Galileo : la mise en orbite des satellites 5 et 6 ratée pour un problème de tuyauterie

Le par  |  6 commentaire(s) Source : Le Figaro
Galileo lancement

Le mystère du dysfonctionnement de la mise en orbite des satellites 5 et 6 du système Galileo fin août est éclairci : le dernier étage Fregat de la fusée Soyouz serait bien en cause.

Ce 22 août 2014, le lancement de deux satellites de la constellation européenne Galileo ne s'est pas déroulé comme prévu, conduisant à une mise en orbite anormale qui hypothèque l'avenir de ces deux éléments qui devaient permettre de lancer les premiers services de positionnement.

Galileo lancement Après un décollage sans problème et deux heures de vol parfaitement réglé, un problème était apparu au moment de la séparation du troisième étage du lanceur Soyouz. Une commission d'enquête a été mise en place par Arianespace, maître d'oeuvre du lancement, et l'ESA pour déterminer les causes de l'incident.

Si elle n'a pas encore officiellement rendu ses conclusions, le site SpaceNews affirme d'après des sources parmi des représentants gouvernementaux, qu'un problème de montage de conduites de gaz sur le dernier étage Fregat est à l'origine du dysfonctionnement qui a placé les deux satellites sur une orbite trop basse.

La conduite d'hélium liquide placée trop près de celle de l'hydrazine (carburant des moteurs d'appoint) aurait fait geler cette dernière et empêché le réglage de la position avant la dernière étape du vol qui aurait dû placer les satellites en orbite circulaire.

Ce défaut se retrouverait sur les lanceurs Soyouz en cours d'assemblage en Russie et aurait déjà été présent sur des lanceurs Soyouz, sans forcément déclencher d'incident de vol, et il pourrait accélérer la transition vers des lanceurs Ariane 5.

Le lancement des deux prochains satellites Galileo est censé utiliser également un lanceur Soyouz en fin d'année. La commission d'enquête rendra ses conclusions officielles le 7 octobre prochain et elle devrait faire état d'une anomalie de conception du lanceur Soyouz, avec les conséquences qui s'imposent.

Complément d'information
  • SAT-5 : Le satellite du GPS Européen Galiléo est fonctionnel
    Après quelques déboires et une défaillance sur deux des 6 satellites constituant pour l'instant le système de géolocalisation européen Galileo, l'ESA indique avoir repris la main et que le système de géolocalisation européen est ...
  • Galileo : Astrium en difficulté sur les contrats satellite
    Dans la bataille de fourniture des équipements et satellites pour le système Galileo, l'allemand OHB a pris une longueur d'avance sur Astrium / EADS en mettant la pression sur les prix. Ce dernier peut-iil se retrouver exclu du projet ...

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1811215
Un bon point pour avoir trouvé la source du problème. Espérons maintenant que les prochains lancements seront fructueux sinon on va vraiment passé pour des ânes face aux ricains
Le #1811219
Voilà c'est pour ça que je n'achète plus de voitures françaises ! :>>
Le #1811220
Ulysse2K a écrit :

Un bon point pour avoir trouvé la source du problème. Espérons maintenant que les prochains lancements seront fructueux sinon on va vraiment passé pour des ânes face aux ricains


Et pire !
Face à l'Inde aussi, capable d'envoyer une sonde «low cost» vers Mars sans problème
Le #1811231
DeepBlueOcean a écrit :

Ulysse2K a écrit :

Un bon point pour avoir trouvé la source du problème. Espérons maintenant que les prochains lancements seront fructueux sinon on va vraiment passé pour des ânes face aux ricains


Et pire !
Face à l'Inde aussi, capable d'envoyer une sonde «low cost» vers Mars sans problème


N'importe quoi.
Soyouz est Russe, pas Européen. Les Américains sont actuellement dépendants des Russes et des Européens pour aller dans l'espace. Alors, même si les Américains poussent pour que ça change, et même si cet événement est malheureux en terme d'image, nous sommes encore bien loin d'être ridicules face à eux.
Le #1811238
Matsod a écrit :

DeepBlueOcean a écrit :

