Racheter à prix d'or les droits de différentes ligues sportives, et principalement de football, pour tenter de séduire le public et de ramener des clients vers l'opérateur SFR est une stratégie assumée par Altice qui a créé le bouquet de chaînes SFR Sport (bientôt transformé en RMC Sport).

SFR-logoAprès les droits de la Ligue des Champions ou de la Ligue Europa, ceux de la Ligue 1 auraient pu constituer un fameux morceau et le joyau de la couronne de la stratégie de Patrick Drahi.

Etant donnée l'attitude conquérante de SFR sur les enchères précédentes, l'acquisition des droits de retransmission TV de la Ligue 1 pouvait laisser espérer une jolie bataille et un montant stratosphérique.

Mais c'était avant qu'Altice ne perdre la confiance d'une partie des investisseurs quant à la capacité de SFR de résorber rapidement sa dette de plusieurs dizaines de milliards d'euros en fin d'année 2017.

Depuis, l'heure est au retour à la raison et à une rationalisation des efforts qui exclut désormais les opérations flamboyantes...et dont la rentabilité reste douteuse. Alain Weill, PDG de SFR, a indiqué au Journal Du Dimanche que la participation de SFR aux enchères pour la Ligue 1 était "peu probable", soulignant que "notre modèle fonctionne très bien sans ce championnat, aussi important soit-il".

Les actionnaires n'apprécieraient sans doute pas non plus de voir encore débourser des centaines de millions d'euros pour l'obtention des droits TV. SFR s'attache par ailleurs à trouver des débouchés pour les droits TV des ligues dont il détient les droits, notamment la Premier League anglaise.

De quoi aussi laisser l'espace libre aux concurrents Canal+ et BeIN Sports, en lice pour les droits de la Ligue 1, et que SFR espérait un temps coiffer au poteau par de la surenchère.