droits d'auteurs

Le
nicolas
intellectuelle forum, sur linuxrhétoriqueire ici (j'espère),
sans craindre de se faire jeter, que :
- Les brevets, c'est bien mais qu'il ne faut pas en abuser !
- La gpl est un brevet valide (comme l'a dit un tribunal de münich)
- Ils profitent principalement à de grosses boîtes. Rarement à des
individus.

Bref, c'est une question au centre de débats publiques actuels avec
notamment les questions connexes des droits d'auteurs pour les musiciens
(ou les maisons de disque, ça dépend, ou les deux). Les tenants, et les
aboutissants ne sont pas toujours clairs :

Par exemple, on ne sait toujours pas vraiment ce qu'est la propriété
intéllectuelle Enfin, disons que perso, je ne sais pas trop

On peut s'amuser, dans un élan de rhétorique pure, à transposer cette notion
au monde des mathématiques A priori s'il y a un lieu ou on peut parler
de propriété intéllectuelle, c'est bien là. C'est un lieu ou tout n'est
qu'abstrait et intéllect Rien n'est concret..

Donc, pourquoi ne pas y mettre des brevets ??? On pourrait ainsi garantir
aux mathématiciens, la pleine jouissance de leurs travaux ?!

Bon, mais qu'est ce que cela voudrait dire ?

Chaque fois que quelqu'un utilise le théorème de fermat par exemple (pas bon
l'exemple, c'est pas très utile) il devrait donc verser une somme en droit
d'auteurs aux auteurs. Bon, d'accord, c'est peut-être dans le domaine
publique ?! Enfin, disons que l'on peut tout à fait attribuer le brevet à
Andrew Wiles puisque'il est l'auteur de la démonstration, de ce qui
n'était au paravant qu'une conjecture (vers 1993-1994).

Mais les exemples foisonnent En fait en 1940 un mathématicien très
compétent connaissait environ 50% de la masse totale des mathématiques.
Aujourd'hui, le meilleur mathématicien du monde n'en connaîtrait qu'à peine
5%.

Conclusion, si on n'y avait mis des brevets, des droits d'auteurs, il serait
absolument impossible de faire des mathématiques, à moindre d'enfreindre 10
brevets à la secondes ou de se contenter de pythagore, thalès et leibnitz
(ce qui n'est pas si mal).

Bon comme ça, l'exemple sans doute un peu bourrin Mais en fait si
certaines personnes brevetent les hyperliens, et autre je ne vois pas
pourquoi on ne se mettrait pas à brevter un bon corrolaire du lemme
chinois ?

nico

  • Partager ce contenu :
Vos réponses Page 1 / 6
Trier par : date / pertinence
Motodashi
Le #4933791
Le Mon, 26 Jul 2004 16:33:24 +0200, nicolas

- La gpl est un brevet valide (comme l'a dit un tribunal de münich)


Moi qui croyait que c'était une licence.

--
motodashi chez yahoo en france

nicolas
Le #4933781
Motodashi wrote:

Le Mon, 26 Jul 2004 16:33:24 +0200, nicolas

- La gpl est un brevet valide (comme l'a dit un tribunal de münich)


Moi qui croyait que c'était une licence.



Cruelle déception hein ?! ... oups... oui.. pardon, autant pour moi...

(je confond tout là... brevet et licence ?)


Nicolas George
Le #4933771
nicolas , dans le message écrit :
intellectuelle forum, sur linux...rhétoriqueire ici (j'espère),
sans craindre de se faire jeter, que :


Manifestement, tu n'y connais rien, ce qui est assez courant, parce que
c'est quelque chose de compliqué. Quelques éléments pour y remédier :

- Les brevets protègent des inventions, des objets ou procédés concrets,
à application industrielle.

- Une oeuvre de l'esprit, ce qu inclue les livres, la musique, les
oeuvres d'art, et bizarrement les logiciels, est protégée par les
droits moraux et patrimoniaux qui y sont atachés.

- Un fait scientifique n'est protégé par rien du tout.

- Un brevet doit être déposé, et accepté par l'institut de brevets, qui
est censé (mais ne le fait pas) vérifier que l'invention respecte
divers critères, et coûte pas mal d'argent. Il peut durer jusqu'à
vingt ans.

- Les droits sur une oeuvre sont automatiques, dès la divulgation de
l'oeuvre. Les droits patrimoniaux durent jusqu'à 70 ans après la mort
de l'auteur (70 ans après la première publication pour un logiciel),
et couvrent toute utilisation ou distribution publique de l'oeuvre,
que l'auteur contrôle totalement.

- Le principe derrière les brevets n'est pas de récompenser les
inventeurs (il y a les applications industrielles de leur invention
pour ça), mais de les inciter à publier leur invention, en échange
d'un monopole provisoire.

- Une licence de logiciel est une autorisation donnée par l'auteur ou
ses ayant-droits d'utiliser le logiciel (l'oeuvre) d'une certaine
manière, alors qu'ils n'ont par défaut aucun droit.

