In situ Veritas

Le
albert
Bonjour,

Pour une prochaine exposition intitulée IN SITU VERITAS, quelques images
comme celle-ci :
https://cjoint.com/c/HFciBQ448ol
Au début je pensais intituler l'expo : "On y voit Rien", mais c'était quand
même voler le titre du livre de Daniel Arasse, et il s'agit ici
spécifiquement du pouvoir de la photographie.

Amitiés,
albert
-
Photographies imaginaires
http://photo.imaginaire.free.fr
-
  • Partager ce contenu :
Vos réponses Page 1 / 8
Trier par : date / pertinence
Alf92
Le #26476960
albert :
https://cjoint.com/c/HFciBQ448ol

j'adore quand c'est ambigu : morte ou en train de se gratter le dos ?
superbe photo
benoit
Le #26476967
Alf92
albert :
https://cjoint.com/c/HFciBQ448ol

j'adore quand c'est ambigu : morte ou en train de se gratter le dos ?
superbe photo

D'accord ta vision du sujet, mais l'ombre, l'ombre... Qui c'est, comment
il, ou elle, est sapé, se gratte la tête ou prend une photo ?
On aurait plusieurs personnes regardant, là plus de problème
d'éclairage. Et, pour le coup, la bête est morte.
--
Pense à l'étiquette qu'une fois les vendanges faites.
Alf92
Le #26476968
Benoit :
Alf92
albert :
https://cjoint.com/c/HFciBQ448ol

j'adore quand c'est ambigu : morte ou en train de se gratter le dos ?
superbe photo

D'accord ta vision du sujet, mais l'ombre, l'ombre... Qui c'est, comment
il, ou elle, est sapé, se gratte la tête ou prend une photo ?

aucune ammbiguité la dessus : elle prend la photo.
l'ombre est parfaitemment assumée, pas génante pour moi, au contraire.
On aurait plusieurs personnes regardant, là plus de problème
d'éclairage. Et, pour le coup, la bête est morte.
René
Le #26477004
Le samedi 2 juin 2018 06:15:14 UTC-4, Alf92 a écrit :
Benoit :
Alf92
albert :
https://cjoint.com/c/HFciBQ448ol

j'adore quand c'est ambigu : morte ou en train de se gratter le dos ?
superbe photo

D'accord ta vision du sujet, mais l'ombre, l'ombre... Qui c'est, commen t
il, ou elle, est sapé, se gratte la tête ou prend une photo ?

aucune ammbiguité la dessus : elle prend la photo.
l'ombre est parfaitemment assumée, pas génante pour moi, au con traire.
On aurait plusieurs personnes regardant, là plus de problème
d'éclairage. Et, pour le coup, la bête est morte.


+1 sauf que la vache morte les 4 fers en l'air? Non elle prends la pose!
René
albert
Le #26477012
"René" +1 sauf que la vache morte les 4 fers en l'air? Non elle prends la pose!
René
Bonjour René,
Elle prend la pose ! Oui, c'est exactement le cas. Sauf qu'elle est bien
crevée. Sur la photo (en petit format) on ne le voit pas mais elle était
couverte de mouches. Elle puait horriblement. Je n'avais qu'une peur c'est
qu'elle m'explose à la figure. Avec un sujet pareil, je me suis attardé à
faire plusieurs photographies par assemblage, avec des points de vue
différents. Voici le premier point de vue :
https://cjoint.com/c/HFcpn36K2dl
Je n'ai pas touché à l'ombre par la suite, je la trouvais intéressante,
façon torero photographiant avec un chapeau. Par contre j'ai reconstruit la
vache à partir de trois points de vue différents. Du premier point de vue
que je poste, je n'ai gardé que le milieu. J'aime beaucoup cette ambiguïté
indiscernable que délivre la photographie, s'imposant toujours et avant tout
comme preuve de la réalité. On accepte cette preuve de façon immédiate, et
si par ailleurs l'invraisemblable se produit dans l'image, alors qu'il
devrait nous sauter aux yeux, notre cerveau l'ignore tout aussi facilement.
C'est un peu le but de l'exposition, montrer cela, en même temps sans le
montrer puisque pour la plupart des photographies je suis persuadé que
personne ne verra rien. Pour ce qui concerne le titre de l'expo : In situ
Veritas, c'est venu ainsi : On m'a invité à la mairie de Salins-les-Bains,
où j'habite à nouveau. J'étais enchanté de montrer des images réalisées il y
une dizaine d'années sur les lieux. Par contre dans les salles, le contexte
est contraignant. Il y a du mobilier ancien, des statues, etc... Tout doit
rester. Plutôt que de me lamenter, je me suis dit très bien, je vais
intégrer ces objets dans l'expo, faire leurs portraits et les confronter in
situ à la réalité en les accrochant aux murs à coté d'eux. Bien sûr après
quelques aménagements discrets, comme pour la vache. Je compte sur le fait
que Veritas s'installe et s'impose derechef dans mes images, plus que dans
la réalité qui, on le sait demeure indécise et mouvante. On y verra que du
feu, pourtant je pense que l'inconscient agira en force pour faire accepter
cette preuve du réel incontournable, contenue dans la photographie. Même si
elle est complètement cinglée.
Je posterai des photos de ces installations in situ, quand j'aurais monté le
truc. Le vernissage est le 7 juillet, au cas où, si vous vous baladez dans
le coin. C'est une région magnifique. J'espère que cette année la pyrale du
buis ne fera pas trop de dégats.
Amitiés,
albert
----------------------------------------------------------
Photographies imaginaires
http://photo.imaginaire.free.fr
----------------------------------------------------------
benoit
Le #26477036
albert
"René" +1 sauf que la vache morte les 4 fers en l'air? Non elle prends la pose!
René
Bonjour René,
Elle prend la pose ! Oui, c'est exactement le cas. Sauf qu'elle est bien
crevée. Sur la photo (en petit format) on ne le voit pas mais elle était
couverte de mouches. Elle puait horriblement. Je n'avais qu'une peur c'est
qu'elle m'explose à la figure. Avec un sujet pareil, je me suis attardé à
faire plusieurs photographies par assemblage, avec des points de vue
différents. Voici le premier point de vue :
https://cjoint.com/c/HFcpn36K2dl

Je vais être franc avec toi :
- Je rêve depuis longtemps d'un tel sujet pour continuer ma série
- Pouvoir la laisser se décomposée et venir toutes les semaines la
photographier sur fond blanc. Telle la musaraigne ou le corbeau, mais
pour le coup avec quelques mètres de nappe en plastique blanc ;
- Utiliser le principe du panoramique pour avoir une image suffisament
grande qu'elle permette des tirages taille réelle, suffisament propres
pour être regardables d'assez près ; pour justement pouvoir voir les
mouches et autres insectes qui viennent à des dates différentes dans la
décomposition. Bref montrer aussi la vie qui en profite, comme nous avec
un bon tournedos ;
En plus, sa position sur le dos fait que tu peux la photographier
« debout » sans avoir besoin d'un gros escabeau. Panoramiques
hebdomadaires (à la bonne heure pour ton ombre) avec un 70mm en étant
sur le talus à gauche et ça roule (pour moi). Dans un tel cas, je pars
avec plusieurs mètres de nappe en plastique blanc et l'ordinateur pour
créer le panoramique in situ et m'assurer du résultat.
Concernant l'explosion, tu tires une 22, ou du 12 (d'assez loin pour ne
pas faire un gros trou bien visible mais plusieurs petits). Mieux vaut
prévenir que guérir. Sinon, en passant une heure par semaine sur le
sujet tu n'as, après tout, que 0,6% de chance d'être là au mauvais
moment.
Je n'ai pas touché à l'ombre par la suite, je la trouvais intéressante,
façon torero photographiant avec un chapeau.

Je dirais plutôt soldat au salut.
[...]J'aime beaucoup cette ambiguïté indiscernable que délivre la
photographie, s'imposant toujours et avant tout comme preuve de la
réalité. [...]

Pas du tout d'accord. Peut-être preuve, la tienne, que tu partages ; ta
veritas. Sinon c'est une interprétation de la réalité si tout le monde
ne voit pas la même chose, comme dans la vie courante.
C'est un peu le but de l'exposition, montrer cela, en même temps sans le
montrer puisque pour la plupart des photographies je suis persuadé que
personne ne verra rien. [...]

Si personne ne voit rien, tu penses réellement qu'elle est réussie ? Pas
moi. Si je ne vois rien (bleu de Klein) cela ne m'intérèsse pas du tout,
jolis couleurs, cadrage, éclairage... jolie carte postale (sauf Klein).
Si c'est du second, troisième... degré pourquoi pas, mais alors là tu
tombes dans l'intello pur sucre puisque, in fine, tu ne montres rien (cf
ma façon de traiter ce sujet). Il reste tout de même une question qui
peut nous tarabuster : quelle est la différence entre le sommeil et la
mort ? ;)
Je compte sur le fait que Veritas s'installe et s'impose derechef dans mes
images, plus que dans la réalité qui, on le sait demeure indécise et
mouvante. On y verra que du feu, pourtant je pense que l'inconscient agira
en force pour faire accepter cette preuve du réel incontournable, contenue
dans la photographie. Même si elle est complètement cinglée.

Désolé, je ne comprends pas. Tu vas trop vite. Et c'est quoi ce Veritas
(veritatis, veritatem...) ?
Je posterai des photos de ces installations in situ, quand j'aurais monté le
truc.

Cela fera plaisir à voir, mais, s'il te plaît, poste un lien direct vers
l'image et elle seule, pas vers une page sur laquelle tout le monde doit
cliquer pour la voir. Tu fais un clic et tout le monde en profite, si tu
ne le fais pas tout le monde vois ta photo entourée de trucs qui
clignotent. C'est le cadre de ton image qui t'importe le plus ?
Fais le test et juge par toi-même, j'espère te faire découvrir une
vérité que tu ignorais.
Et Toc ! ©

--
Pense à l'étiquette qu'une fois les vendanges faites.
Alf92
Le #26477039
Benoit :
- Je rêve depuis longtemps d'un tel sujet pour continuer ma série
- Pouvoir la laisser se décomposée et venir toutes les semaines la
photographier sur fond blanc. Telle la musaraigne ou le corbeau, mais
pour le coup avec quelques mètres de nappe en plastique blanc ;

notre ânesse en Charente est morte il y a un mois à l'age de 40ans.
ne la voyant plus on l'a cherché. on l'a retrouvé dans un coin à...
l'odeur. ça faisait visiblement plus d'une semaine.
quand on a cherché à la déplacer pour la mettre à dispo du camion de
l'équarrisseur, bin c'était plus possible : ça partait en morceaux.
du coup, ça s'est fini à pelle + brouette et trou dans la fôret :-(
elle, il y a 13 ans avec son ânon ::
http://frpn.free.fr/0pb-x20/PICT1054.JPG
pourquoi cette passion pour les bestiaux crevés ?
albert
Le #26477046
Bonsoir Benoit,
"Benoit" l'on s'aperçoit que si nous n'avons pas les même enjeux des correspondances
peuvent s'établir sur le sujet et éclairer d'un jour différent nos propres
personnalités. Donc, merci Benoit, c'est sympa.
J'aime particulièrement le coup de 22 ou de 12 pour prévenir. Il se
trouve que je les possède toutes deux, je vais y réfléchir, si une autre
occasion se présente. J'avoue ici, pour moi c'était seulement l'occasion qui
faisait le larron.
J'aime aussi ton entreprise déterminée d'analyse de cette forme de vie
nouvelle qui occupe la mort. J'ai pratiqué sur plusieurs années le suivi de
la pourriture engendrant une nouvelle vie, avec les chablis. C'est une
évolution végétale plus lente, mais tout aussi captivante. Par exemple :
http://photo.imaginaire.free.fr/panoramique/void_08/void_08-a-propos.htm
C'est passionnant. Je reviens encore sur l'évidence que la réalité est
indécise et indéfinissable. Seule une photographie sera capable de la fixer
(c'est le cas de le dire) mais à partir des ces moments là elle s'impose et
devient décisive. Ce que a priori on ne voit pas parce que c'est
inintéressant ou trop génant (les mouches, la puanteur associée...) peut
prendre une toute autre allure. Le meilleur compliment que l'on m'ai fait
dans ma vie de photographe est de me dire : albert, quand on se promène dans
la forêt, les chablis avant on ne les voyait pas, maintenant on les voit. Je
te retourne le compliment. Je connais tes photographies depuis longtemps et
ce sujet que tu traites, m'a dès lors rendu attentif quand je le rencontre.
Amitiés,
albert
benoit
Le #26477049
Alf92
Benoit :
- Je rêve depuis longtemps d'un tel sujet pour continuer ma série
- Pouvoir la laisser se décomposée et venir toutes les semaines la
photographier sur fond blanc. Telle la musaraigne ou le corbeau, mais
pour le coup avec quelques mètres de nappe en plastique blanc ;

notre ânesse en Charente est morte il y a un mois à l'age de 40ans.
ne la voyant plus on l'a cherché. on l'a retrouvé dans un coin à...
l'odeur. ça faisait visiblement plus d'une semaine.
quand on a cherché à la déplacer pour la mettre à dispo du camion de
l'équarrisseur, bin c'était plus possible : ça partait en morceaux.
du coup, ça s'est fini à pelle + brouette et trou dans la fôret :-(
elle, il y a 13 ans avec son ânon ::
http://frpn.free.fr/0pb-x20/PICT1054.JPG
pourquoi cette passion pour les bestiaux crevés ?

Vie : n.f. Maladie mortelle sexuellement transmissible
Et puis, quand ce sont des tableaux d'autrefois c'est joli, quand c'est
une photo d'aujourd'hui c'est dégueulasse. Pourquoi ? Moi, je ne sais
pas, mais il est sûr que des huiles montrent un gus tenant la tête de
l'ennemi, pissant le sang, symbole de sa victoire, sont toutes aussi
belles. C'est plus « doux » pour nous parce que c'est de la peinture,
donc pas la réalité. À l'époque ? J'en doute. Non ! J'en suis sûr.
Pourquoi le fait qu'on passe d'un pinceau à un paquet de loupes change
quelque chose ? Cf ceux qui font des « ½uvres » contemporaines,
cubiques... avec de la pellicule et non la peinture ; dans un cas c'est
un travail artistique, dans l'autre c'est de la bidouille technique.
Pourquoi ?
Une photo techniquement ratée ne peut pas être belle ?
Hein ! GR ? ;)
Ça me donne envie de publier une série de photos « ratées ».
--
Pense à l'étiquette qu'une fois les vendanges faites.
Alf92
Le #26477047
Benoit :
Une photo techniquement ratée ne peut pas être belle ?
Hein ! GR ? ;)
Ça me donne envie de publier une série de photos « ratées ».

on pourra les retoucher sans être traité d'escroc ? :-)
Poster une réponse
Anonyme