Pour la fin du droit des magistrats à se syndiquer

Le
ast
Le débat est lancé par Henri Guaino

Le député UMP et proche de Nicolas Sarkozy Henri Guaino a
demandé aujourd'hui la suppression du droit des magistrats à se
syndiquer.

"Je pense que le syndicalisme est devenu un des plus grands maux
de la magistrature", a déclaré Henri Guaino sur BFM TV-RMC,
soulignant qu'un juge d'instruction ne pouvait pas instruire à charge
et à décharge s'il faisait passer "ses préjugés avant tout". "Donc il
faut supprimer le syndicalisme dans la magistrature. On va me dire
que c'est un principe constitutionnel, alors il faut faire un référendum
et inscrire dans la Constitution que ni dans l'armée ni dans la magistrature
on ne peut être syndiqué", a-t-il également dit.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/07/03/97001-20140703FILWWW00086-magistrature-guaino-pour-la-fin-du-syndicalisme.php

Effectivement, 30% des magistrats sont adhérents au Syndicat de la
Magistrature, un syndicat proche de l'extrême gauche très présent
au coté de Christiane Taubira au ministère de la Justice. C'est un grave
problème pour la démocratie dans notre pays. On ne peut pas être à
la fois un militant politique extrémiste et un juge impartial.
Vos réponses Page 9 / 12
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Patrick V
Le #26242072
Le 03/07/2014 18:18, Christian Navis a écrit :
Patrick V a émis l'idée suivante :

Non, non, c'était bien une forme de persiflage : j'appliquais ton
raisonnement à la lettre pour montrer qu'il contient des erreurs.



Serais-tu un fossile un peu marteau, communiste pétri du sens
de l'histoire, convaincu que ceux qui ne pensent pas comme toi
sont dans l'erreur et doivent être rééduqués en psychiatrie ?
Cours vite Kamarad, ne rate pas le prochain train pour Novossibirsk !:-(



Intéressant. Le fait d'utiliser ton propre raisonnement pour démontrer
qu'il est vicié implique donc tout ceci ? Et ce serait moi, dans ces
conditions, qui refuserait la contradiction ?

--
http://www.chevaliers4vents.com/
Ricazerty
Le #26242262
"Anne G"/"Ricazerty"
Le 03/07/14 05:11, Didier Wagner a écrit :
Christian Navis :

C'est une question d'éthique : on ne mord pas la main qui vous nourrit !



Si vous vous présentez aux prochaines élections, mon suffrage vous est
assuré.



Allons-y pour l'interdiction des syndicats du secteur privés aussi, alors.



Ben voyons! Allons-y pour tous les syndicats tant qu'à faire.
Le pire c'est que vous en rêvez !!!
Christian Navis
Le #26242422
Laurent Jumet avait énoncé :

Je rappelle que la discussion portait sur l'opportunité de dissoudre le
"syndicat de la magistrature", et pas d'interdire aux magistrats de
s'associer.



Bien évidemment.
Il serait bon amha que l'on établisse des critères précis définissant
les personnes dépositaires d'une parcelle de l'autorité publique,
susceptibles de vous ruiner ou de vous priver de votre liberté (il
n'y a pas que les magistrats à disposer de ce pouvoir exorbitant !)

Ces personnes ne devraient pas avoir le droit de se syndiquer,
et encore moins exposer publiquement leurs opinions politiques
ou pire, de militer pour ou contre une personnalité ou un parti.
Et surtout, elles devraient être personnellement et pécuniairement
responsables des dysfonctionnements et préjudices qu'elles provoquent.

En attendant, il convient de rappeler que si la requête en suspicion
légitime au pénal est rarement retenue par la Cour de Cassation, qui
exige des preuves concrètes de la volonté de nuire...
La jurisprudence de la CEDH est beaucoup plus compréhensive puisqu'elle
considère qu'il suffit qu'un magistrat ait donné, par son comportement
ou ses propos, une impression de partialité, pour que sa récusation
soit légitime.

Tour cela, les juristes de gôôôche le savent fort bien.
Comme ils savent qu'au bout du compte, les écoutes de Sarko, de son
avocat et du bâtonnier, seront probablement retirées de la procédure
car elles ont été élargies au delà de la simple recherche de la vérité
dans une affaire où l'on aurait dû disposer d'indices graves
et concordants avant d'espionner les gens.

La CEDH a, là encore, maintes fois annulé des procédures et condamné
des états pratiquant "les écoutes en filet dérivant à durée illimitée".
Des états irréprochables question démocratie et droits de l'homme,
comme la Turquie et la Russie...

Ainsi donc, comme dans les dossiers Bettencourt, Karachi, Khadaffi,
dont
on sait ce qu'il est advenu, l'important n'est pas de faire condamner
Sarko... Mêms si d'aucuns se pourlèchent les babines en y pensant...
Mais de l'empêcher de se présenter en 2017 en entretenant un doute
et une suspicion permanents autour de sa personne.
En se disant qu'au second tour, la grosse limace qui se prend pour
un président aurait toutes ses chances face à Marine...
Et je trouve cela très dangereux pour la démocratie.
Car même si je n'ai jamais voté pour Sarko, et n'envisage pas de le
faire, les procédés employés pour le mettre hors-jeu sont préoccupants.
"En tout socialiste, un fasciste sommeille" (proverbe navisien)

--
"Trois personnes sur quatre ne comprennent rien au rock.
Alors mec, si tu veux être cool, évite de faire partie de ces
trois-là."
http://christian.navis.over-blog.com/
Christian Navis
Le #26242412
Patrick V a utilisé son clavier pour écrire :

Intéressant. Le fait d'utiliser ton propre raisonnement pour démontrer qu'il
est vicié implique donc tout ceci ? Et ce serait moi, dans ces conditions,
qui refuserait la contradiction ?



Inintéressant mais révélateur : ta façon sournoise de ne pas annoncer
clairement la couleur, et de t'exprimer par sous-entendus à double
sens.

--
"Trois personnes sur quatre ne comprennent rien au rock.
Alors mec, si tu veux être cool, évite de faire partie de ces
trois-là."
http://christian.navis.over-blog.com/
dmkgbt
Le #26242562
Laurent Jumet
Hello Dominique !

(Dominique (de Corse)) wrote:

> "Toute personne, à de très rares exceptions près, peut se syndiquer :
> c'est un droit qui est garanti, entre autres, par la Constitution de
> 1958.

Je rappelle que la discussion portait sur l'opportunité de dissoudre
le "syndicat de la magistrature",



L'opportunité est secondaire si la procédure n'est pas respectée et si
le cas du SM ne rentre pas dans ce qui est prévu par la loi.

Dissoudre par voie judiciaire une association (et un syndicat en est
une) est un acte grave parce qu'attentatoire aux libertés publiques
définies dans notre Constitution.
C'est pourquoi cette action est sévérement encadrée.

La dissolution par voie judiciaire intervient sur demande des pouvoirs
publics ou à la requête de toute personne y ayant un intérêt légitime,
dans les cas suivants :

- objet illicite,
- association créée ou détournée de son objet pour commettre des
infractions graves,
- dérives sectaires caractérisées par diverses infractions (atteintes
aux personnes, exercice illégal de la médecine, publicités mensongères,
par exemple),
- conflit sérieux et permanent entre les membres de l'association,
rendant impossible le maintien du lien associatif et la poursuite des
activités.
La décision d'interdiction est prise par le tribunal de grande instance
du siège de l'association.

Sorti de ces 4 cas, je ne vois pas comment on peut interdire un
syndycat.
Et il va falloir prouver que le SM tombe sous le coup d'un de ces 4 cas.

Vous voyez quoi, vous, de Belgique et sans calomnier ou diffamer
nommément tous ces magistrats?

et pas d'interdire aux magistrats de s'associer.



Ben, vous êtes bizarre, vous.
Dissoudre un syndicat de magistrats, ça revient à leur interdire de
s'associer comme ils le souhaitent, non?


--
"Les réactions névrotiques et les troubles du comportement sont
modulés à travers le choix des mots et l'articulation des phrases
car toute verbalisation repose sur des conflits psychiques, des
souffrances,des complexes..." (Ch. Navis, prolixe)
Ricazerty
Le #26242552
"Christian Navis"/"Ricazerty"

"En tout socialiste, un fasciste sommeille" (proverbe navisien)



N'étant pas socialiste cette remarque m'amuse;
votre suffisance beaucoup moins,
elle est de ces attitudes qui justement préludent à tous les fascismes.
Patrick V
Le #26242592
Le 04/07/2014 10:59, Christian Navis a écrit :
Patrick V a utilisé son clavier pour écrire :

Intéressant. Le fait d'utiliser ton propre raisonnement pour démontrer
qu'il est vicié implique donc tout ceci ? Et ce serait moi, dans ces
conditions, qui refuserait la contradiction ?



Inintéressant mais révélateur : ta façon sournoise de ne pas annoncer
clairement la couleur, et de t'exprimer par sous-entendus à double sens.



Il n'y avait aucun sous-entendu ni double sens dans ma réponse. C'était
un raisonnement par l'absurde, c'est tout.

Aucune couleur à annoncer, d'ailleurs, car ce raisonnement n'est pas
dépendant de ma position sur le sujet et se borne à démontrer une erreur.

Enfin bon, si tu me considères comme sournois parce que tu n'as pas
compris mes propos, je n'y peux rien...

--
http://www.chevaliers4vents.com/
dmkgbt
Le #26242652
Dominique (de Corse)


syndycat.



%+£*¤%***!!!

Syndy cat?

Non. Syndicat.


--
"Les réactions névrotiques et les troubles du comportement sont
modulés à travers le choix des mots et l'articulation des phrases
car toute verbalisation repose sur des conflits psychiques, des
souffrances,des complexes..." (Ch. Navis, prolixe)
dmkgbt
Le #26242662
Christian Navis
Laurent Jumet avait énoncé :

> Je rappelle que la discussion portait sur l'opportunité de dissoudre le
> "syndicat de la magistrature", et pas d'interdire aux magistrats de
> s'associer.

Bien évidemment.
Il serait bon amha que l'on établisse des critères précis définissant
les personnes dépositaires d'une parcelle de l'autorité publique,
susceptibles de vous ruiner ou de vous priver de votre liberté (il
n'y a pas que les magistrats à disposer de ce pouvoir exorbitant !)



Vous n'auriez pas une liste?
C'est pour les rassembler au Vél d'Hiv'...

Ces personnes ne devraient pas avoir le droit de se syndiquer,
et encore moins exposer publiquement leurs opinions politiques
ou pire, de militer pour ou contre une personnalité ou un parti.
Et surtout, elles devraient être personnellement et pécuniairement
responsables des dysfonctionnements et préjudices qu'elles provoquent.



Oui, vous avez raison, rétablissons les fermiers généraux et recréons
des milices privées, ouvrons grandes nos frontières et supprimons les
droits de douane mais rétablissons l'octroi à l'entrée de chaque ville,
rendons les charges publiques héréditaires ou achetables et élisons des
juges et des shérifs qui nous seront favorables.

Beau pays de gangsters que nous allons avoir.

En attendant, il convient de rappeler que si la requête en suspicion
légitime au pénal est rarement retenue par la Cour de Cassation, qui
exige des preuves concrètes de la volonté de nuire...



Encore heureux.
C'est à l'accusation d'apporter les preuves.

La jurisprudence de la CEDH est beaucoup plus compréhensive puisqu'elle
considère qu'il suffit qu'un magistrat ait donné, par son comportement
ou ses propos, une impression de partialité, pour que sa récusation
soit légitime.



Oui. On peut récuser un magistrat.
UN magistrat. CE magistrat là.
Pas les membres d'une association ou d'un groupe auquel il appartient.

Sinon, il va falloir récuser, en matière de divorce, tous les juges
catholiques, en matière de mutilations sexuelles, tous les juges juifs
ou musulmans, en matière de violences conjugales ou de viol, tous les
juges masculins ou féminins... ha, oui, non, merde, ça ne va pas marcher
là :-(

(snip sarkocasseries)


--
"Les réactions névrotiques et les troubles du comportement sont
modulés à travers le choix des mots et l'articulation des phrases
car toute verbalisation repose sur des conflits psychiques, des
souffrances,des complexes..." (Ch. Navis, prolixe)
XIV
Le #26242862
Kiniol

Un homme de droite par définition, place l'argent au sommet de tout.



Les hommes de gauche placent leur argent en Suisse, demandez à Cahuzac
l'ancien ministre qui combattait la fraude fiscale.
Publicité
Poster une réponse
Anonyme