- La GPL est une licence.

nbigeard
Le #4933751
J'ai peut-être fait quelques amalgames. Mais je n'irais pas jusqu'à dire que
je n'y connais rien...


Il me semble (fortement : il y a une section informatique à l'OEB) qu'il y a
également des brevets en informatique, et je ne pense pas que cliquer sur
un bouton virtuel ou un hyperlien soit très concret... Il ne me paraît pas
non plus judicieux de placer des brevets sur les défilements.

- Une oeuvre de l'esprit, ce qu inclue les livres, la musique, les
oeuvres d'art, et bizarrement les logiciels, est protégée par les
droits moraux et patrimoniaux qui y sont atachés.

- Un fait scientifique n'est protégé par rien du tout.


Ceci dit. Qu'est ce qui nous dit qu'un théorème mathématique est un fait
scientifique et non une invention de l'esprit humain, ou encore une oeuvre
de l'esprit ? Selon certains esprits tortueux de l'univers mathématiques,
l'oeuvre collective mathématique est en fait une forme complexe
d'exploration de l'esprit humain...

et bizarrement les logiciels...


Ce n'est pas bizarre. Tout informaticien, te dira que l'on passe notre temps
à corriger des fautes d'orthographe ! On pourrait aussi te dire que chaque
informaticien a son style. Il y même des concours de type, écrire un court
bout de code humoristique... Bref, c'est un peu du Georges Perec ou du
Raymond Queneau light.

Pour la licence ok.

- Le principe derrière les brevets n'est pas de récompenser les
inventeurs (il y a les applications industrielles de leur invention
pour ça), mais de les inciter à publier leur invention, en échange
d'un monopole provisoire.


oui, tant que l'on ne s'en sert pas pour conserver un monopole de fait
(enfin, qui serait suffisament pervers pour tenter une telle chose ??).

nico






Manifestement, tu n'y connais rien, ce qui est assez courant, parce que
c'est quelque chose de compliqué. Quelques éléments pour y remédier :

- Les brevets protègent des inventions, des objets ou procédés concrets,
à application industrielle.

- Une oeuvre de l'esprit, ce qu inclue les livres, la musique, les
oeuvres d'art, et bizarrement les logiciels, est protégée par les
droits moraux et patrimoniaux qui y sont atachés.

- Un fait scientifique n'est protégé par rien du tout.

- Un brevet doit être déposé, et accepté par l'institut de brevets, qui
est censé (mais ne le fait pas) vérifier que l'invention respecte
divers critères, et coûte pas mal d'argent. Il peut durer jusqu'à
vingt ans.

- Les droits sur une oeuvre sont automatiques, dès la divulgation de
l'oeuvre. Les droits patrimoniaux durent jusqu'à 70 ans après la mort
de l'auteur (70 ans après la première publication pour un logiciel),
et couvrent toute utilisation ou distribution publique de l'oeuvre,
que l'auteur contrôle totalement.

- Le principe derrière les brevets n'est pas de récompenser les
inventeurs (il y a les applications industrielles de leur invention
pour ça), mais de les inciter à publier leur invention, en échange
d'un monopole provisoire.

- Une licence de logiciel est une autorisation donnée par l'auteur ou
ses ayant-droits d'utiliser le logiciel (l'oeuvre) d'une certaine
manière, alors qu'ils n'ont par défaut aucun droit.

- La GPL est une licence.


Nicolas George
Le #4933701
nbigeard , dans le message écrit :
J'ai peut-être fait quelques amalgames. Mais je n'irais pas jusqu'à dire que
je n'y connais rien...


C'est pourtant l'impression que tu donnes.

Il me semble (fortement : il y a une section informatique à l'OEB) qu'il y a
également des brevets en informatique, et je ne pense pas que cliquer sur
un bouton virtuel ou un hyperlien soit très concret... Il ne me paraît pas
non plus judicieux de placer des brevets sur les défilements.


Les logiciels ne sont, là maintenant, pas brevetables. Mais comme je
l'ai dit, les offices de brevets ne font pas correctement leur boulot de
vérifier qu'un brevet entre bien dans les cadres fixés par la loi.

Ceci dit. Qu'est ce qui nous dit qu'un théorème mathématique est un fait
scientifique et non une invention de l'esprit humain, ou encore une oeuvre
de l'esprit ?


La loi, qui a des définitions relativement précises.

oui, tant que l'on ne s'en sert pas pour conserver un monopole de fait


J'ai bien dit que c'était le principe. La manière donc c'est utilisé de
nos jours dans certains domaines n'a plus grand chose à voir, mais c'est
une dérive qu'il faudrait condamner et corriger, un bug dans le texte de
la loi par rapport à son esprit.

nicolas
Le #4933461
désolé pour l'impression.

Il me semble (fortement : il y a une section informatique à l'OEB) qu'il
y a également des brevets en informatique, et je ne pense pas que cliquer
sur un bouton virtuel ou un hyperlien soit très concret... Il ne me
paraît pas non plus judicieux de placer des brevets sur les défilements.


Les logiciels ne sont, là maintenant, pas brevetables. Mais comme je
l'ai dit, les offices de brevets ne font pas correctement leur boulot de
vérifier qu'un brevet entre bien dans les cadres fixés par la loi.


Je parle de brevet en informatique, et non de logiciel brevetable. Certaines
technologies informatiques (que l'on pourrait après tout considèrer comme
des faits scientifiques) ont été breveté. Il suffit d'aller voir chez IBM
pour se rendre compte du nombre de brevets qu'ils ont déposés. Pour le
développement des normes, comme c'est le cas d'h264, il y a un patent pool,
c'est à dire une forme de gestion d'attribution des brevets de technologies
rétribuées par la vente et la promotion de la norme (dans les faits, les
technologies, ne sont pas toujours choisies par ce qu'elles sont
meilleures, mais représentent de meilleurs compromis diplomatiques :
relativement intéressant, et arrange sony ou apple ou msoft, qui ont été
lésés par l'attribution de telle techno pour telle partie de la norme...).

Ceci dit. Qu'est ce qui nous dit qu'un théorème mathématique est un fait
scientifique et non une invention de l'esprit humain, ou encore une
oeuvre de l'esprit ?


La loi, qui a des définitions relativement précises.


Non, la loi ne nous indique pas si les mathématiques sont ou non une
invention de l'esprit humain.

oui, tant que l'on ne s'en sert pas pour conserver un monopole de fait
J'ai bien dit que c'était le principe. La manière donc c'est utilisé de

nos jours dans certains domaines n'a plus grand chose à voir, mais c'est
une dérive qu'il faudrait condamner et corriger, un bug dans le texte de
la loi par rapport à son esprit.


L'esprit de départ des lois était : la défense des citoyens. Maintenant, il
me semble qu'elles sont plus là pour la défense des multinationales.

nico

ps : Qu'est ce que la propriété intellectuelle ? : je ne vois toujours
pas !!

Truc idiot : je viens de déposer une superbe chanson à la sacem : elle est
assez courte : "si mi la ré". Ces temps ci je remarque qu'elle est reprise
par des tas de chanteurs, que je considérais pourtant comme émérites,
honnêtes et inventifs. Ils font donc fi de mes droits d'auteurs en
reprenant le thème de ma chanson !!!


Motodashi
Le #4933431
Le Tue, 27 Jul 2004 06:42:16 +0200, nicolas
Truc idiot : je viens de déposer une superbe chanson à la sacem : elle
est
assez courte : "si mi la ré". Ces temps ci je remarque qu'elle est
reprise
par des tas de chanteurs, que je considérais pourtant comme émérites,
honnêtes et inventifs. Ils font donc fi de mes droits d'auteurs en
reprenant le thème de ma chanson !!!



Il me semble qu'on peut parler de plagiat (légalement) qu'au delà de 8
notes de différences.

--
motodashi chez yahoo en france

Sam Hocevar
Le #4933411
On Tue, 27 Jul 2004 09:47:07 +0200, Motodashi wrote:

Il me semble qu'on peut parler de plagiat (légalement) qu'au delà de 8
notes de différences.


Absolument pas. On peut parler de plagiat à partir de zéro notes ;
voir Mike Batt vs John Cage estate, au sujet de 4'33".

Sam.
--
Sam Hocevar
Racism is so gay! How could you ever be racist?

Motodashi
Le #4933401
Le Tue, 27 Jul 2004 10:26:36 +0200, Sam Hocevar
On Tue, 27 Jul 2004 09:47:07 +0200, Motodashi wrote:

Il me semble qu'on peut parler de plagiat (légalement) qu'au delà de 8
notes de différences.


Absolument pas. On peut parler de plagiat à partir de zéro notes ;
voir Mike Batt vs John Cage estate, au sujet de 4'33".



C'est une idée reçue alors ?

--
motodashi chez yahoo en france


j
Le #4933381
Sam Hocevar wrote:
On Tue, 27 Jul 2004 09:47:07 +0200, Motodashi wrote:


Il me semble qu'on peut parler de plagiat (légalement) qu'au delà de 8
notes de différences.



Absolument pas. On peut parler de plagiat à partir de zéro notes ;
voir Mike Batt vs John Cage estate, au sujet de 4'33".

Au fait Grébor Mc Rakmanoff compositeur de musique moderne dans les

années 60 a écrit une partition composée uniquement de soupir qui à la
particularité de durer 5 secondes. Cette oeuvre, appelée l'insuportable
silence a été déposée. Et il se trouve, qu'entre chacun des morceaux de
musique de ses musiciens, Sony met une plage qu'elle appelle de silence
entre ses morceaux. Nous pouvons voir à l'oeuvre la loi du plus fort,
Sony fait poursuivre de pauvres internautes qui utilisent du P2P pour
rapatrier un petits morceaux, et eux sur chacun des CDs qu'ils publient
ils recopient au moins 10 fois une oeuvre déposée.

Jusqu'où ira la duplicité des entreprises qui militent pour le respect
de la propriété intellectuelle tout en la violant ?

Mes 2 cents et ->[]


Poster une réponse
Anonyme