Les fondamentaux... (:-o)

Le
Jacques DASSIÉ
Bonjour à tous,

Un peu las de ces discussions interminables, pseudo-philosophiques et
profondément stériles, je reviens à l'un des fondamentaux de ce forum,
la macro.

Un pauv petit papazion, plaqué sur un volet par un fort vent,se
cramponne désespérément aux écailles de peinture d'un vieux volet

Questo è tutto !

http://archaero.com/Tampon/Vulcain-TZ101.jpg

NB Pour les puristes : Nymphalidae, Vanessa atlanta, dit "Vulcain".

--
Jacques DASSIÉ
Toujours sçavoir plus
http://archaero.com/
Vos réponses Page 8 / 16
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Stephane Legras-Decussy
Le #26413337
Le 19/10/2016 23:51, Markorki a écrit :
tsssss , je te sens jaloux, là ;-)

oulà pas du tout puisque l'accumulation ne demande
aucun talent, c'est le truc le plus brainless du monde.
j'aime bien le côté touche à tout de Dassié, mais le côté
accumulation ça gache un peu tout. C'est comme ses 2000 et quelques
"découvertes archeologiques"... c'est juste débile ce chiffre, et ça
ruine les 3 ou 4 trucs importants qu'il a découvert.
c'est aussi con que les Mormons qui font la généalogie de la Terre
entière... :-) fourmi brainless.
Jacques DASSIÉ
Le #26413340
René a présenté l'énoncé suivant :
Le mardi 18 octobre 2016 17:18:29 UTC-4, GhostRaider a écrit :
Le 18/10/2016 à 23:05, René a écrit :
Le lundi 17 octobre 2016 15:00:47 UTC-4, GhostRaider a écrit :
Le 17/10/2016 à 14:46, Charles Vassallo a écrit :
GhostRaider a écrit :
Mais parfois, le soleil est avec moi.
Sans flash :
http://www.cjoint.com/doc/16_10/FJrhIZV2uo7_D7000-07923-004.jpg
Pieris napi - Piéride du navet

et tout revit...

Et oui... Comment faire venir le soleil au bon moment, au bon
endroit, en même temps que la bestiole rare et fugitive que je
traque sans répit depuis des jours et dont la photo assurerait ma
célébrité ? J'ai essayé de prier Amon-Rê, ça marche moyen.
La vie est pleine de renoncements, éternel combat entre le
souhaitable et le possible.
Tiens, encore de la philosophie de comptoir, JD va me tomber
dessus.

Il existe pourtant plusieurs façons de modifier l'éclairage macro.
Comme le système Nikon R1, ou l'extension Manfrotto 330B Macro
Flash Bracket (pas chère et pas facile à manipuler)

Oui, tous ces systèmes circulaires ou approchants sont destinés à ne
justement pas faire d'ombres.
http://www.adorama.com/searchsite/default.aspx?SearchInfo=macro+flash&Page=1
Le plus simple avec ton pot de yogourt serait de masquer à un
certain degré la moitié de ton réflecteur. La lumière sera inégale
entre la gauche et la droite. René

Ça, c'est pas idiot, je vais voir à voir à tâcher moyen...

Avec un montage à 2 têtes il suffit de régler les 2 flashes sur des
puissances différentes. Avec les circulaires il est (ou peut être)
possible de monter un cache rotatif.

Oui, pourquoi s'obstiner à faire simple quand on peut faire compliqué ?
Mon flash circulaire macro Sigma est composé de deux flashs en
demi-cercle. il sont bien sûr totalement et indépendamment dosables en
énergie.
--
Jacques DASSIÉ
Toujours sçavoir plus
http://archaero.com/
Jacques DASSIÉ
Le #26413339
René a émis l'idée suivante :
Le mardi 18 octobre 2016 17:18:29 UTC-4, GhostRaider a écrit :
Le 18/10/2016 à 23:05, René a écrit :
Le lundi 17 octobre 2016 15:00:47 UTC-4, GhostRaider a écrit :
Le 17/10/2016 à 14:46, Charles Vassallo a écrit :
GhostRaider a écrit :
Mais parfois, le soleil est avec moi.
Sans flash :
http://www.cjoint.com/doc/16_10/FJrhIZV2uo7_D7000-07923-004.jpg
Pieris napi - Piéride du navet

et tout revit...

Et oui... Comment faire venir le soleil au bon moment, au bon
endroit, en même temps que la bestiole rare et fugitive que je
traque sans répit depuis des jours et dont la photo assurerait ma
célébrité ? J'ai essayé de prier Amon-Rê, ça marche moyen.
La vie est pleine de renoncements, éternel combat entre le
souhaitable et le possible.
Tiens, encore de la philosophie de comptoir, JD va me tomber
dessus.

Il existe pourtant plusieurs façons de modifier l'éclairage macro.
Comme le système Nikon R1, ou l'extension Manfrotto 330B Macro
Flash Bracket (pas chère et pas facile à manipuler)

Oui, tous ces systèmes circulaires ou approchants sont destinés à ne
justement pas faire d'ombres.
http://www.adorama.com/searchsite/default.aspx?SearchInfo=macro+flash&Page=1
Le plus simple avec ton pot de yogourt serait de masquer à un
certain degré la moitié de ton réflecteur. La lumière sera inégale
entre la gauche et la droite. René

Ça, c'est pas idiot, je vais voir à voir à tâcher moyen...

Avec un montage à 2 têtes il suffit de régler les 2 flashes sur des
puissances différentes. Avec les circulaires il est (ou peut être)
possible de monter un cache rotatif.

Oui, pourquoi s'obstiner à faire simple quand on peut faire compliqué ?
Mon flash circulaire macro Sigma est composé de deux flashs en
demi-cercle. Ils sont bien sûr totalement et indépendamment dosables en
énergie.
--
Jacques DASSIÉ
Toujours sçavoir plus
http://archaero.com/
Jacques DASSIÉ
Le #26413341
Markorki avait énoncé :
GhostRaider a écrit :
Le 18/10/2016 à 23:05, René a écrit :

Il existe pourtant plusieurs façons de modifier l'éclairage macro.
Comme le système Nikon R1, ou l'extension Manfrotto 330B Macro
Flash Bracket (pas chère et pas facile à manipuler)

Oui, tous ces systèmes circulaires ou approchants sont destinés à
ne justement pas faire d'ombres.

... ce qui est affreux, un sujet suffisamment éclairé mais de façon
uniforme n'a rien de naturel. Heureusement, beaucoup de ces systèmes
sont basés sur 4 ou plus sources réparties sur le tour de l'objectif,
sources commutables séparément ou masquables/dosables par volets, ce
qui permet d'introduire une dissymétrie dans l'éclairage et donc de
récupéréer une ombre diffuse.
Enn ce qui me concerne, j'ai en permanence un flash (couplé sans fil)
sur le même macroèstand que mon K50, et pour les forts grossissement,
qui exigent à la fois un fort tirage (bagues ou doubleur à rampe) et
un diaphragme fermé (j'attends toujours de voir les effets de la
diffraction à 22 et plus, alors que je vois bien leur apport en PDC),
mettre le flash hors champ mais très près de la cible fait de ce
flash une source non-ponctuelle, donc produit une ombre diffuse sans
besoin de Picard, la surface de la source lumineuse proche étant des
dizaines de fois plus importante que celle de la cible.

On sent l'expérimentateur averti !
Bien d'accord avec toi.
--
Jacques DASSIÉ
Toujours sçavoir plus
http://archaero.com/
GhostRaider
Le #26413349
Le 20/10/2016 à 01:42, Stephane Legras-Decussy a écrit :
Le 19/10/2016 14:25, GhostRaider a écrit :
Dans cet article, l'auteur écrit qu'en macro, on n'utilise que très
rarement l'autofocus, mais qu'on met au point en se déplaçant.
Je suis absolument mort de rire.
C'est avec un principe idiot comme ça qu'on a 99% de déchets.

il n'y a pas d'AF... mais il a réussi
sa mouche.