Ulysse2K a écrit :

Un bon point pour avoir trouvé la source du problème. Espérons maintenant que les prochains lancements seront fructueux sinon on va vraiment passé pour des ânes face aux ricains


Et pire !
Face à l'Inde aussi, capable d'envoyer une sonde «low cost» vers Mars sans problème


N'importe quoi.
Soyouz est Russe, pas Européen. Les Américains sont actuellement dépendants des Russes et des Européens pour aller dans l'espace. Alors, même si les Américains poussent pour que ça change, et même si cet événement est malheureux en terme d'image, nous sommes encore bien loin d'être ridicules face à eux.


Mon ami, tu m'as l'air «vachement bien» informé

Pour compléter tes connaissances poussées, sache que la coopération industrielle ça existe !
Un petit détail complémentaire pourra éclairer davantage ton savoir :

Coopération avec les USA

Les États-Unis ont, dès le début du projet, tenté de le faire annuler, et cela pour différentes raisons plus ou moins avouées :
Empêcher que des pays (essentiellement la Russie, l'Inde et la Chine) ou des organisations ennemies puissent utiliser Galileo (en effet, les systèmes de positionnement par satellite permettent de guider précisément des missiles de croisière ou balistiques jusqu'à leur cible),
Empêcher l'indépendance de l'Europe dans le domaine des satellites de télécommunication et plus généralement de l'espace, afin de maintenir la suprématie imposée par le monopole américain.

Les États-Unis ont finalement accepté Galileo et vont même y participer. C'est ainsi qu'en marge du sommet États-Unis–Union européenne, qui s'est déroulé en Irlande, a été signé le 26 juin 2004 un accord final permettant l'interopérabilité technique de Galileo avec le GPS. Cela permettra de pouvoir utiliser le système Galileo et GPS avec un même récepteur. De plus, si un des systèmes venait à avoir des défaillances, le second prendra le relais de façon totalement transparente.

L'utilisation conjointe des deux systèmes et du système EGNOS (système diffusant par des satellites géostationnaires des données de correction du GPS américain à partir d'un réseau de surveillance au sol) permet d'améliorer la précision du positionnement sur l'ensemble de la planète.

Cet accord du 26 juin 2004 est en grande partie confidentiel mais, pour l'essentiel, il peut être dit que l'accord conclu prévoit la possibilité de discriminer, en cas de crise, les signaux militaires américains « M code » des signaux civils du GPS américain. Réciproquement, l'accord permet aussi de maintenir en opération les signaux PRS (dédiés aux services publics) européens quand il sera nécessaire d'interdire, pour des raisons de sécurité, l'accès aux signaux ouverts.

Avec plusieurs autres pays

De nombreux autres pays sont intéressés par une participation à Galileo, à des niveaux de coopération plus ou moins importants.

En septembre 2005 cinq pays signent des accords de participation à Galileo :
La Chine : S'est engagée à financer Galileo pour 200 millions d'euros
Inde : Appose sa signature le 7 septembre 2005 à New Delhi
Israël : Participera techniquement et financièrement via un intéressement à l'entreprise commune GJU26,
Maroc : A rejoint le programme le 8 novembre 2005,
Norvège : Non membre de l'UE mais membre de l'ESA, s'est à son tour jointe à Galileo, en signant un accord le 3 avril 2009. Ce contrat de 68,9 millions d'euros permet aux entreprises norvégiennes de répondre aux appels d'offre du programme 27.

Des discussions sont également en cours avec les pays suivants :

Argentine
Australie
Brésil
Canada
Chili
Corée du Sud
Malaisie
Mexique

Le #1811371
DeepBlueOcean a écrit :

Matsod a écrit :

DeepBlueOcean a écrit :

Ulysse2K a écrit :

Un bon point pour avoir trouvé la source du problème. Espérons maintenant que les prochains lancements seront fructueux sinon on va vraiment passé pour des ânes face aux ricains


Et pire !
Face à l'Inde aussi, capable d'envoyer une sonde «low cost» vers Mars sans problème


N'importe quoi.
Soyouz est Russe, pas Européen. Les Américains sont actuellement dépendants des Russes et des Européens pour aller dans l'espace. Alors, même si les Américains poussent pour que ça change, et même si cet événement est malheureux en terme d'image, nous sommes encore bien loin d'être ridicules face à eux.


