Sanction contre une greffière

Le
ixion martin - GdBx
Bonjour, bonsoir,

Convoqué au tribunal trois semaines après une demande pour
juger d'une situation *urgente*, le juge renvoie l'audience un
mois plus tard parce que la greffière a perdu le dossier

Quelles sanctions peut-on demander contre cette "étourdie" ?


--
Ixion
Bordeaux premier club à remporter la coupe
de France sans jamais jouer à domicile.
A jamais les premiers.
Vos réponses Page 7 / 8
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
dmkgbt
Le #26326454
jr
Le 01/12/2014 09:26, Dominique de Corse a écrit :
> jr >
>> Dominique de Corse >>> jr >>>
>>>> Dominique de Corse >>>>> ixion martin - GdBx >>>>>
>>>>>> Après mûre réflexion, Dominique de Corse a écrit :
>>>>>>> François Guillet >>>>>>>
>>>>>>>> Dominique de Corse a formulé ce vendredi :
>>>>>>>> ...
>>>>>>>>> Sans doute quelqu'un qui n'a _jamais_ commis une seule
>>>>>>>>> erreur de toute sa vie.
>>>>>>>>
>>>>>>>> Ce n'est pas la question.
>>>>>>>> La question est celle d'assumer une erreur et donc d'en
>>>>>>>> payer les conséquences.
>>>>>>>
>>>>>>> Cherchez "Responsabilité de l'Etat du fait de ses agents"
>>>>>>> dans un traité de droit administratif.
>>>>>>>
>>>>>>> Si n'importe qui pouvait attaquer devant un tribunal de
>>>>>>> l'ordre judiciaire n'importe quel agent public, croyez vous
>>>>>>> qu'un juge oserait rendre la justice, un policier arrêter un
>>>>>>> voleur, un agent du Trésor saisir le compte bancaire d'un
>>>>>>> contribuable?
>>>>>>
>>>>>> Quand le patient d'un chirurgien décède pendant une opération
>>>>>> parce que le médecin commet une erreur, pensez-vous qu'il ne
>>>>>> sera pas poursuivi parce que l'erreur est humaine ?
>>>>>
>>>>> Un médecin n'est pas un fonctionnaire.
>>>>
>>>> Heu, ça arrive assez souvent quand même.
>>>
>>> "Les praticiens hospitaliers
>>
>>
>> Je pensais aux PUPH et autres MCUPH.
>
> Statut spécifique et uniquement pour ce qui concerne "...des fonctions
> d'enseignement pour la formation initiale et continue, des fonctions de
> recherche et des fonctions hospitalières..."
>
>
> >
> Voir article 2 : "...les personnels titulaires visés à l'article 1er
> ci-dessus, qui constituent des corps distincts des autres corps
> enseignants des universités et des praticiens hospitaliers,..." et
> article 3 précédemment cité.
>
> Autre indice : vous noterez que les ministres de tutelle sont toujours
> "(le) ministre chargé de l'enseignement supérieur et (le) ministre
> chargé de la santé" et jamais celui chargé de la fonction publique :-)

Ben évidemment. Quand j'étais aux Telecom, ma tutelle n'était pas la
fonction publique et vous pareil. Le ministère de la FP (et de la
décentralisation, ces temps-ci) est un ministèricule qui à ma
connaissance n'a qu'une seule direction générale en tutelle avec, dit la
plaquette, 154 "personnels".



Certes, mais en matière de statut, il intervient pour dire si c'est
statut de la FP ou pas.

--
Signature : ( illisible )
dmkgbt
Le #26326453
jr
Le 01/12/2014 11:31, Dominique de Corse a écrit :


>>>>>> Madame a
>>>>>> pendant ce temps porté plainte au commissariat pour
>>>>>> soustraction d'enfant et a même envoyé une lettre au
>>>>>> commissariat demandant de pourir Monsieur. Il est allé
>>>>>> s'expliquer au commissariat où les policiers l'ont laissé
>>>>>> partir en lui disant presque "bon courage" tant les accusations
>>>>>> de Madame ne tenaient pas.
>>>>>
>>>>> Hé ben voilà!
>>>>
>>>> Dans ces histoires les policiers sont toujours super-empathiques avec
>>>> celui qui se présente, tant qu'il ne porte pas plainte et ne les
>>>> dérange pas.
>>>
>>> "Madame a porté plainte"...
>>
>> Bien sûr qu'il y a des plaintes.
>
> Vous dites le contraire de ce que vous disiez juste avant.
> Ça ne vous dérange pas?

Je dis que les policiers sont empathiques tant qu'on ne parle pas de
plainte. En quoi est-ce le contraire?



Bon, alors ils n'ont pas été empathiques avec Madame mais ils ont pris
sa plainte.
En fait ils ont bien enflé Monsieur, les empathiques :-)


> Si on veut _vraiment_ porter plainte, la seule solution c'est la plainte
> avec CPC directement au doyen des juges d'instruction.

Faut d'abord arriver à déposer plainte simple et ensuite attendre 3 mois.



Ouaip.
On y arrive si on est assez déterminé ou si on a un avocat qui l'est.
La menace d'écrire directement au Procureur est parfois efficace.
Et si elle ne l'est pas, le fait d'écrire vraiment au Proc l'est.
Bon, après, il faut se fader la mauvaise humeur des mêmes flics mais
globalement ça va parce qu'ils ne sont pas responsables de
l'augmentation des statistiques.


--
Signature : ( illisible )
ixion martin - GdBx
Le #26326462
Dominique de Corse a exposé le 01/12/2014 :
ixion martin - GdBx
Dominique de Corse avait prétendu :



(coupe)

(dont la mère a tenté, soit dit en passant, de se
débarrasser au-delà du terme légale par des méthodes dites
non-conventionnelles).



C'était son droit le plus strict : l'avortement est légal
en France. Le délai "légal" c'est pour les autres (médecins
notamment) : une femme peut tout à fait pratiquer elle-même
des man½uvres abortives sur son f½tus jusqu'à la veille du
terme.



Tiens donc. Vous avez un article de loi pour ça ?



Ne retournez pas le principe à l'envers.
Le principe c'est que ce qui n'est pas interdit par une loi
est autorisé.
Il n'y a aucune loi qui interdise l'avortement et aucune
femme ne peut être condamnée pour avoir avorté, en France.


La pauvre
Courjault, si elle avait su, elle aurait dû trucider ses
mômes dans son ventre au couteau plutôt que d'attendre
qu'ils soient nés. On ne nous dit rien...



Dans son ventre, il n'y avait pas d'enfant, il y avait un
f½tus. Avorter n'est pas un meurtre, puisque le f½tus n'est
pas une personne. C'est bien pour ça que, dans les cas de
nourrisson balancé à la poubelle après expulsion, la justice
demande toujours au légiste s'il avait respiré.
Si oui, c'est un meurtre et la mère est poursuivie, si non,
c'est un avortement et la mère n'a commis aucune infraction
pénale. (il y a eu de nombreux fils de discussion à ce sujet
et je vous conseille de vous y reporter)


Madame a depuis cette époque tout fait pour nuire à
Monsieur, depuis l'accusation contre toute évidence de
maltraitance jusqu'à l'agression physique lui ayant valu
du sursis.



Répondez juste à une question : Monsieur a-t-il demandé
pendant ces 10 ans de martyre, à accueillir son enfant à
plein temps à son domicile?



Etes-vous folle ? Cela aurait signifié déclaration de guerre
et elle l'aurait empêché de revoir son fils.



Merci de votre réponse qui clôt définitivement cette
discussion pour moi.

Il a fallu trois ans
pour que le mode de "garde" (puisque ce mot n'existe plus)
classique soit entériné par un juge et pratiquement trois de
plus pour que les incessantes entorses de la mère conduisent
à un tirage d'oreille de celle-ci par le JAF.

Il ne l'a pas demandée parce qu'il savait que son fils n'en
sortirait pas gagnant.



Arguties et nuage de fumée.

Ça fait dix ans qu'il dit à la justice (et probablement à
l'enfant) que la mère est une salope indigne et une folle et
il n'a jamais demandé à élever son enfant à sa place?

Ce n'est pas son enfant qu'il aime, c'est la mère qu'il veut
punir.

Fin de la discussion.



Oui, fin de la discussion car vous êtes en réalité une personne
méprisable qui prétend savoir mieux que les gens qui vivent les
choses. Vous le démontrez par ce post surréaliste où vous savez
tout mieux que tout le monde et où vous me faites dire ce que
je n'ai pas dit.

On reconnait bien là les arguments des féministes à la con. Il
demande la garde : il ne pense pas au bien de son enfant. Il
essaie de ménager le petit en n'engageant pas un conflit
dévastateur : c'est la preuve qu'il n'aime pas son fils sinon
il aurait attaqué.

Vous avouez ailleurs que vous avez BAC+5 en droit. Je comprends
mieux. Cet air hautain et puant, ce côté donneur de leçon,
cette façon de prendre partie sans même s'intéresser au fond de
l'affaire. Pas de doute, on a bien affaire à la justice de ce
pays, celle que subissent les citoyens de bonne foi.

J'avais demandé au départ quelles étaient les sanctions
possibles contre une greffière défaillante, vous avez
finalement moins répondu que de traiter le père comme un pauvre
connard. Bravo madame, vous représentez parfaitement le
traitement des affaires familiales par nos juges.

Plonk.

--
Ixion
Bordeaux premier club à remporter la coupe
de France sans jamais jouer à domicile.
A jamais les premiers.
djeel
Le #26326463
Le 01/12/2014 08:38, ixion martin - GdBx a écrit :

S'il est inscrit à la cantine, il ne sort pas à la mi-journée. Sauf si un
parent effectivement le demande.



Tout à fait. le service et la surveillance de cantine incombent pour les
écoles publiques à la mairie qui le plus souvent adopte un règlement
semblable à celui des écoles. Dans ce cas en général, on laisse sortir
l'enfant à n'importe quel moment si un parent vient le chercher.



--
Djeel
djeel
Le #26326464
Le 01/12/2014 12:54, ixion martin - GdBx a écrit :

Oui, fin de la discussion car vous êtes en réalité une personne méprisable



Il semble que tu n'apprécies pas les réponses qui ne vont pas dans ton
sens. Relis toutes les réponses de Dominique et tu verras qu'elle essaie
(comme d'autres) de parler plutôt en droit qu'en affectif. Pourquoi veux-tu
qu'on abonde dans ton sens sans connaître l'autre son de cloche ?

J'avais demandé au départ quelles étaient les sanctions possibles contre
une greffière défaillante...



Il t'a bien pourtant été répondu : seul le tribunal administratif est
compétent, donc il faut attaquer l'Etat. Et des spécialistes t'ont dit :
"attention, c'est (presque) perdu d'avance..."
Et puis qu'est-ce qui prouve que la greffière a été "défaillante" ? Le
propos inconsidéré d'un magistrat débordé ? N'aurait-il pas pu lui-même
égarer ce dossier ?
N'y a-t-il pas un avocat qui défende les intérêts du père ?

--
Djeel
patrick.1200RTcazaux
Le #26326467
Dominique de Corse
Votre médecin bénéficie d'une assurance et d'une protecction juridique
plus ou moins fournies par son conseil de l'Ordre et dont les primes
sont déductibles de son revenu professionnel...



Et les employés du secteur privé ne sont pas responsables devant le
premier ixion martin venu, mais seulement devant leur employeur. Donc il
est impossible de rechercher leur responsablilité personnelle, mais
seulement celle de l'entreprise. Ah merde, comme pour le public alors !
Hé oui. Seul leur employeur peut éventuellement leur appliquer une
sanction. Et mixion artin de maugréer qu'il s'en doutait, tous des
salauds de planqués trouillards sauf lui.

--
Tardigradus
e^iπ=-1 c'est magnifique
ixion martin - GdBx
Le #26326543
djeel a formulé la demande :
Le 01/12/2014 12:54, ixion martin - GdBx a écrit :

Oui, fin de la discussion car vous êtes en réalité une
personne méprisable



Il semble que tu n'apprécies pas les réponses qui ne vont
pas dans ton sens. Relis toutes les réponses de Dominique
et tu verras qu'elle essaie (comme d'autres) de parler
plutôt en droit qu'en affectif. Pourquoi veux-tu qu'on
abonde dans ton sens sans connaître l'autre son de cloche ?



Cher monsieur (madame ?),

Il me semble que vous faites preuve d'un esprit partisan, genre
une solidarité fmd. La question, à la base, était de savoir si
on avait moyen de demander une sanction contre une greffière
qui avait perdu un dossier. Je vous invite, si vous avez le
temps et surtout le courage de relire l'échange.

On m'a répondu grosso modo, si j'ai bien compris, qu'il
faudrait pour cela attaquer l'Etat qui déciderait à son tour
s'Il sanctionne ou pas ladite personne, que dans tous les cas
ce serait long, sans doute coûteux, pour un résultat loin
d'être assuré et que ça ne servirait pas la cause du demandeur
qui recevrait des a priori négatifs sur son affaire.

Je ne crois pas avoir contesté ce fait, je l'ai peut-être
abusivement résumé à un "dans les faits, ils sont intouchables"
qui a été assez mal perçu. Je m'en excuse même si pour moi,
c'est ce que ça signifie. Mais pas question de ma part de
remettre en cause la véracité de ladite chose d'autant que cela
revenait peu ou prou à ce que j'imaginais.


Par contre, dire que Dame Dominique a répondu en droit plutôt
qu'en affectif, laissez-moi pouffer. Elle a pété les plombs en
parlant de famille de merde, de paranoïa ou je ne sais quoi
d'autres. Je ne vois pas trop où est le droit là-dedans.


Je lui exposé avec beaucoup de patience (pensant avoir à faire
à quelqu'un sans a priori foireux) la situation, en expliquant
tous les torts de la mère (et encore, je ne les ai pas tous
énumérés). Ça fait dix ans que le père subit cette situation et
passe son temps à essayer d'arrondir les angles auprès de son
fils pour ne pas le mettre en porte à faux, pour ne pas qu'il
soit exposé aux affaires, qu'il ne dit même pas devant lui une
seule méchanceté à propos de sa mère, qu'il fait tout pour que
son enfance soit à peu près heureuse.

Et tout ce que cette... (je n'ose dire le mot, vu qu'elle est
dans le droit, elle doit avoir une susceptibilité qui me
vaudrait un procès si je le prononçais) trouve à dire, c'est
que le père est un salopard dont le seul but est de faire chier
la mère ?

MAIS JE RÊVE ! Mais pour qui elle se prend, cette ... ? Elle
rend une conclusion définitive sans rien connaître du dossier
alors que tout ce que je lui présente va dans l'autre sens.
Qu'elle mette en doute mes dires si ça lui parait
invraisemblable, ce ne sera pas la première fois, je m'en
accomoderais, mais son jugement sur ce pauvre père qui a vu sa
vie familiale voler en éclat par cette salope et qui malgré
tout reste très digne n'a déjà rien à voir avec le droit, et
n'a rien à voir avec ce qui irait dans mon sens ou pas. C'est
très loin de lui faire honneur, et je suis gentil en disant ça.





J'avais demandé au départ quelles étaient les sanctions
possibles contre une greffière défaillante...



Il t'a bien pourtant été répondu : seul le tribunal
administratif est compétent, donc il faut attaquer l'Etat.
Et des spécialistes t'ont dit : "attention, c'est (presque)
perdu d'avance..."



J'avais bien compris et je n'ai jamais contesté le fait, me
semble-t-il...


Et puis qu'est-ce qui prouve que la greffière a été
"défaillante" ? Le propos inconsidéré d'un magistrat
débordé ? N'aurait-il pas pu lui-même égarer ce dossier ?



Si, bien sûr, et se défausser sur une subalterne. Ce ne serait
pas la première fois. Mais vu que c'est la raison qu'il a
donnée, en imaginant qu'une demande de sanction conduise à une
sorte d'enquête obligeant les deux concernés à se confronter,
on n'en aurait su un peu plus. Notez que je n'ai jamais cru que
ce soit possible.

Quoi qu'il en soit, le juge nous explique "on ne peut pas faire
l'audience, la greffière a perdu le dossier". Circulez, il n'y
a rien à voir. C'est quoi, la prochaine excuse ? Il n'y a plus
d'encre dans le stylo ?


N'y a-t-il pas un avocat qui défende les intérêts du père ?



Si, si, et j'ai l'impression qu'elle ne se débrouille pas trop
mal. C'est juste moi, qui observe ce simulacre de justice
depuis 10 ans. Et c'est juste moi qui ai pété un câble le soir
où j'ai initié le thread.

Le père espérait, dans la mesure où la mère semblait ne plus
vouloir assurer la résidence de l'enfant (mise à la porte,
mails dans ce sens) que le juge lui attribuerait la garde
(enfin, vous me comprenez, donnerait la résidence du fils chez
le père) de manière officielle. Il semblait pour une fois assez
optimiste.

Et moi, je lui avais dit de se méfier, qu'ils allaient trouver
un truc, qu'il soignait mal ses ongles incarnés ou que ça
allait obliger le fiston à abandonner le judo ou un excuse
bidon de ce genre. Comme la mère venait juste de changer
d'avis, je lui ai même dit qu'elle allait faire croire que
c'était convenu, qu'il avait toujours été prévu qu'il revienne
trois semaines après, etc.

Et quand je suis rentré chez moi le soir en question, qu'on m'a
appris que la mère était venu chercher son fils à l'école de la
ville du père pour le ramener chez elle (alors qu'il n'a
pratiquement plus d'affaires à lui là-bas), que l'audience
avait été repoussé parce que la greffière avait perdu le
dossier et que le juge avait dit "il est chez sa mère ? qu'il y
reste", ça me semblait tellement énorme que je ne voulais pas
qu'on laisse passer ça et que je suis venu me renseigner ici.


Voilà, ça fait un peu 36.15 MYLIFE, je m'en excuse, mais le
père n'y ait absolument pour rien là-dedans. C'est moi qui ai
posé la question pour savoir si une possibilité en ce sens
existait. Et j'avais juste posé une question de droit même si
je savais qu'il y aurait forcément des leçons de morale.

Alors, conspuez-moi si vous le voulez, comme l'a fait si
"subtilement" Tadugradus dans un style qui n'est pas sans
rappeler San Antonio quand il ne savait pas encore écrire, mais
merci d'éviter les jugements du père à l'emporte-pièce qui ne
le mérite VRAIMENT pas.

Merci pour lui.

--
Ixion
Bordeaux premier club à remporter la coupe
de France sans jamais jouer à domicile.
A jamais les premiers.
djeel
Le #26326578
Le 01/12/2014 22:37, ixion martin - GdBx a écrit :

... Et c'est juste moi qui ai pété un câble le soir où j'ai initié le thread.



Tout est dit.


--
Djeel
foo
Le #26326577
On 01/12/2014 22:37, ixion martin - GdBx wrote:
djeel a formulé la demande :
Le 01/12/2014 12:54, ixion martin - GdBx a écrit :

Oui, fin de la discussion car vous êtes en réalité une
personne méprisable



Il semble que tu n'apprécies pas les réponses qui ne vont
pas dans ton sens. Relis toutes les réponses de Dominique
et tu verras qu'elle essaie (comme d'autres) de parler
plutôt en droit qu'en affectif. Pourquoi veux-tu qu'on
abonde dans ton sens sans connaître l'autre son de cloche ?



Cher monsieur (madame ?),

Il me semble que vous faites preuve d'un esprit partisan, genre
une solidarité fmd. La question, à la base, était de savoir si
on avait moyen de demander une sanction contre une greffière
qui avait perdu un dossier. Je vous invite, si vous avez le
temps et surtout le courage de relire l'échange.



Tu aurais du te limiter à cela, ou à "Je souhaite demander une sanction
contre un fonctionnaire d'Etat, comment dois-je procéder ?"


On m'a répondu grosso modo, si j'ai bien compris, qu'il
faudrait pour cela attaquer l'Etat qui déciderait à son tour
s'Il sanctionne ou pas ladite personne, que dans tous les cas
ce serait long, sans doute coûteux, pour un résultat loin
d'être assuré et que ça ne servirait pas la cause du demandeur
qui recevrait des a priori négatifs sur son affaire.



Et ça s'arrêtait là.

Je ne crois pas avoir contesté ce fait, je l'ai peut-être
abusivement résumé à un "dans les faits, ils sont intouchables"
qui a été assez mal perçu. Je m'en excuse même si pour moi,



On ne s'excuse jamais, on demande à l'être ...

c'est ce que ça signifie. Mais pas question de ma part de
remettre en cause la véracité de ladite chose d'autant que cela
revenait peu ou prou à ce que j'imaginais.

Par contre, dire que Dame Dominique a répondu en droit plutôt
qu'en affectif, laissez-moi pouffer. Elle a pété les plombs en
parlant de famille de merde, de paranoïa ou je ne sais quoi
d'autres. Je ne vois pas trop où est le droit là-dedans.



Parce que que tu as raconté ton histoire et ta vie.


Je lui exposé avec beaucoup de patience (pensant avoir à faire
à quelqu'un sans a priori foireux)



:-) Quelle naïveté.
Sur Usenet en particulier et dans les forums en général *personne* n'est
sans à priori foireux. C'est à ça que sert la justice à laquelle tu es
confronté et que ce n'est pas ici que tes problèmes vont se régler.

la situation, en expliquant
tous les torts de la mère (et encore, je ne les ai pas tous
énumérés).



C'est bon, je sais que tu es le père et que tu pètes les plombs.

Ça fait dix ans que le père subit cette situation et
passe son temps à essayer d'arrondir les angles auprès de son
fils pour ne pas le mettre en porte à faux, pour ne pas qu'il
soit exposé aux affaires, qu'il ne dit même pas devant lui une
seule méchanceté à propos de sa mère, qu'il fait tout pour que
son enfance soit à peu près heureuse.



Tu devrais arrêter de raconter ta vie et entamer un psychanalyse, ça te
sera bien plus profitable. Et ton psy se tairait, lui.

Et tout ce que cette... (je n'ose dire le mot, vu qu'elle est
dans le droit,



Tu penses que quelqu'un qui *est dans le droit* fréquente sérieusement
des forums de discussions ? Ils ont des clients qui les payent, et s'ils
font du
bénévolat ce n'est pas ici !

elle doit avoir une susceptibilité qui me
vaudrait un procès si je le prononçais) trouve à dire, c'est
que le père est un salopard dont le seul but est de faire chier
la mère ?

MAIS JE RÊVE ! Mais pour qui elle se prend, cette ... ? Elle
rend une conclusion définitive sans rien connaître du dossier



De ce que tu en as dit, un seul son de cloche de papa éprouvé et remonté
comme une montre suisse.

alors que tout ce que je lui présente va dans l'autre sens.
Qu'elle mette en doute mes dires si ça lui parait
invraisemblable, ce ne sera pas la première fois, je m'en
accomoderais, mais son jugement sur ce pauvre père qui a vu sa
vie familiale voler en éclat par cette salope et qui malgré
tout reste très digne n'a déjà rien à voir avec le droit, et
n'a rien à voir avec ce qui irait dans mon sens ou pas. C'est
très loin de lui faire honneur, et je suis gentil en disant ça.



La justice, *la vraie* qui ne se rend pas dans un forum entend les deux
sons de cloche et parfois le son de cloche des enfants aussi. Je suis
sûr que ta femme en a autant à ton service que tu en as pour elle.


J'avais demandé au départ quelles étaient les sanctions
possibles contre une greffière défaillante...



Il t'a bien pourtant été répondu : seul le tribunal
administratif est compétent, donc il faut attaquer l'Etat.
Et des spécialistes t'ont dit : "attention, c'est (presque)
perdu d'avance..."



J'avais bien compris et je n'ai jamais contesté le fait, me
semble-t-il...



Cela a répondu à ta question.


Et puis qu'est-ce qui prouve que la greffière a été
"défaillante" ? Le propos inconsidéré d'un magistrat
débordé ? N'aurait-il pas pu lui-même égarer ce dossier ?



Si, bien sûr, et se défausser sur une subalterne. Ce ne serait
pas la première fois. Mais vu que c'est la raison qu'il a
donnée, en imaginant qu'une demande de sanction conduise à une
sorte d'enquête obligeant les deux concernés à se confronter,
on n'en aurait su un peu plus. Notez que je n'ai jamais cru que
ce soit possible.

Quoi qu'il en soit, le juge nous explique "on ne peut pas faire
l'audience, la greffière a perdu le dossier". Circulez, il n'y
a rien à voir. C'est quoi, la prochaine excuse ? Il n'y a plus
d'encre dans le stylo ?



"Le fax n'avait plus d'encre, nous n'avons pas reçu le maintien en
détention, le prévenu a été libéré.", je parle à d'un *meurtrier* présumé :
http://apercu.petitlien.com/7oep
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/liberation-d-un-meutrier-presume-a-cause-d-un-fax-taubira-annonce-une-enquete_1321427.html


N'y a-t-il pas un avocat qui défende les intérêts du père ?



Si, si, et j'ai l'impression qu'elle ne se débrouille pas trop
mal. C'est juste moi, qui observe ce simulacre de justice
depuis 10 ans. Et c'est juste moi qui ai pété un câble le soir
où j'ai initié le thread.

Le père espérait, dans la mesure où la mère semblait ne plus
vouloir assurer la résidence de l'enfant (mise à la porte,
mails dans ce sens) que le juge lui attribuerait la garde
(enfin, vous me comprenez, donnerait la résidence du fils chez
le père) de manière officielle. Il semblait pour une fois assez
optimiste.

Et moi, je lui avais dit de se méfier, qu'ils allaient trouver
un truc, qu'il soignait mal ses ongles incarnés ou que ça
allait obliger le fiston à abandonner le judo ou un excuse
bidon de ce genre. Comme la mère venait juste de changer
d'avis, je lui ai même dit qu'elle allait faire croire que
c'était convenu, qu'il avait toujours été prévu qu'il revienne
trois semaines après, etc.



Tu devrais arrêter de raconter ta vie ou remplacer "le père" par "j'ai,
moi, je" car tu deviens schizophrène.


Et quand je suis rentré chez moi le soir en question, qu'on m'a
appris que la mère était venu chercher son fils à l'école de la
ville du père pour le ramener chez elle (alors qu'il n'a
pratiquement plus d'affaires à lui là-bas), que l'audience
avait été repoussé parce que la greffière avait perdu le
dossier et que le juge avait dit "il est chez sa mère ? qu'il y
reste", ça me semblait tellement énorme que je ne voulais pas
qu'on laisse passer ça et que je suis venu me renseigner ici.


Voilà, ça fait un peu 36.15 MYLIFE,



Vu de l'extérieur ce n'est pas un peu, c'est très très beaucoup.

je m'en excuse,



On se s'excuse jamais, on demande à l'être.

mais le père n'y ait absolument pour rien là-dedans. C'est moi qui



Un seul son de cloche, voire deux puisque tu n'es pas le père! Le père
plus ton son de cloche contre la femme. A deux on se sent plus forts.
J'ai l'impression que tu fais des réunions avec lui pour le remonter,
l'encourager, le coacher ...

La justice française ne te demande pas ton avis, à moins que tu sois
témoin de moralité. Et le père il est au courant de ta démarche ici, que
tu exposes publiquement sa vie, tu lui en a parlé ?


ai posé la question pour savoir si une possibilité en ce sens
existait. Et j'avais juste posé une question de droit même si je
savais qu'il y aurait forcément des leçons de morale.



Je ne ta fais pas la morale. Tu donnes ton point de vue sur un problème
de ta vie mais la justice entend aussi le point de vue de ta femme et de
son avocat. Alors soit tu ne dis pas tout à la justice et a ton avocat,
soit toi et ton avocat êtes des bras cassées, soit ta femme a des
arguments que tu ne nous dis pas, soit ta femme et son avocat ne sont
pas des bras cassés. La justice est souvent symbolisée par une balance.
Parfois elle penche de ton côté et parfois du côté de ta femme mais
toujours un des deux se sentira lésé. Personne ici ne connait le dossier
de ton affaire en dehors de ce que tu nous en dit et ici ce n'est pas un
tribunal.


Alors, conspuez-moi si vous le voulez, comme l'a fait si



Je ne te conspue pas, je te mets en garde. Calme toi. Si tu arrives dans
cet état aux audiences tu passes pour le taré de service et tu rends
service à ta femme.
Le monde n'est pas contre toi ni la justice, tu es en justice contre ta
femme, pas contre la terre entière et pas contre le justice et ses carences.

"subtilement" Tadugradus dans un style qui n'est pas sans
rappeler San Antonio quand il ne savait pas encore écrire, mais
merci d'éviter les jugements du père à l'emporte-pièce qui ne
le mérite VRAIMENT pas.

Merci pour lui.



Si tu veux que j'évite de te juger arrête de raconter une histoire qui
implique trois personnes et ou tu me demandes de te croire sur parole
sans avoir entendu les points de vue de ta femme et de ton enfant.
dmkgbt
Le #26326586
Tardigradus
Dominique de Corse
> Votre médecin bénéficie d'une assurance et d'une protecction juridique
> plus ou moins fournies par son conseil de l'Ordre et dont les primes
> sont déductibles de son revenu professionnel...

Et les employés du secteur privé ne sont pas responsables devant le
premier ixion martin venu, mais seulement devant leur employeur. Donc il
est impossible de rechercher leur responsablilité personnelle, mais
seulement celle de l'entreprise. Ah merde, comme pour le public alors !
Hé oui. Seul leur employeur peut éventuellement leur appliquer une
sanction.



Je plussoie.

Et mixion artin de maugréer qu'il s'en doutait, tous des
salauds de planqués trouillards sauf lui.



C'est pas bien de modifier un pseudo pour ridiculiser le porteur :-)

--
Signature : ( illisible )
Publicité
Poster une réponse
Anonyme