Il y en a deux.
Une sur une fleur, en éclairage frontal droite, correcte, une sur un
bout de bois, en éclairage non diffusé flash frontal droite aussi, pas
terrible. Les deux sont à G 2 peut-être, mais peuvent avoir été
recadrées car la profondeur de champ paraît un peu grande.
Et un collembole, totalement raté à G 5.
C'est peu pour montrer ce que peut faire cet objectif.
par contre il ne dit pas comment... probablement rafale, tu en auras
une de bonne, le temps que le tac-tac-tac-tac fasse fuir la bête.

Ou bien les mouches étaient immobilisées par du froid, ou mortes.
Enfin, bref, il reconnait qu'il est surtout arrivé à 99% de déchets.
Ses exemples ne montrent d'ailleurs pas ce qui fait l'intérêt du MPE 65
: les grandissements très au delà de 1.
c'est bien simple, vu la qualité de ce que présentent les
passionnés d'insectes sur le net, on peut déja poubelliser toutes celles
avec éclairage frontal.

Tu poubellises ça, toi ?
http://www.cjoint.com/doc/16_10/FJtlqZVWu07_D7000-05471-001.JPG
T'as pas peur.
GhostRaider
Le #26413351
Le 20/10/2016 à 01:56, Stephane Legras-Decussy a écrit :
Le 19/10/2016 23:51, Markorki a écrit :
tsssss , je te sens jaloux, là ;-)

oulà pas du tout puisque l'accumulation ne demande
aucun talent, c'est le truc le plus brainless du monde.
j'aime bien le côté touche à tout de Dassié, mais le côté
accumulation ça gache un peu tout. C'est comme ses 2000 et quelques
"découvertes archeologiques"... c'est juste débile ce chiffre, et ça
ruine les 3 ou 4 trucs importants qu'il a découvert.

Mais pas du tout.
C'est la base de la méthode scientifique : on accumule de très
nombreuses observations, on les classe, on les ordonne et on en tire des
propositions de lois qu'on soumet à l'expérience, que ce soit des
insectes ou des ruines.
Il faut justement avoir un gros cerveau pour déceler des lois là où les
petits cerveaux ne voient que du désordre.
Tiens, un exemple : les variations du prix du pain ont permis à
Leroy-Ladurie de vérifier/déterminer le temps (les intempéries) dans le
passé.
Météorologie historique : une nouvelle branche de la science.
c'est aussi con que les Mormons qui font la généalogie de la Terre
entière... :-) fourmi brainless.

On ne mélange pas la science et la religion.
GhostRaider
Le #26413357
Le 19/10/2016 à 23:50, Markorki a écrit :
GhostRaider a écrit :
Le 18/10/2016 à 23:05, René a écrit :

Il existe pourtant plusieurs façons de modifier l'éclairage macro.
Comme le système Nikon R1, ou l'extension Manfrotto 330B Macro Flash
Bracket (pas chère et pas facile à manipuler)

Oui, tous ces systèmes circulaires ou approchants sont destinés à ne
justement pas faire d'ombres.

... ce qui est affreux, un sujet suffisamment éclairé mais de façon
uniforme n'a rien de naturel. Heureusement, beaucoup de ces systèmes
sont basés sur 4 ou plus sources réparties sur le tour de l'objectif,
sources commutables séparément ou masquables/dosables par volets, ce qui
permet d'introduire une dissymétrie dans l'éclairage et donc de
récupéréer une ombre diffuse.
Enn ce qui me concerne, j'ai en permanence un flash (couplé sans fil)
sur le même macroèstand que mon K50, et pour les forts grossissement,
qui exigent à la fois un fort tirage (bagues ou doubleur à rampe) et un
diaphragme fermé (j'attends toujours de voir les effets de la
diffraction à 22 et plus, alors que je vois bien leur apport en PDC),
mettre le flash hors champ mais très près de la cible fait de ce flash
une source non-ponctuelle, donc produit une ombre diffuse sans besoin de
Picard, la surface de la source lumineuse proche étant des dizaines de
fois plus importante que celle de la cible.

J'aimerais voir des exemples, parce que si, en effet, la tête du flash
peut être considérée comme non ponctuelle vis-à-vis de la taille du
sujet et de sa faible distance à celui-ci, cela devrait avoir plusieurs
conséquences :
- fort éclairage dudit sujet, nécessitant de fermer le diaphragme, ou de
diminuer la puissance du flash,
- sous-exposition de l'arrière-plan du fait de la baisse d'éclairage en
fonction de la différence des carrés des distances au flash, mais ça,
c'est corrigible aussi,
- frayeur du sujet qui va se mettre à l'abri
- forte chaleur dégagée par le flash sur le malheureux sujet.
J'ai pris des photos de fourmis avec cette technique et au bout de
quelques photos, les fourmis étaient cramées !
GhostRaider
Le #26413370
Le 20/10/2016 à 00:20, Markorki a écrit :
GhostRaider a écrit :
Le MPE 65 ne possède pas d'autofocus, il n'est donc absolument pas
adapté à la macro de sujets vivants, sauf si ça grouille
tellement qu'il y en aura un ou deux nets dans le tas, fourmis et
pucerons pas exemple.

+1
Ce truc est sans doute très bien sur le végétal... les jours sans vent,
ou sous tente à lumière en guise de coupe-vent.
Pour la MAP, quand on est sur un fort grandissement, on peut juste
changer légèrement l'angle d'une articulation, on joue sous le mm
(perso, je tiens l'objectif à la main, appuyé par ex sur le gras de la
paume ( en fait sur la frontière poignet/paume), et je "roule" un peu
l'avant-bras, ce qui monte ou descend **très_peu** l'objectif que je
tiens par l'avant.
Avec une bestiole, il faut tomber sur une qui cabotine sans bouger...

Ça arrive. Les saltiques en particulier aiment bien jouer les vedettes.
http://www.cjoint.com/doc/16_10/FJui3IWZlH7_D7000-17968-DxO-Rot-FS-002.jpg
Personnellement, je ne parviens que très rarement à faire des photos
nettes sans AF.
Il faudrait que j'arrête de boire du rhum avec mon valium.
Je ne le fais que quand je veux me re-persuader qu'hors l'autofocus, il
n'y a pas de salut.
Pour les forts grandissements, supérieurs à 1, avec deux bonnettes,
j'utilise un monopode dont le pied est coincé dans ma ceinture, ce qui
assure mobilité de l'ensemble, et fixité au moment de la prise. Le
tripode est totalement inutilisable en chasse, sauf rares exception
(insectes occupés à baiser).
Mais ça fait déjà tout un montage, alors y rajouter un ou deux flashes
déportés, c'est hors de question, le nombre de sujets approchables et
prenables tendrait alors vers zéro.
Or, comme chacun sait, je supplée le manque flagrant de qualité par la
quantité...
Nul
Le #26413369
Le jeudi 20 octobre 2016 09:38:51 UTC+2, GhostRaider a écrit :
Le 19/10/2016 à 23:50, Markorki a écrit :
GhostRaider a écrit :
Le 18/10/2016 à 23:05, René a écrit :

Il existe pourtant plusieurs façons de modifier l'éclairage macro.
Comme le système Nikon R1, ou l'extension Manfrotto 330B Macro F lash
Bracket (pas chère et pas facile à manipuler)

Oui, tous ces systèmes circulaires ou approchants sont destinà ©s à ne
justement pas faire d'ombres.

... ce qui est affreux, un sujet suffisamment éclairé mais de façon
uniforme n'a rien de naturel. Heureusement, beaucoup de ces systèm es
sont basés sur 4 ou plus sources réparties sur le tour de l'o bjectif,
sources commutables séparément ou masquables/dosables par vol ets, ce qui
permet d'introduire une dissymétrie dans l'éclairage et donc de
récupéréer une ombre diffuse.
Enn ce qui me concerne, j'ai en permanence un flash (couplé sans f il)
sur le même macroèstand que mon K50, et pour les forts grossi ssement,
qui exigent à la fois un fort tirage (bagues ou doubleur à ra mpe) et un
diaphragme fermé (j'attends toujours de voir les effets de la
diffraction à 22 et plus, alors que je vois bien leur apport en PD C),
mettre le flash hors champ mais très près de la cible fait de ce flash
une source non-ponctuelle, donc produit une ombre diffuse sans besoin d e
Picard, la surface de la source lumineuse proche étant des dizaine s de
fois plus importante que celle de la cible.

J'aimerais voir des exemples, parce que si, en effet, la tête du fla sh
peut être considérée comme non ponctuelle vis-à-vis d e la taille du
sujet et de sa faible distance à celui-ci, cela devrait avoir plusie urs
conséquences :
- fort éclairage dudit sujet, nécessitant de fermer le diaphrag me, ou de
diminuer la puissance du flash,
- sous-exposition de l'arrière-plan du fait de la baisse d'écla irage en
fonction de la différence des carrés des distances au flash, ma is ça,
c'est corrigible aussi,
- frayeur du sujet qui va se mettre à l'abri
- forte chaleur dégagée par le flash sur le malheureux sujet.
J'ai pris des photos de fourmis avec cette technique et au bout de
quelques photos, les fourmis étaient cramées !

heu, AHMA, tu omets une petite chose, un bon flash, qu'il soit annulaire ou autre, dispose d'un dispositif de mesure et règle la puissance de l' éclaire en fonction de cette mesure.
GhostRaider
Le #26413373
Le 20/10/2016 à 11:01, Nul a écrit :
Le jeudi 20 octobre 2016 09:38:51 UTC+2, GhostRaider a écrit :
Le 19/10/2016 à 23:50, Markorki a écrit :
Enn ce qui me concerne, j'ai en permanence un flash (couplé sans fil)
sur le même macroèstand que mon K50, et pour les forts grossissement,
qui exigent à la fois un fort tirage (bagues ou doubleur à rampe) et un
diaphragme fermé (j'attends toujours de voir les effets de la
diffraction à 22 et plus, alors que je vois bien leur apport en PDC),
mettre le flash hors champ mais très près de la cible fait de ce flash
une source non-ponctuelle, donc produit une ombre diffuse sans besoin de
Picard, la surface de la source lumineuse proche étant des dizaines de
fois plus importante que celle de la cible.

J'aimerais voir des exemples, parce que si, en effet, la tête du flash
peut être considérée comme non ponctuelle vis-à-vis de la taille du
sujet et de sa faible distance à celui-ci, cela devrait avoir plusieurs
conséquences :
- fort éclairage dudit sujet, nécessitant de fermer le diaphragme, ou de
diminuer la puissance du flash,
- sous-exposition de l'arrière-plan du fait de la baisse d'éclairage en
fonction de la différence des carrés des distances au flash, mais ça,
c'est corrigible aussi,
- frayeur du sujet qui va se mettre à l'abri
- forte chaleur dégagée par le flash sur le malheureux sujet.
J'ai pris des photos de fourmis avec cette technique et au bout de
quelques photos, les fourmis étaient cramées !

heu, AHMA, tu omets une petite chose, un bon flash, qu'il soit annulaire ou autre, dispose d'un dispositif de mesure et règle la puissance de l'éclaire en fonction de cette mesure.

C'est vrai, mais j'ai remarqué aussi qu'à très courte distance, ça ne
marche pas bien, sauf sans doute pour les flashes annulaires prévus pour
les courtes distances.
Soit que le système soit trop lent à la détente, soit plutôt que la
durée de l'éclair ne puisse plus être réduite.
Car ce n'est pas la puissance de flash qui est réduite, mais la durée de
l'éclair et cette durée a une limite basse.
Ceci dit, il est facile de réduire la puissance avec des diffuseurs
Picard Surgelés superposés.
Publicité
Poster une réponse
Anonyme