une partie de ses nouveaux métiers son directement confié a des machines?


Pourquoi cette obsession a faire travailler l'homme ?


Question très juste...

En fait, ce qui est le plus important, c'est de partager le travail pour tous !

Aujourd'hui, des personnes qui bossent 60h par semaine se plaignent que des personnes soient au chômage. Totalement stupide et ubuesque...

A part si la personne qui bosse 60h par semaine le fait pour le plaisir ou en ne gagnant qu'un petit salaire, ce dernier devrait partager le travail, et ainsi, donner du travail pour tous avec un temps de loisir certain à côté.

Et petit à petit, l'homme pourrait travailler de moins en moins, et le travail qui resterait serait plus un loisir ou un plaisir qu'une tâche harassante ou mécanique...

Comme par exemple les développeurs, ou les personnes qui s'occupent des personnes âgées, les infirmier(es) et autres personnel de santé, qui feraient un travail valorisant, ceux qui aiment ça pourrait travailler 60h, et ceux qui le désirent ne travaillerait que 20h par semaine...
Le #2010001
saepho a écrit :

yves64 a écrit :

MickHammer a écrit :

c'est vraiment un défit de devenir un nouvelle acteur dans ce secteur. S'il réussi son pari, il aura repoussé quelques limites.

Mais il faudrait vraiment que l'on commence a ce poser les bonnes questions.

-Que va devenir l'homme dans une société ou les besoins sont satisfaits par les machines.

je sais bien que l'on dis souvent " les nouveaux métier compenserons la perte" mais ce résonnement tiens t'il encore si une partie de ses nouveaux métiers son directement confié a des machines?


Pourquoi cette obsession a faire travailler l'homme ?


Question très juste...

En fait, ce qui est le plus important, c'est de partager le travail pour tous !

Aujourd'hui, des personnes qui bossent 60h par semaine se plaignent que des personnes soient au chômage. Totalement stupide et ubuesque...

A part si la personne qui bosse 60h par semaine le fait pour le plaisir ou en ne gagnant qu'un petit salaire, ce dernier devrait partager le travail, et ainsi, donner du travail pour tous avec un temps de loisir certain à côté.

Et petit à petit, l'homme pourrait travailler de moins en moins, et le travail qui resterait serait plus un loisir ou un plaisir qu'une tâche harassante ou mécanique...

Comme par exemple les développeurs, ou les personnes qui s'occupent des personnes âgées, les infirmier(es) et autres personnel de santé, qui feraient un travail valorisant, ceux qui aiment ça pourrait travailler 60h, et ceux qui le désirent ne travaillerait que 20h par semaine...


"Et petit à petit, l'homme pourrait travailler de moins en moins, et le travail qui resterait serait plus un loisir ou un plaisir qu'une tâche harassante ou mécanique..."

Étymologie du mot travail :
désigne un tourment (psychologique) ou une souffrance physique.

je vous laisse lire la page wiki "https://fr.wikipedia.org/wiki/Travail"

Je suis de ton avis, il sera possible d’éliminer le travail pour le remplacer par des activités et tu notera que ma question était :

"Que va devenir l'homme dans une société ou les besoins sont satisfaits par les machines"


on en es très loin car pour l'instant on est plus parti pour un marché mondial avec une concurrence salarial entre les "travailleurs" de chaque pays et une répartition des richesse plus que douteuse.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme