L'avenir du photographe

Le
td
Bonjour à tous,



J'aimerais commencer des cours en photographie au mois de septembre, pour en
faire d'une part mon obi et d'une autre part une profession accessoire pour
les week-ends. Ceci dit, je m'interroge beaucoup sur l'avenir de la
photographie professionnelle car il y a des appareils numériques et des
logiciels de plus en plus perfectionnés, L'avenir du photographe (mariage,
baptême,.) se vois il menacé ? Qu'an pensé-vous ?



TD.
Vos réponses Page 1 / 9
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Philippe LAGARDE
Le #1740590

Bonjour à tous,

Salut


J'aimerais commencer des cours en photographie au mois de septembre, pour en
faire d'une part mon obi et d'une autre part une profession accessoire pour
les week-ends. Ceci dit, je m'interroge beaucoup sur l'avenir de la
photographie professionnelle car il y a des appareils numériques et des
logiciels de plus en plus perfectionnés, L'avenir du photographe (mariage,
baptême,.) se vois il menacé ? Qu'an pensé-vous ?

Le numérique n' pas changé grand chose. Avant, tout le monde avait un

appreil photo aussi. L'image envahit peut-être encore plus notre monde,
mais ça, c'est plutôt bon pour nous. Mais quels cours prends-tu, et
qu'est-ce que que tu appelles de la photographie professionnelle de we?

Cordialement,

--
Philippe LAGARDE
www.mise-en-lumiere.org

Vincent Becker
Le #1740589
L'avenir du photographe (mariage,
baptême,.) se vois il menacé ? Qu'an pensé-vous ?


Que d'excellents outils dans de mauvaises mains feront des photos pourries.
Photographier un mariage ou un baptême ce n'est pas savoir utiliser un
Canikon D700 et Adobe(c) Photoshop(tm), c'est savoir capter l'émotion d'un
instant. Et ça, le meilleur soft du monde ne sait pas faire... Le
photographe "pro" ou amateur éclairé qui bosse le week-end a donc de beaux
jours devant lui.

--
Vincent Becker
Photographie et appareils anciens - Photography and classic cameras
Merci de passer par mon site pour les réponses par courriel

Emma
Le #1740588
"Vincent Becker" a écrit
L'avenir du photographe (mariage,
baptême,.) se vois il menacé ? Qu'an pensé-vous ?


Que d'excellents outils dans de mauvaises mains feront des photos
pourries.

Photographier un mariage ou un baptême ce n'est pas savoir utiliser un
Canikon D700 et Adobe(c) Photoshop(tm), c'est savoir capter l'émotion d'un
instant. Et ça, le meilleur soft du monde ne sait pas faire... Le
photographe "pro" ou amateur éclairé qui bosse le week-end a donc de beaux
jours devant lui.



sur un forum où l'on qualifie de troll la moindre question naïve,
deux heures après, rien sur celui_-ci ?

Emma (qu'aimerait bien avoir des avis sur les réponse à la question sensia
du 27 : que fais-je avec mes pelloches ?)


Philippe LAGARDE
Le #1740587

Que d'excellents outils dans de mauvaises mains feront des photos pourries.
Photographier un mariage ou un baptême ce n'est pas savoir utiliser un
Canikon D700 et Adobe(c) Photoshop(tm), c'est savoir capter l'émotion d'un
instant. Et ça, le meilleur soft du monde ne sait pas faire... Le
photographe "pro" ou amateur éclairé qui bosse le week-end a donc de beaux
jours devant lui.


D'accord en général, mais : le mariage ou le baptème "commercial", c'est
avant tout de la cuisine, des trucs, des méthodes. Une parfaite
connaissance de son matos, une préparation avec les intéressés, de
l'assurance et du culot. L'émotion joue bcp moins que les "trucs qui
marchent". Tu peux faire des photos de parc de mariés juste avec des trucs.

Cordialement,

--
Philippe LAGARDE
www.mise-en-lumiere.org

graphistecomBOUCHONfr
Le #1740585
Vincent Becker wrote:

L'avenir du photographe (mariage,
baptême,.) se vois il menacé ? Qu'an pensé-vous ?


Que d'excellents outils dans de mauvaises mains feront des photos pourries.
Photographier un mariage ou un baptême ce n'est pas savoir utiliser un
Canikon D700 et Adobe(c) Photoshop(tm), c'est savoir capter l'émotion d'un
instant. Et ça, le meilleur soft du monde ne sait pas faire...

Le photographe "pro" ou amateur éclairé qui bosse le week-end a donc de
beaux jours devant lui.


On en reparlera dans quelques années. C'est exactement ce genre de
discours que l'on tenait à propos de la PAO. On peut voir où les
industries et arts graphiques sont tombés aujourd'hui (caniveau).
Quand à la photo, de ce que je peux constater en entreprise, le
numérique a bon dos pour faire des économies. Et pondre des merdres tout
de même.

--
Graphistecom


Philippe LAGARDE
Le #1740584

Quand à la photo, de ce que je peux constater en entreprise, le
numérique a bon dos pour faire des économies. Et pondre des merdres tout
de même.


Ca je le vois en photo industrielle. Jusqu'à ce qu'ils se prennent des
sales remarques des clients/administrations/partenaires dans les dents, et
qu'ils me rappelles. Avant, il n'y aurait même pas eu de photo. Donc dans
l'ensemble, c'est plutôt mieux pour moi.
La différence avec la PAO, c'est que tu peux, aujourd'hui, pondre un truc
qui tient la route avec des outils abordables. Quand tu as goutté au pro,
tu vois la différence, mais tu fais des trucs passables assez facilement.
En photo, c'est pas si simple (mais ce n'est que mon point de vue).

Cordialement,

--
Philippe LAGARDE
www.mise-en-lumiere.org

td
Le #1740583
Des cours pour avoir le certificat me permettant d'exercer la photographie à
titre professionnel, j'aime beaucoup la photographie et j'aimerais en faire
une deuxième profession pour des photos de mariage, . Je me demandais juste
si dans 5 ans par exemple (vus l'évolution) je n'aurais plus de client car
il y aura toujours un proche équipé avec du bon matériel qui le fera.



TD



"Philippe LAGARDE" le message de news: 1ll17ivmvhl8i.oj6kpctzwihy$

Bonjour à tous,

Salut


J'aimerais commencer des cours en photographie au mois de septembre,
pour en


faire d'une part mon obi et d'une autre part une profession accessoire
pour


les week-ends. Ceci dit, je m'interroge beaucoup sur l'avenir de la
photographie professionnelle car il y a des appareils numériques et des
logiciels de plus en plus perfectionnés, L'avenir du photographe
(mariage,


baptême,.) se vois il menacé ? Qu'an pensé-vous ?

Le numérique n' pas changé grand chose. Avant, tout le monde avait un

appreil photo aussi. L'image envahit peut-être encore plus notre monde,
mais ça, c'est plutôt bon pour nous. Mais quels cours prends-tu, et
qu'est-ce que que tu appelles de la photographie professionnelle de we?

Cordialement,

--
Philippe LAGARDE
www.mise-en-lumiere.org



Philippe LAGARDE
Le #1740582

Des cours pour avoir le certificat me permettant d'exercer la photographie à
titre professionnel, j'aime beaucoup la photographie et j'aimerais en faire
une deuxième profession pour des photos de mariage, . Je me demandais juste
si dans 5 ans par exemple (vus l'évolution) je n'aurais plus de client car
il y aura toujours un proche équipé avec du bon matériel qui le fera.

Pas de souci pour ça :) Par contre, je vois pas trop l'intérêt de faire des

cours pour faire des photos de mariage... Amha, les cours ne se justifient
que pour le studio.