Mon ami, tu m'as l'air «vachement bien» informé

Pour compléter tes connaissances poussées, sache que la coopération industrielle ça existe !
Un petit détail complémentaire pourra éclairer davantage ton savoir :

Coopération avec les USA

Les États-Unis ont, dès le début du projet, tenté de le faire annuler, et cela pour différentes raisons plus ou moins avouées :
Empêcher que des pays (essentiellement la Russie, l'Inde et la Chine) ou des organisations ennemies puissent utiliser Galileo (en effet, les systèmes de positionnement par satellite permettent de guider précisément des missiles de croisière ou balistiques jusqu'à leur cible),
Empêcher l'indépendance de l'Europe dans le domaine des satellites de télécommunication et plus généralement de l'espace, afin de maintenir la suprématie imposée par le monopole américain.

Les États-Unis ont finalement accepté Galileo et vont même y participer. C'est ainsi qu'en marge du sommet États-Unis–Union européenne, qui s'est déroulé en Irlande, a été signé le 26 juin 2004 un accord final permettant l'interopérabilité technique de Galileo avec le GPS. Cela permettra de pouvoir utiliser le système Galileo et GPS avec un même récepteur. De plus, si un des systèmes venait à avoir des défaillances, le second prendra le relais de façon totalement transparente.

L'utilisation conjointe des deux systèmes et du système EGNOS (système diffusant par des satellites géostationnaires des données de correction du GPS américain à partir d'un réseau de surveillance au sol) permet d'améliorer la précision du positionnement sur l'ensemble de la planète.

Cet accord du 26 juin 2004 est en grande partie confidentiel mais, pour l'essentiel, il peut être dit que l'accord conclu prévoit la possibilité de discriminer, en cas de crise, les signaux militaires américains « M code » des signaux civils du GPS américain. Réciproquement, l'accord permet aussi de maintenir en opération les signaux PRS (dédiés aux services publics) européens quand il sera nécessaire d'interdire, pour des raisons de sécurité, l'accès aux signaux ouverts.

Avec plusieurs autres pays

De nombreux autres pays sont intéressés par une participation à Galileo, à des niveaux de coopération plus ou moins importants.

En septembre 2005 cinq pays signent des accords de participation à Galileo :
La Chine : S'est engagée à financer Galileo pour 200 millions d'euros
Inde : Appose sa signature le 7 septembre 2005 à New Delhi
Israël : Participera techniquement et financièrement via un intéressement à l'entreprise commune GJU26,
Maroc : A rejoint le programme le 8 novembre 2005,
Norvège : Non membre de l'UE mais membre de l'ESA, s'est à son tour jointe à Galileo, en signant un accord le 3 avril 2009. Ce contrat de 68,9 millions d'euros permet aux entreprises norvégiennes de répondre aux appels d'offre du programme 27.

Des discussions sont également en cours avec les pays suivants :

Argentine
Australie
Brésil
Canada
Chili
Corée du Sud
Malaisie
Mexique


Mais ce n'est pas le débat... excuse-moi, mais tu es hors sujet (pas par rapport à l'article, par rapport à ma réaction).

Je réagis aux allusions selon lesquelles nous serions "ridicules face aux ricains" "et pire!" en soulignant que les américains n'ont pour le moment pas de véritable accès en propre à l'espace, et que la défaillance proviendrait d'un module russe. DONC, je ne vois pas en quoi cela ridiculise l'Europe...

Je ne parle pas de Galileo et n'ai jamais prétendu être "vachement bien informé". Je souligne simplement (pour schématiser) qu'un module russe déconnant ne ridiculise pas l'europe face à un pays qui dépend lui même de modules russes et européens pour accéder à l'espace, point barre. Il s'agit de raisonnement, pas d'information.

Et sache, puisque tu as tenu à faire ton exposé sur Galileo, que la culture, c'est comme la confiture...
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]