L'ESA souhaite améliorer et développer l'impression 3D de pièces en métal d'ici 5 ans

Le par  |  1 commentaire(s) Source : The Verge
AMAZE impression 3D agence spatiale européenne

Tout comme la NASA, l’Agence Spatiale européenne cherche actuellement à intégrer l’impression 3D dans son processus de conception des vaisseaux, fusées et autres modules spatiaux. À ce titre, un programme est lancé pour améliorer un peu plus cette technologie.

L’ESA travaille depuis quelques années déjà sur l’utilisation d’imprimantes 3D dans la réalisation de pièces spécifiques à certains modules destinés à s’envoler dans l’espace.

impression 3D metal ESA  L’agence vient ainsi de présenter des pièces imprimées en métal capables de supporter des températures dépassant les 3500 degrés Celsius, soit, bien au-delà de n’importe quel plastique ou polymère généralement utilisé dans l’impression 3D grand public.

L’ESA se félicite ainsi de réussir à imprimer des pièces qui seront " parfaites pour l’espace et pour les conditions les plus extrêmes sur Terre.". Un vaste programme a été lancé avec divers partenaires européens pour permettre la impression 3D metal ESA 2 production à grande échelle de pièces métalliques réalisées avec la méthode de l’impression 3D, le tout avec pour objectif de parfaire l’impression par frittage laser pour obtenir des résultats conformes aux standards aérospatiaux d’ici à 5 ans.

Le projet est baptisé AMAZE ( Additive Manufacturing Aiming Towards Zero Waste & Efficiant Production of High-Tech Metal Product). Car c’est aussi là un des atouts de l’impression 3D : la limitation des déchets et pertes de matériau lors du processus de fabrication.

Tout comme pour la NASA, l’impression 3D permettra aux ingénieurs d’envisager de nouvelles pièces presque impossibles à réaliser avec des moyens traditionnels. Des circuits de refroidissement occupant un espace réduit par exemple, ou d’autres pièces d’un seul tenant là où les techniques traditionnelles nécessitent soudures et raccords qui fragilisent l’ensemble.

L’ESA a indiqué que le projet avait été lancé en discrétion au mois de janvier dernier et que la prochaine étape consiste en la construction d’usines implantées en France, Allemagne, Italie, Norvège et Grande-Bretagne afin de constituer une chaine fiable d’approvisionnement industriel.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1533382
Ouais.
Espérons qu'il existera une version grand public.
Parce que la conception à façon de pièces métalliques intéressera TOUS les bricoleurs et, surtout, tous les collectionneurs de matériels roulants historiques (voitures, avions, etc).
Et en plus, plus besoin de chercher des lustres la pièce que l'on veut et donc du temps gagné et de l'argent également : plus besoin d'acheter 1 000 vis pour n'en utiliser que 10.

Ca c'est pour l'avantage côté utilisateur. Mais si les industries du clou, de la visserie et de la pièce détachée périclitent à cause de cela ça fera des emplois sur le carreau !


db
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]