SpaceX déploie sa deuxième série de satellites Starlink et fait voler une fusée Falcon 9 quatre fois

Le par Jérôme G.  |  3 commentaire(s)
spacex-starlink

SpaceX a lancé soixante minisatellites supplémentaires pour sa constellation Starlink. Un lancement couronné de succès avec un même premier étage de Falcon 9 qui a effectué son quatrième vol et une première réutilisation d'une coiffe.

Comme prévu, SpaceX a déployé soixante nouveaux minisatellites Starlink sur orbite. Près d'une heure après le lancement d'une fusée Falcon 9 lundi, les satellites Starlink d'une masse unitaire de 260 kg ont été lâchés à une altitude préliminaire de 280 km.

Avec leur propre propulseur ionique à effet Hall expulsant du krypton, les satellites Starlink vont progressivement rejoindre une orbite à une altitude de près de 350 km. Par rapport à la première série de minisatellites Starlink en mai, ils ont été largués à une altitude plus basse.

Le déploiement de la constellation de SpaceX vise essentiellement une orbite basse de 550 km dans un premier temps. Le groupe a toutefois obtenu l'autorisation pour une orbite proche de 350 km d'altitude.

Un objectif est une constellation Starlink de 12 000 minisatellites répartis sur plusieurs orbites basses de 350 km à un peu plus de 1 300 km d'altitude afin de proposer un service Internet à haut débit. Des temps de latence pourraient être de l'ordre de 15 ms.

SpaceX a fait une demande de fréquences pour 30 000 satellites supplémentaires. Dès l'année prochaine, SpaceX escompte une mise en service pour le nord des États-Unis et le Canada à la suite de 6 lancements et table sur 24 lancements pour la couverture du reste du monde.

Pour le lancement du 11 novembre depuis Cap Canaveral en Floride, la fusée Falcon 9 utilisée avait déjà volé lors de trois précédentes missions. C'est la première fois qu'un même premier étage de Falcon 9 a ainsi réalisé quatre vols.

Le premier étage a une nouvelle fois pu être récupéré après à un atterrissage sur une barge automatisée dans l'océan Atlantique. Un tel booster est conçu pour être utilisé dix fois. Une autre première a été la réutilisation d'une coiffe entière.

  • Partager ce contenu :
Cette page peut contenir des liens affiliés. Si vous achetez un produit depuis ces liens, le site marchand nous reversera une commission sans que cela n'impacte en rien le montant de votre achat. En savoir plus.
Complément d'information

Vos commentaires

Trier par : date / pertinence
Phil995511 offline Hors ligne Vétéran icone 2432 points
Le #2083343
Vivement qu'ils cessent leur pitreries et qu'on cesse d'entendre parler de cette boîte et de son fondateur !!!
jujubibi offline Hors ligne Vénéré avatar 3630 points
Le #2083345
Phil995511 a écrit :

Vivement qu'ils cessent leur pitreries et qu'on cesse d'entendre parler de cette boîte et de son fondateur !!!


J'ai mis +1 par erreur donc faut que je compense :

Tu **** (modéré)

->pas d'insulte sinon ton compte sera bloqué, merci
LinuxUser offline Hors ligne VIP icone 17490 points
Le #2083531
Phil995511 a écrit :

Vivement qu'ils cessent leur pitreries et qu'on cesse d'entendre parler de cette boîte et de son fondateur !!!


Ah parce que Boeing c'est mieux ?
- 2 milliards de $ par tir pour le SLS (SpaceX vise 2 millions pour Starship, même si ca coute 10 fois plus ya de la marge). Oh et ces 2 milliards ne comptent pas les couts de developpement, sinon en les prenant en compte (et en divisant par les tirs prévus) et en ajoutant un vaisseau Orion dessus, c'est plutot 5 milliards / tir en fait
- 2 tirs pour chaque trajet sur la Lune dans le cadre d'Artemis (1 pour Orion, 1 pour l'aterrisseur)

Boeing a trouvé sa vache à lait, a coté SpaceX niveau piraterie, ce sont des petits joueurs.
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire