Secret de l'instruction: les avocats Moulin et Dublanche jugés à Orléans

Le
?
Le procès des avocats France Moulin et Michel Dublanche, soupçonnés
notamment de "divulgation d'information" dans une affaire de blanchiment
supposé d'argent de la drogue, s'ouvre de nouveau lundi devant le tribunal
correctionnel d'Orléans après avoir été reporté à deux reprises. La mise en
examen de Me Moulin, une première pour un avocat pour ce délit, avait
provoqué la colère de ses collègues qui avaient manifesté dans plusieurs
villes de France et dénoncé l'article de la loi Perben II ayant permis son
incarcération en 2004. Trente autres prévenus - des numismates,
intermédiaires ou trafiquants - seront jugés pour "blanchiment" au cours des
trois semaines du procès. Jusqu'à présent, 36 personnes ont été mises en
examen dans cette affaire. Six d'entre elles ont déjà été jugées et
condamnées à des peines de 8 mois à 7 ans de prison ferme. Jugés également
pour "blanchiment", Me Moulin, 44 ans, et Me Dublanche, 55 ans, encourent
cinq ans de prison et 75.000 euros d'amende. Des débats houleux avaient
marqué en septembre le premier jour du procès. Au bout de deux jours, il
avait été reporté, "pour attendre le règlement de l'instruction", à la
demande de la défense qui critiquait un "dossier émaillé de nullité et
d'anomalies". Un mois plus tard, le tribunal reportait une seconde fois le
procès afin, cette fois, de permettre "la poursuite des investigations",
après seulement une demi-journée d'audience marquée de nouveau par des
échanges vifs entre magistrats et avocats de la défense. "Des investigations
sont toujours en cours. On ne peut diviser ce dossier", s'était insurgé Me
Christian Etelin, l'un des conseils de Me Dublanche. Me Moulin assurait la
défense d'un numismate toulousain, Georges Danicourt, arrêté en juin 2004
dans le cadre de l'enquête sur cette affaire de blanchiment d'argent. Elle
est soupçonnée d'avoir révélé à un tiers des informations du dossier
d'instruction qui auraient permis de dissimuler une partie du produit du
blanchiment d'argent. Elle a été détenue pendant 23 jours, du 19 avril au 12
mai 2004, à Bourges. Trois semaines après sa libération, son patron Michel
Dublanche, 54 ans, était également mis en examen des mêmes chefs
d'inculpation dans le cadre de la même affaire. Incarcéré le 4 juin 2005 à
Bois-d'Arcy (Yvelines), il était remis en liberté le 22 juillet 2005.
L'affaire avait débuté en octobre 2003 avec l'arrestation de deux
trafiquants de drogue orléanais au péage de Saran (Loiret) en possession de
329 kg de résine de cannabis et la découverte de 270.000 euros en liquide au
domicile de l'un des deux. L'enquête devait rapidement conduire à
l'interpellation de plusieurs numismates, puis à celle des deux avocats
toulousains. L'argent provenant de la revente de la drogue était blanchi
dans l'achat d'or et de métaux précieux. Plus de 450.000 euros, 325 kg d'or
et 400 kg d'argent ont été saisis, selon une source proche du dossier.


http://filinfo.france3.fr/popup_afp.php?nameRegion=idfcentre&id=%20070518074026.rqjs6pgf

--
\|///
\ - - //
( @ @ )
??????oOOo-(_)-oOOo?????????

www.notation-avocats.wb.st

Oooo
?????? oooO? ( )?????????
( ) ) /
( (_/
_)
Questions / Réponses high-tech
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Azathoth
Le #15674691
Le Sat, 19 May 2007 20:45:57 +0200, "?"
Le procès des avocats France Moulin et Michel Dublanche, soupçonnés
notamment de "divulgation d'information" dans une affaire de blanchiment
supposé d'argent de la drogue, s'ouvre de nouveau lundi devant le tribunal
correctionnel d'Orléans après avoir été reporté à deux reprises. La mise en
examen de Me Moulin, une première pour un avocat pour ce délit, avait
provoqué la colère de ses collègues qui avaient manifesté dans plusieurs
villes de France et dénoncé l'article de la loi Perben II ayant permis son
incarcération en 2004. Trente autres prévenus - des numismates,
intermédiaires ou trafiquants - seront jugés pour "blanchiment" au cours des
trois semaines du procès. Jusqu'à présent, 36 personnes ont été mises en
examen dans cette affaire. Six d'entre elles ont déjà été jugées et
condamnées à des peines de 8 mois à 7 ans de prison ferme. Jugés également
pour "blanchiment", Me Moulin, 44 ans, et Me Dublanche, 55 ans, encourent
cinq ans de prison et 75.000 euros d'amende. Des débats houleux avaient
marqué en septembre le premier jour du procès. Au bout de deux jours, il
avait été reporté, "pour attendre le règlement de l'instruction", à la
demande de la défense qui critiquait un "dossier émaillé de nullité et
d'anomalies". Un mois plus tard, le tribunal reportait une seconde fois le
procès afin, cette fois, de permettre "la poursuite des investigations",
après seulement une demi-journée d'audience marquée de nouveau par des
échanges vifs entre magistrats et avocats de la défense. "Des investigations
sont toujours en cours. On ne peut diviser ce dossier", s'était insurgé Me
Christian Etelin, l'un des conseils de Me Dublanche. Me Moulin assurait la
défense d'un numismate toulousain, Georges Danicourt, arrêté en juin 2004
dans le cadre de l'enquête sur cette affaire de blanchiment d'argent. Elle
est soupçonnée d'avoir révélé à un tiers des informations du dossier
d'instruction qui auraient permis de dissimuler une partie du produit du
blanchiment d'argent. Elle a été détenue pendant 23 jours, du 19 avril au 12
mai 2004, à Bourges. Trois semaines après sa libération, son patron Michel
Dublanche, 54 ans, était également mis en examen des mêmes chefs
d'inculpation dans le cadre de la même affaire. Incarcéré le 4 juin 2005 à
Bois-d'Arcy (Yvelines), il était remis en liberté le 22 juillet 2005.
L'affaire avait débuté en octobre 2003 avec l'arrestation de deux
trafiquants de drogue orléanais au péage de Saran (Loiret) en possession de
329 kg de résine de cannabis et la découverte de 270.000 euros en liquide au
domicile de l'un des deux. L'enquête devait rapidement conduire à
l'interpellation de plusieurs numismates, puis à celle des deux avocats
toulousains. L'argent provenant de la revente de la drogue était blanchi
dans l'achat d'or et de métaux précieux. Plus de 450.000 euros, 325 kg d'or
et 400 kg d'argent ont été saisis, selon une source proche du dossier.


http://filinfo.france3.fr/popup_afp.php?nameRegion=idfcentre&id=%20070518074026.rqjs6pgf



A rapprocher du fil de discussions suivant :
http://minilien.com/?TuutdjUBVY

Azathoth
Publicité
Poster une réponse
Anonyme