Cordialement,

--
Philippe LAGARDE
www.mise-en-lumiere.org

graphistecomBOUCHONfr
Le #1740581
Philippe LAGARDE
Quand à la photo, de ce que je peux constater en entreprise, le
numérique a bon dos pour faire des économies. Et pondre des merdres tout
de même.


Ca je le vois en photo industrielle. Jusqu'à ce qu'ils se prennent des
sales remarques des clients/administrations/partenaires dans les dents, et
qu'ils me rappelles. Avant, il n'y aurait même pas eu de photo. Donc dans
l'ensemble, c'est plutôt mieux pour moi.

La différence avec la PAO, c'est que tu peux, aujourd'hui, pondre un truc
qui tient la route avec des outils abordables. Quand tu as goutté au pro,
tu vois la différence, mais tu fais des trucs passables assez facilement.


Ben non. Même pas. C'est l'imprimeur qui se déculotte pour reprendre le
'truc' de A jusqu'à Z pour qu'effectivement ça tienne la route.
L'amateur croyant que ce que lui montre les outils wysiwyg suffit pour
que le travail soit fait.

En photo, c'est pas si simple (mais ce n'est que mon point de vue).


En PAO ce n'est pas si simple (what you see is NOT what you get). Je
n'aborde même pas le point vue sur la communication visuelle qui frise
le néant.

--
Graphistecom


Peter Pan
Le #1740580
La différence avec la PAO, c'est que tu peux, aujourd'hui, pondre un
truc qui tient la route avec des outils abordables. [...]
En photo, c'est pas si simple (mais ce n'est que mon point de vue).


Je ne crois pas. Je pense que les problèmes sont assez semblables, voire
plus complexes en "PAO".
Je mets ce dernier terme entre guillemets, car il recoupe bien des
concepts. Au premier rang desquels la typographie, qui est un métier à
part entière. Rejetés dans les années 80, pour cause de "je sais tout
faire avec mon Apple", les typographes ont été rappelés dans les années
90, car la presse - notamment - s'est rendu compte qu'elle n'arrivait
pas... à se lire elle-même !

Comme je viens de le faire remarquer sur frpn, les secrétariats - et
leurs patrons - s'arrangent très bien de Power Point pour pondre un doc.
On ne parle même plus de PAO, au sens noble, et les imprimeurs ont
maintenant des opérateurs presque dédiées à ces logiciels.
Là où l'oeil semble encore requis en photo par les commanditaires - tu
confirmeras ou pas - il ne l'est plus systématiquement en matière de
communication "tout venant". Les imprimeurs, tirant la langue depuis un
bail, jouent le jeu en s'asseyant sur des "principes fondateurs".

Je crois que ce problème épineux n'existe pas en photo, avec ou sans le
numérique. Le point commune reste, de toutes évidences, l'existence ou
non d'un savoir-faire : il y a les "gens de l'art" et les autres. Encore
faut-il pouvoir se les payer, par les temps qui courent (pas bien vite).

Pour tenter de répondre à td, qu'il se lance : il a l'atout maître de
pouvoir prétendre à un statut "simple" avec l'Agessa* (selon le type de
prestation). Inscription gratos aux impôts, exempté de taxe pro (que
l'on paye sinon, même avec zéro CA) et charges sociales relativement
faibles : y a moyen de se lancer autrement plus facilement qu'avec
l'Urssaf comme CFE. Dans ce dernier cas, il faut pouvoir encaisser (!)
les charges forfaitaires des deux premières années.

Le tout, je pense, est d'avoir un peu de talent (proposition de troll)
et déjà des clients en vue... à moins qu'il se sente l'âme d'un
commercial avec les dents qui rayent le parquet :-)

(*) http://www.agessa.org/

--
Pierre
http://www.ppan.net
http://www.pasbanal.com

Publicité
Poster une réponse
Anonyme