Après SpaceX, Tesla réduit ses effectifs de 7%, le cours souffre

Le par  |  6 commentaire(s)
Tesla-logo

Quelques jours après SpaceX, Tesla annonce à son tour des suppressions de postes, après une forte progression de l'effectif l'an dernier.

La rationalisation est à l'ordre du jour dans les entreprises dirigées par le milliardaire Elon Musk. Après l'annonce de la suppression de 10% des effectifs de SpaceX, présentée comme une nécessité pour continuer à faire avancer les différents projets spatiaux, c'est au tour de Tesla de devoir dégraisser de 7% ses effectifs.

Dans un billet de blog, Elon Musk évoque l'objectif de rendre le constructeur de véhicules électriques rentable cette année, alors que la Tesla Model 3 va devenir disponible au-delà du marché US.

La fin programmée des aides fiscales va conduire Tesla à devoir réviser ses prix à la baisse tout en continuant d'essayer de réduire les coûts d'approvisionnement pour rendre ses véhicules plus accessibles, tout en devant affronter une concurrence désormais aux portes du marché des véhicules électriques.

Tesla Model P90D

Face à cette équation complexe, Elon Musk indique ne pas avoir d'autre choix que de réduire l'effectif de Tesla d'environ 7% (autour de 3000 postes) après un accroissement de 30% l'an dernier, tout en devant augmenter la production de la Model 3 et optimiser le processus de fabrication nécessaires aux économies d'échelle devant permettre d'atteindre un prix de base de 35 000 dollars, promis depuis le début mais pas encore atteint.

La nouvelle n'a pas tellement plu aux investisseurs, conduisant le cours de Tesla à chuter de plus de 7% après l'annonce. Les termes employés par Elon Musk dans son message, évoquant des temps difficiles et des challenges complexes à surmonter, les fortes dépenses de la société restant toujours un sujet épineux. Tesla avait déjà annoncé une suppression de 9% de ses effectifs en juin 2018.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2047763
Dans ce genre de boite, je ne vois pas où est le problème de vouloir larguer du lest pour réambaucher par la suite. SpaceX va certe licencier 600 personne, mais a 400 offre d'emploi à pourvoir à l'heure actuel. C'est un turnover normal et très sein dans une boite privée de technologie de pointe. Se reposer sur ses laurier, c'est à terme finir par être largué technologiquement.
Le #2047774
Et sinon une voiture grand publique, ils y ont pensé ? Ah on me dit que non, c'est d'abord le pognon...
Le #2047782
CodeKiller a écrit :

Et sinon une voiture grand publique, ils y ont pensé ? Ah on me dit que non, c'est d'abord le pognon...


Ça, c'est clair qu'on l'attent toujours la tesla a moins de 30k...
Le #2047790
Safirion a écrit :

Dans ce genre de boite, je ne vois pas où est le problème de vouloir larguer du lest pour réambaucher par la suite. SpaceX va certe licencier 600 personne, mais a 400 offre d'emploi à pourvoir à l'heure actuel. C'est un turnover normal et très sein dans une boite privée de technologie de pointe. Se reposer sur ses laurier, c'est à terme finir par être largué technologiquement.


Jsuqu'ici spaceX a fonctionné sur l'affectif avec des ingénieurs de la NASA qui avaient mal vécu les réductions d'effectifs et les coupes budgétaires récentes !
Si SpaceX se met à fonctionner lde la même manière cela impliquera forcement, perte de motivation, baisse de la qualité, complexification des recrutements, etc. etc.
Le #2047799
CodeKiller a écrit :

Et sinon une voiture grand publique, ils y ont pensé ? Ah on me dit que non, c'est d'abord le pognon...


C'est un peu logique de devenir rentable... Si c'est pour couler dans 2 ans.
Comme un concurrent
Le #2047837
CodeKiller a écrit :

Et sinon une voiture grand publique, ils y ont pensé ? Ah on me dit que non, c'est d'abord le pognon...


Sans pognon une compagnie privée ça ne vie pas longtemps.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme