Corrections de perspectives int

Le
Jacques DASSI
Correction de perspective incorporée dans l'appareil de prise de vue
(Appareils photographiques ou caméras vidéo)


La convergence des verticales est un mal devenu totalement habituel
dans notre société moderne. A un point tel que, si l'on s'étonne de
voir ces fuyantes se rassembler haut dans le ciel et que l'on souhaite
corriger, on se fait critiquer, voir moquer…

Et pourtant, dès le début de la photographie, les vieilles chambres à
bascule savaient garantir la parfaite orthogonalité des immeubles…
(Oui, je sais qu'aujourd'hui des architectes "visionnaires" en
construisent des tout de guingois…)

La correction de perspective est maintenant intégrée dans les bons
logiciels de post-traitement et tout le monde paraît satisfait.

En ce 1er Décembre 2017, j'ai une autre vision du problème :

- Dans les appareils modernes existe souvent un senseur permettant
de matérialiser une ligne d'horizon artificielle. Cela peut être utile
pour éviter d'avoir "une image qui penche", surtout avec les très
petits appareils, genre compacts. Il est donc facile d'effectuer à la
prise de vue une correction de rotation permettant d'éviter que la mer
ne penche trop dangereusement .

- Prenons un second senseur, du même type, et orientons-le à 90° du
premier : nous voici équipés d'un senseur d'inclinaison !

Couplé au calculateur de l'appareil, il permettra la photographie
d'objets verticaux (photographiés en relevant l'axe optique vers le
haut, pour réussir à cadrer) avec une parfaite orthogonalité de
l'image.
Y compris dans celle observée dans le viseur numérique. Bien entendu
ces informations devraient figurer dans les EXIF's.

C'est tout. Une idée simple. Quel constructeur aura l'audace de
l'adopter en premier (et de griller ainsi ses chers collègues…) ?

Moi, je verrai bien un Lumix TZ100 Ça ferait des ravages

--
Jacques DASSIÉ
Toujours sçavoir plus
http://archaero.com/
Vos réponses Page 1 / 11
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
GhostRaider
Le #26454203
Le 01/12/2017 à 08:44, René a écrit :
Le vendredi 1 décembre 2017 00:56:56 UTC-5, Jacques DASSIÉ a écrit :
Correction de perspective incorporée dans l'appareil de prise de vue
(Appareils photographiques ou caméras vidéo)
La convergence des verticales est un mal devenu totalement habituel
dans notre société moderne. A un point tel que, si l'on s'étonne de
voir ces fuyantes se rassembler haut dans le ciel et que l'on souhaite
corriger, on se fait critiquer, voir moquer…
Et pourtant, dès le début de la photographie, les vieilles chambres à
bascule savaient garantir la parfaite orthogonalité des immeubles…
(Oui, je sais qu'aujourd'hui des architectes "visionnaires" en
construisent des tout de guingois…)
La correction de perspective est maintenant intégrée dans les bons
logiciels de post-traitement et tout le monde paraît satisfait.
En ce 1er Décembre 2017, j'ai une autre vision du problème :
- Dans les appareils modernes existe souvent un senseur permettant
de matérialiser une ligne d'horizon artificielle. Cela peut être utile
pour éviter d'avoir "une image qui penche", surtout avec les très
petits appareils, genre compacts. Il est donc facile d'effectuer à la
prise de vue une correction de rotation permettant d'éviter que la mer
ne penche trop dangereusement .
- Prenons un second senseur, du même type, et orientons-le à 90° du
premier : nous voici équipés d'un senseur d'inclinaison !
Couplé au calculateur de l'appareil, il permettra la photographie
d'objets verticaux (photographiés en relevant l'axe optique vers le
haut, pour réussir à cadrer) avec une parfaite orthogonalité de
l'image.
Y compris dans celle observée dans le viseur numérique. Bien entendu
ces informations devraient figurer dans les EXIF's.
C'est tout. Une idée simple. Quel constructeur aura l'audace de
l'adopter en premier (et de griller ainsi ses chers collègues…) ?
Moi, je verrai bien un Lumix TZ100... Ça ferait des ravages...
--
Jacques DASSIÉ
Toujours sçavoir plus
http://archaero.com/

Idée intéressante quoiqu'en 2 mois elle n'a pas beaucoup changée.
:-)

Oui, mais, autant, en respectant l'horizontalité, on ne tronque pas les
parties intéressantes de la photo, autant, si on respecte la
verticalité, on encombre le premier plan d'éléments inintéressants :
macadam, trottoir, voitures etc..
Et c'est bien pour ça qu'on oriente l'appareil vers le ciel, autant pour
photographier les objets verticaux dans; leur totalité (immeubles,
champions de basket...) que pour éliminer autant que faire se peut les
objets parasites des plans inférieurs.
Jacques DASSI
Le #26454206
GhostRaider avait énoncé :
Le 01/12/2017 à 08:44, René a écrit :
Le vendredi 1 décembre 2017 00:56:56 UTC-5, Jacques DASSIÉ a écrit :
Correction de perspective incorporée dans l'appareil de prise de vue
(Appareils photographiques ou caméras vidéo)
La convergence des verticales est un mal devenu totalement habituel
dans notre société moderne. A un point tel que, si l'on s'étonne de
voir ces fuyantes se rassembler haut dans le ciel et que l'on souhaite
corriger, on se fait critiquer, voir moquer…
Et pourtant, dès le début de la photographie, les vieilles chambres à
bascule savaient garantir la parfaite orthogonalité des immeubles…
(Oui, je sais qu'aujourd'hui des architectes "visionnaires" en
construisent des tout de guingois…)
La correction de perspective est maintenant intégrée dans les bons
logiciels de post-traitement et tout le monde paraît satisfait.
En ce 1er Décembre 2017, j'ai une autre vision du problème :
- Dans les appareils modernes existe souvent un senseur permettant
de matérialiser une ligne d'horizon artificielle. Cela peut être utile
pour éviter d'avoir "une image qui penche", surtout avec les très
petits appareils, genre compacts. Il est donc facile d'effectuer à la
prise de vue une correction de rotation permettant d'éviter que la mer
ne penche trop dangereusement .
- Prenons un second senseur, du même type, et orientons-le à 90° du
premier : nous voici équipés d'un senseur d'inclinaison !
Couplé au calculateur de l'appareil, il permettra la photographie
d'objets verticaux (photographiés en relevant l'axe optique vers le
haut, pour réussir à cadrer) avec une parfaite orthogonalité de
l'image.
Y compris dans celle observée dans le viseur numérique. Bien entendu
ces informations devraient figurer dans les EXIF's.
C'est tout. Une idée simple. Quel constructeur aura l'audace de
l'adopter en premier (et de griller ainsi ses chers collègues…) ?
Moi, je verrai bien un Lumix TZ100... Ça ferait des ravages...
-- Jacques DASSIÉ
Toujours sçavoir plus
http://archaero.com/

Idée intéressante quoiqu'en 2 mois elle n'a pas beaucoup changée.
:-)

Oui, mais, autant, en respectant l'horizontalité, on ne tronque pas les
parties intéressantes de la photo, autant, si on respecte la verticalité, on
encombre le premier plan d'éléments inintéressants : macadam, trottoir,
voitures etc..
Et c'est bien pour ça qu'on oriente l'appareil vers le ciel, autant pour
photographier les objets verticaux dans; leur totalité (immeubles, champions
de basket...) que pour éliminer autant que faire se peut les objets parasites
des plans inférieurs.

Tu ne sembles pas avoir remarqué que c'est l'appareil lui-même qui
effectue la correction de perspective. Donc on obtient une immage avec
des immeubles orthogonaux, même si l'axe de prise de vue était déplacé
vers le haut, pour raisons de cadrage.
Me serais-je mal fait comprendre ?
--
Jacques DASSIÉ
Toujours sçavoir plus
http://archaero.com/
Jacques DASSI
Le #26454205
GhostRaider a émis l'idée suivante :
Le 01/12/2017 à 08:44, René a écrit :
Le vendredi 1 décembre 2017 00:56:56 UTC-5, Jacques DASSIÉ a écrit :
Correction de perspective incorporée dans l'appareil de prise de vue
(Appareils photographiques ou caméras vidéo)
La convergence des verticales est un mal devenu totalement habituel
dans notre société moderne. A un point tel que, si l'on s'étonne de
voir ces fuyantes se rassembler haut dans le ciel et que l'on souhaite
corriger, on se fait critiquer, voir moquer…
Et pourtant, dès le début de la photographie, les vieilles chambres à
bascule savaient garantir la parfaite orthogonalité des immeubles…
(Oui, je sais qu'aujourd'hui des architectes "visionnaires" en
construisent des tout de guingois…)
La correction de perspective est maintenant intégrée dans les bons
logiciels de post-traitement et tout le monde paraît satisfait.
En ce 1er Décembre 2017, j'ai une autre vision du problème :
- Dans les appareils modernes existe souvent un senseur permettant
de matérialiser une ligne d'horizon artificielle. Cela peut être utile
pour éviter d'avoir "une image qui penche", surtout avec les très
petits appareils, genre compacts. Il est donc facile d'effectuer à la
prise de vue une correction de rotation permettant d'éviter que la mer
ne penche trop dangereusement .
- Prenons un second senseur, du même type, et orientons-le à 90° du
premier : nous voici équipés d'un senseur d'inclinaison !
Couplé au calculateur de l'appareil, il permettra la photographie
d'objets verticaux (photographiés en relevant l'axe optique vers le
haut, pour réussir à cadrer) avec une parfaite orthogonalité de
l'image.
Y compris dans celle observée dans le viseur numérique. Bien entendu
ces informations devraient figurer dans les EXIF's.
C'est tout. Une idée simple. Quel constructeur aura l'audace de
l'adopter en premier (et de griller ainsi ses chers collègues…) ?
Moi, je verrai bien un Lumix TZ100... Ça ferait des ravages...
-- Jacques DASSIÉ
Toujours sçavoir plus
http://archaero.com/

Idée intéressante quoiqu'en 2 mois elle n'a pas beaucoup changée.
:-)

Oui, mais, autant, en respectant l'horizontalité, on ne tronque pas les
parties intéressantes de la photo, autant, si on respecte la verticalité, on
encombre le premier plan d'éléments inintéressants : macadam, trottoir,
voitures etc..
Et c'est bien pour ça qu'on oriente l'appareil vers le ciel, autant pour
photographier les objets verticaux dans; leur totalité (immeubles, champions
de basket...) que pour éliminer autant que faire se peut les objets parasites
des plans inférieurs.

Tu ne sembles pas avoir remarqué que c'est l'appareil lui-même qui
effectue la correction de perspective. Donc on obtient une image avec
des immeubles orthogonaux, même si l'axe de prise de vue était déplacé
vers le haut, pour raisons de cadrage.
Me serais-je mal fait comprendre ?
--
Jacques DASSIÉ
Toujours sçavoir plus
http://archaero.com/
GhostRaider
Le #26454208
Le 01/12/2017 à 09:36, Jacques DASSIÉ a écrit :
GhostRaider avait énoncé :
Le 01/12/2017 à 08:44, René a écrit :
Le vendredi 1 décembre 2017 00:56:56 UTC-5, Jacques DASSIÉ a écrit :
Correction de perspective incorporée dans l'appareil de prise de vue
(Appareils photographiques ou caméras vidéo)
La convergence des verticales est un mal devenu totalement habituel
dans notre société moderne. A un point tel que, si l'on s'étonne de
voir ces fuyantes se rassembler haut dans le ciel et que l'on souhaite
corriger, on se fait critiquer, voir moquer…
Et pourtant, dès le début de la photographie, les vieilles chambres à
bascule savaient garantir la parfaite orthogonalité des immeubles…
(Oui, je sais qu'aujourd'hui des architectes "visionnaires" en
construisent des tout de guingois…)
La correction de perspective est maintenant intégrée dans les bons
logiciels de post-traitement et tout le monde paraît satisfait.
En ce 1er Décembre 2017, j'ai une autre vision du problème :
-    Dans les appareils modernes existe souvent un senseur permettant
de matérialiser une ligne d'horizon artificielle. Cela peut être utile
pour éviter d'avoir "une image qui penche", surtout avec les très
petits appareils, genre compacts. Il est donc facile d'effectuer à la
prise de vue une correction de rotation permettant d'éviter que la mer
ne penche trop dangereusement .
-    Prenons un second senseur, du même type, et orientons-le à 90° du
premier : nous voici équipés d'un senseur d'inclinaison !
Couplé au calculateur de l'appareil, il permettra la photographie
d'objets verticaux (photographiés en relevant l'axe optique vers le
haut, pour réussir à cadrer) avec une parfaite orthogonalité de
l'image.
Y compris dans celle observée dans le viseur numérique. Bien entendu
ces informations devraient figurer dans les EXIF's.
C'est tout. Une idée simple. Quel constructeur aura l'audace de
l'adopter en premier (et de griller ainsi ses chers collègues…) ?
Moi, je verrai bien un Lumix TZ100... Ça ferait des ravages...
-- Jacques DASSIÉ
Toujours sçavoir plus
http://archaero.com/

Idée intéressante quoiqu'en 2 mois elle n'a pas beaucoup changée.
:-)

Oui, mais, autant, en respectant l'horizontalité, on ne tronque pas
les parties intéressantes de la photo, autant, si on respecte la
verticalité, on encombre le premier plan d'éléments inintéressants :
macadam, trottoir, voitures etc..
Et c'est bien pour ça qu'on oriente l'appareil vers le ciel, autant
pour photographier les objets verticaux dans; leur totalité
(immeubles, champions de basket...) que pour éliminer autant que faire
se peut les objets parasites des plans inférieurs.

Tu ne sembles pas avoir remarqué que c'est l'appareil lui-même qui
effectue la correction de perspective. Donc on obtient une immage avec
des immeubles orthogonaux, même si l'axe de prise de vue était déplacé
vers le haut, pour raisons de cadrage.
Me serais-je mal fait comprendre ?

Oui, j'ai mal compris car :
- dans les appareils à horizon artificiel, c'est l'opérateur qui
rectifie l’horizontalité
- dans ton système, ce n'est pas le même principe : la prise de vue est
inclinée et l'appareil re-parallélise les verticales en élargissant le
haut de objets et en supprimant les bords supérieurs en triangle de la
photo.
Jacques DASSI
Le #26454213
GhostRaider a formulé la demande :
Le 01/12/2017 à 09:36, Jacques DASSIÉ a écrit :
GhostRaider avait énoncé :
Le 01/12/2017 à 08:44, René a écrit :
Le vendredi 1 décembre 2017 00:56:56 UTC-5, Jacques DASSIÉ a écrit :
Correction de perspective incorporée dans l'appareil de prise de vue
(Appareils photographiques ou caméras vidéo)
La convergence des verticales est un mal devenu totalement habituel
dans notre société moderne. A un point tel que, si l'on s'étonne de
voir ces fuyantes se rassembler haut dans le ciel et que l'on souhaite
corriger, on se fait critiquer, voir moquer…
Et pourtant, dès le début de la photographie, les vieilles chambres à
bascule savaient garantir la parfaite orthogonalité des immeubles…
(Oui, je sais qu'aujourd'hui des architectes "visionnaires" en
construisent des tout de guingois…)
La correction de perspective est maintenant intégrée dans les bons
logiciels de post-traitement et tout le monde paraît satisfait.
En ce 1er Décembre 2017, j'ai une autre vision du problème :
-    Dans les appareils modernes existe souvent un senseur permettant
de matérialiser une ligne d'horizon artificielle. Cela peut être utile
pour éviter d'avoir "une image qui penche", surtout avec les très
petits appareils, genre compacts. Il est donc facile d'effectuer à la
prise de vue une correction de rotation permettant d'éviter que la mer
ne penche trop dangereusement .
-    Prenons un second senseur, du même type, et orientons-le à 90° du
premier : nous voici équipés d'un senseur d'inclinaison !
Couplé au calculateur de l'appareil, il permettra la photographie
d'objets verticaux (photographiés en relevant l'axe optique vers le
haut, pour réussir à cadrer) avec une parfaite orthogonalité de
l'image.
Y compris dans celle observée dans le viseur numérique. Bien entendu
ces informations devraient figurer dans les EXIF's.
C'est tout. Une idée simple. Quel constructeur aura l'audace de
l'adopter en premier (et de griller ainsi ses chers collègues…) ?
Moi, je verrai bien un Lumix TZ100... Ça ferait des ravages...
-- Jacques DASSIÉ
Toujours sçavoir plus
http://archaero.com/

Idée intéressante quoiqu'en 2 mois elle n'a pas beaucoup changée.
:-)

Oui, mais, autant, en respectant l'horizontalité, on ne tronque pas les
parties intéressantes de la photo, autant, si on respecte la verticalité,
on encombre le premier plan d'éléments inintéressants : macadam, trottoir,
voitures etc..
Et c'est bien pour ça qu'on oriente l'appareil vers le ciel, autant pour
photographier les objets verticaux dans; leur totalité (immeubles,
champions de basket...) que pour éliminer autant que faire se peut les
objets parasites des plans inférieurs.

Tu ne sembles pas avoir remarqué que c'est l'appareil lui-même qui effectue
la correction de perspective. Donc on obtient une immage avec des immeubles
orthogonaux, même si l'axe de prise de vue était déplacé vers le haut, pour
raisons de cadrage.
Me serais-je mal fait comprendre ?

Oui, j'ai mal compris car :
- dans les appareils à horizon artificiel, c'est l'opérateur qui rectifie
l’horizontalité
- dans ton système, ce n'est pas le même principe : la prise de vue est
inclinée et l'appareil re-parallélise les verticales en élargissant le haut
de objets et en supprimant les bords supérieurs en triangle de la photo.

Pour l'horizon artificiel, je voulais dire que la solution existe déjà
et qu'il y a un senseur de position à bord.
Pour la perspective, c'est l'ajout d'un second senseur, positionné à
90° du premier. Le traitement de la perspective sera automatisé et
incorporé au logiciel de l'appareil photo, au lieu d'être externe, en
post-traitement.
Les idées simples sont parfois difficiles à exprimer simplement (:-(o)
--
Jacques DASSIÉ
Toujours sçavoir plus
http://archaero.com/
efji
Le #26454224
Le 01/12/2017 à 10:55, Jacques DASSIÉ a écrit :
Pour l'horizon artificiel, je voulais dire que la solution existe déjà
et qu'il y a un senseur de position à bord.
Pour la perspective, c'est l'ajout d'un second senseur, positionné à 90°
du premier. Le traitement de la perspective sera automatisé et incorporé
au logiciel de l'appareil photo, au lieu d'être externe, en
post-traitement.
Les idées simples sont parfois difficiles à exprimer simplement (:-(o)

Simples mais bizarres.
Je rappelle que les lignes de fuite sont "naturelles". Elle font partie
de la perspective que nous voyons. Pourquoi pas aussi corriger les
horizontales et transformer l'image d'une route en un joli rectangle à
côtés parallèles ?
--
F.J.
Pierre Maurette
Le #26454231
Jacques DASSIÉ :
Correction de perspective incorporée dans l'appareil de prise de vue
(Appareils photographiques ou caméras vidéo)
La convergence des verticales est un mal devenu totalement habituel dans
notre société moderne. A un point tel que, si l'on s'étonne de voir ces
fuyantes se rassembler haut dans le ciel et que l'on souhaite corriger, on se
fait critiquer, voir moquer…
Et pourtant, dès le début de la photographie, les vieilles chambres à bascule
savaient garantir la parfaite orthogonalité des immeubles…
(Oui, je sais qu'aujourd'hui des architectes "visionnaires" en construisent
des tout de guingois…)

Les architectes encore plus visionnaires puisque très antérieurs
savaient faire du tordu pour que ça semble droit ;-) (on apprend ça à
l'école sur l'exemple du Parthénon)
La correction de perspective est maintenant intégrée dans les bons logiciels
de post-traitement et tout le monde paraît satisfait.
En ce 1er Décembre 2017, j'ai une autre vision du problème :
- Dans les appareils modernes existe souvent un senseur permettant de
matérialiser une ligne d'horizon artificielle. Cela peut être utile pour
éviter d'avoir "une image qui penche", surtout avec les très petits
appareils, genre compacts. Il est donc facile d'effectuer à la prise de vue
une correction de rotation permettant d'éviter que la mer ne penche trop
dangereusement .

C'est utile, ça donne une bonne base en l'absence d'horizon visible et
en cas de visée à l'écran peu lisible. En revanche, je serais étonné
que le capteur serve à redresser l'horizon, ce sera plutôt une analyse
de l'image qui sera utilisée.
- Prenons un second senseur, du même type, et orientons-le à 90° du
premier : nous voici équipés d'un senseur d'inclinaison !

Ce "second senseur" existe sur tous mes appareils, et je suppose
également sur votre Lumix. Si le premier est un capteur d'inclinaison,
le second serait un capteur d'assiette. Je pense qu'électroniquement ce
capteur est un composant unique, "3D".
J'ai regardé sur mon téléphone, en allant dans le menu on peut faire
afficher un vrai tableau de bord de Rafale: assiette, inclinaison,
compas...
Indépendamment de la prise de photos, ce truc va servir à pivoter
l'affichage, entre autres choses. Il me semble d'ailleurs qu'il manque
parfois une subtilité algorithmique, qui empêcherait de basculer
l'affichage quand l'appareil est proche (même pas très proche) de
l'horizontale.
Couplé au calculateur de l'appareil, il permettra la photographie d'objets
verticaux (photographiés en relevant l'axe optique vers le haut, pour réussir
à cadrer) avec une parfaite orthogonalité de l'image.
Y compris dans celle observée dans le viseur numérique. Bien entendu ces
informations devraient figurer dans les EXIF's.
C'est tout. Une idée simple. Quel constructeur aura l'audace de l'adopter en
premier (et de griller ainsi ses chers collègues…) ?
Moi, je verrai bien un Lumix TZ100... Ça ferait des ravages...

Je crois bien que ça existe déjà, en partie et malheureusement, et
c'est assez chiant. Sur mon téléphone: vous visez au moins mal, ça
affiche l'image non corrigée. Clic, vous visualisez le JPG, c'est tout
élagué, les antennes sont coupées, l'horreur, d'autant que vous n'avez
pas la possibilité de contrôler avant d'avoir transféré ce que donne le
DNG...
Je ne pense pas qu'une correction automatique soit une bonne idée (à
moins de sauvegarder deux versions ?). Contrairement à l'inclinaison,
il n'est pas possible à une électronique de déterminer si le "défaut"
d'assiette est non voulu ou recherché.
De toutes manières, les algos de correction à partir des données de
l'image fonctionnent très bien, et sont assez peu gourmands pour être
utilisés en temps (presque) réel. Je dirais que les capteurs peuvent
indiquer à l'électronique que manifestement l'opérateur ne recherchait
pas l'horizontale.
--
Pierre Maurette
Jacques DASSI
Le #26454236
Nul a exprimé avec précision :
Le vendredi 1 décembre 2017 10:55:30 UTC+1, Jacques DASSIÉ a écrit :
GhostRaider a formulé la demande :
Le 01/12/2017 à 09:36, Jacques DASSIÉ a écrit :
GhostRaider avait énoncé :
Le 01/12/2017 à 08:44, René a écrit :
Le vendredi 1 décembre 2017 00:56:56 UTC-5, Jacques DASSIÉ a écrit :
Correction de perspective incorporée dans l'appareil de prise de vue
(Appareils photographiques ou caméras vidéo)
La convergence des verticales est un mal devenu totalement habituel
dans notre société moderne. A un point tel que, si l'on s'étonne de
voir ces fuyantes se rassembler haut dans le ciel et que l'on souhaite
corriger, on se fait critiquer, voir moquer…
Et pourtant, dès le début de la photographie, les vieilles chambres à
bascule savaient garantir la parfaite orthogonalité des immeubles…
(Oui, je sais qu'aujourd'hui des architectes "visionnaires" en
construisent des tout de guingois…)
La correction de perspective est maintenant intégrée dans les bons
logiciels de post-traitement et tout le monde paraît satisfait.
En ce 1er Décembre 2017, j'ai une autre vision du problème :
-    Dans les appareils modernes existe souvent un senseur permettant
de matérialiser une ligne d'horizon artificielle. Cela peut être utile
pour éviter d'avoir "une image qui penche", surtout avec les très
petits appareils, genre compacts. Il est donc facile d'effectuer à la
prise de vue une correction de rotation permettant d'éviter que la mer
ne penche trop dangereusement .
-    Prenons un second senseur, du même type, et orientons-le à 90° du
premier : nous voici équipés d'un senseur d'inclinaison !
Couplé au calculateur de l'appareil, il permettra la photographie
d'objets verticaux (photographiés en relevant l'axe optique vers le
haut, pour réussir à cadrer) avec une parfaite orthogonalité de
l'image.
Y compris dans celle observée dans le viseur numérique. Bien entendu
ces informations devraient figurer dans les EXIF's.
C'est tout. Une idée simple. Quel constructeur aura l'audace de
l'adopter en premier (et de griller ainsi ses chers collègues…) ?
Moi, je verrai bien un Lumix TZ100... Ça ferait des ravages...
-- Jacques DASSIÉ
Toujours sçavoir plus
http://archaero.com/

Idée intéressante quoiqu'en 2 mois elle n'a pas beaucoup changée.
:-)

Oui, mais, autant, en respectant l'horizontalité, on ne tronque pas les
parties intéressantes de la photo, autant, si on respecte la verticalité,
on encombre le premier plan d'éléments inintéressants : macadam,
trottoir, voitures etc..
Et c'est bien pour ça qu'on oriente l'appareil vers le ciel, autant pour
photographier les objets verticaux dans; leur totalité (immeubles,
champions de basket...) que pour éliminer autant que faire se peut les
objets parasites des plans inférieurs.

Tu ne sembles pas avoir remarqué que c'est l'appareil lui-même qui
effectue la correction de perspective. Donc on obtient une immage avec
des immeubles orthogonaux, même si l'axe de prise de vue était déplacé
vers le haut, pour raisons de cadrage.
Me serais-je mal fait comprendre ?

Oui, j'ai mal compris car :
- dans les appareils à horizon artificiel, c'est l'opérateur qui rectifie
l’horizontalité
- dans ton système, ce n'est pas le même principe : la prise de vue est
inclinée et l'appareil re-parallélise les verticales en élargissant le haut
de objets et en supprimant les bords supérieurs en triangle de la photo.

Pour l'horizon artificiel, je voulais dire que la solution existe déjà
et qu'il y a un senseur de position à bord.
Pour la perspective, c'est l'ajout d'un second senseur, positionné à
90° du premier. Le traitement de la perspective sera automatisé et
incorporé au logiciel de l'appareil photo, au lieu d'être externe, en
post-traitement.
Les idées simples sont parfois difficiles à exprimer simplement (:-(o)

et encore plus difficile à effectuer,
pour la perspective verticale, il te faudrait autant de "senseur" verticale
qu'il y a de verticales, autrement il ne pourra faire qu'une moyenne des
"verticales" mais pas de les corriger toutes. Mais la question est :
serait-ce agréable à la visualisation de l'image rendue, je ne pense pas, une
certaine fuyante est naturel, juste corriger les déformation de l'objectif, à
mon idée, est le mieux.

Alors là, il s'agit d'une incompréhension totale du problème.
Je ne propose que la transposition du post-traitement de correction des
verticales en l'intégrant dans le calculateur et le logiciel de
l'appareil de photo. On pourra même ajouter dans les menus un
"Correction verticales Oui/Non ?".
Il n'y a aucun besoin d'une multitude de senseurs verticaux ! Un seul
suffit et on lui demande d'indiquer la variation de l'axe optique par
rapport à l'horizontale, dans un plan vertical.
Quand je lève la tête, je ne vois pas les toits converger !
Quand je regarde une route droite, je la vois converger au fur et à
mesure de son éloignement…
(Et c'est normal, puisque l'angle α sous lequel on voit sa largeur est
de la forme tg α = largeur / distance).
Tu pourrais peut-être expliciter ton point de vue?
--
Jacques DASSIÉ
Toujours sçavoir plus
http://archaero.com/
Jacques DASSI
Le #26454235
Nul a exprimé avec précision :
Le vendredi 1 décembre 2017 11:32:33 UTC+1, Nul a écrit :
Le vendredi 1 décembre 2017 10:55:30 UTC+1, Jacques DASSIÉ a écrit :
GhostRaider a formulé la demande :
Le 01/12/2017 à 09:36, Jacques DASSIÉ a écrit :
GhostRaider avait énoncé :
Le 01/12/2017 à 08:44, René a écrit :
Le vendredi 1 décembre 2017 00:56:56 UTC-5, Jacques DASSIÉ a écrit :
Correction de perspective incorporée dans l'appareil de prise de vue
(Appareils photographiques ou caméras vidéo)
La convergence des verticales est un mal devenu totalement habituel
dans notre société moderne. A un point tel que, si l'on s'étonne de
voir ces fuyantes se rassembler haut dans le ciel et que l'on souhaite
corriger, on se fait critiquer, voir moquer…
Et pourtant, dès le début de la photographie, les vieilles chambres à
bascule savaient garantir la parfaite orthogonalité des immeubles…
(Oui, je sais qu'aujourd'hui des architectes "visionnaires" en
construisent des tout de guingois…)
La correction de perspective est maintenant intégrée dans les bons
logiciels de post-traitement et tout le monde paraît satisfait.
En ce 1er Décembre 2017, j'ai une autre vision du problème :
-    Dans les appareils modernes existe souvent un senseur permettant
de matérialiser une ligne d'horizon artificielle. Cela peut être utile
pour éviter d'avoir "une image qui penche", surtout avec les très
petits appareils, genre compacts. Il est donc facile d'effectuer à la
prise de vue une correction de rotation permettant d'éviter que la mer
ne penche trop dangereusement .
-    Prenons un second senseur, du même type, et orientons-le à 90° du
premier : nous voici équipés d'un senseur d'inclinaison !
Couplé au calculateur de l'appareil, il permettra la photographie
d'objets verticaux (photographiés en relevant l'axe optique vers le
haut, pour réussir à cadrer) avec une parfaite orthogonalité de
l'image.
Y compris dans celle observée dans le viseur numérique. Bien entendu
ces informations devraient figurer dans les EXIF's.
C'est tout. Une idée simple. Quel constructeur aura l'audace de
l'adopter en premier (et de griller ainsi ses chers collègues…) ?
Moi, je verrai bien un Lumix TZ100... Ça ferait des ravages...
-- Jacques DASSIÉ
Toujours sçavoir plus
http://archaero.com/

Idée intéressante quoiqu'en 2 mois elle n'a pas beaucoup changée.
:-)

Oui, mais, autant, en respectant l'horizontalité, on ne tronque pas les
parties intéressantes de la photo, autant, si on respecte la
verticalité, on encombre le premier plan d'éléments inintéressants :
macadam, trottoir, voitures etc..
Et c'est bien pour ça qu'on oriente l'appareil vers le ciel, autant pour
photographier les objets verticaux dans; leur totalité (immeubles,
champions de basket...) que pour éliminer autant que faire se peut les
objets parasites des plans inférieurs.

Tu ne sembles pas avoir remarqué que c'est l'appareil lui-même qui
effectue la correction de perspective. Donc on obtient une immage avec
des immeubles orthogonaux, même si l'axe de prise de vue était déplacé
vers le haut, pour raisons de cadrage.
Me serais-je mal fait comprendre ?

Oui, j'ai mal compris car :
- dans les appareils à horizon artificiel, c'est l'opérateur qui rectifie
l’horizontalité
- dans ton système, ce n'est pas le même principe : la prise de vue est
inclinée et l'appareil re-parallélise les verticales en élargissant le
haut de objets et en supprimant les bords supérieurs en triangle de la
photo.

Pour l'horizon artificiel, je voulais dire que la solution existe déjà
et qu'il y a un senseur de position à bord.
Pour la perspective, c'est l'ajout d'un second senseur, positionné à
90° du premier. Le traitement de la perspective sera automatisé et
incorporé au logiciel de l'appareil photo, au lieu d'être externe, en
post-traitement.
Les idées simples sont parfois difficiles à exprimer simplement (:-(o)

et encore plus difficile à effectuer,
pour la perspective verticale, il te faudrait autant de "senseur" verticale
qu'il y a de verticales, autrement il ne pourra faire qu'une moyenne des
"verticales" mais pas de les corriger toutes. Mais la question est :
serait-ce agréable à la visualisation de l'image rendue, je ne pense pas,
une certaine fuyante est naturel, juste corriger les déformation de
l'objectif, à mon idée, est le mieux.

Pour illustrer :
http://www.cjoint.com/data3/GLbkZ6W2AtM_Wégimont.jpg
pour la première (haut) j'ai fait une moyenne horizontale/verticale, sinon le
bâtiment aurait un air penché exagéré.
en bas, correction horizontale/verticale, pour le visu, affaire de goûts.

Excellente démontration.
Mais quand on regarde le bâtiment, en direct, on ne voit jamais
converger les verticales...
--
Jacques DASSIÉ
Toujours sçavoir plus
http://archaero.com/
Jacques DASSI
Le #26454234
Nul a écrit :
Le vendredi 1 décembre 2017 11:32:33 UTC+1, Nul a écrit :
Le vendredi 1 décembre 2017 10:55:30 UTC+1, Jacques DASSIÉ a écrit :
GhostRaider a formulé la demande :
Le 01/12/2017 à 09:36, Jacques DASSIÉ a écrit :
GhostRaider avait énoncé :
Le 01/12/2017 à 08:44, René a écrit :
Le vendredi 1 décembre 2017 00:56:56 UTC-5, Jacques DASSIÉ a écrit :
Correction de perspective incorporée dans l'appareil de prise de vue
(Appareils photographiques ou caméras vidéo)
La convergence des verticales est un mal devenu totalement habituel
dans notre société moderne. A un point tel que, si l'on s'étonne de
voir ces fuyantes se rassembler haut dans le ciel et que l'on souhaite
corriger, on se fait critiquer, voir moquer…
Et pourtant, dès le début de la photographie, les vieilles chambres à
bascule savaient garantir la parfaite orthogonalité des immeubles…
(Oui, je sais qu'aujourd'hui des architectes "visionnaires" en
construisent des tout de guingois…)
La correction de perspective est maintenant intégrée dans les bons
logiciels de post-traitement et tout le monde paraît satisfait.
En ce 1er Décembre 2017, j'ai une autre vision du problème :
-    Dans les appareils modernes existe souvent un senseur permettant
de matérialiser une ligne d'horizon artificielle. Cela peut être utile
pour éviter d'avoir "une image qui penche", surtout avec les très
petits appareils, genre compacts. Il est donc facile d'effectuer à la
prise de vue une correction de rotation permettant d'éviter que la mer
ne penche trop dangereusement .
-    Prenons un second senseur, du même type, et orientons-le à 90° du
premier : nous voici équipés d'un senseur d'inclinaison !
Couplé au calculateur de l'appareil, il permettra la photographie
d'objets verticaux (photographiés en relevant l'axe optique vers le
haut, pour réussir à cadrer) avec une parfaite orthogonalité de
l'image.
Y compris dans celle observée dans le viseur numérique. Bien entendu
ces informations devraient figurer dans les EXIF's.
C'est tout. Une idée simple. Quel constructeur aura l'audace de
l'adopter en premier (et de griller ainsi ses chers collègues…) ?
Moi, je verrai bien un Lumix TZ100... Ça ferait des ravages...
-- Jacques DASSIÉ
Toujours sçavoir plus
http://archaero.com/

Idée intéressante quoiqu'en 2 mois elle n'a pas beaucoup changée.
:-)

Oui, mais, autant, en respectant l'horizontalité, on ne tronque pas les
parties intéressantes de la photo, autant, si on respecte la
verticalité, on encombre le premier plan d'éléments inintéressants :
macadam, trottoir, voitures etc..
Et c'est bien pour ça qu'on oriente l'appareil vers le ciel, autant pour
photographier les objets verticaux dans; leur totalité (immeubles,
champions de basket...) que pour éliminer autant que faire se peut les
objets parasites des plans inférieurs.

Tu ne sembles pas avoir remarqué que c'est l'appareil lui-même qui
effectue la correction de perspective. Donc on obtient une immage avec
des immeubles orthogonaux, même si l'axe de prise de vue était déplacé
vers le haut, pour raisons de cadrage.
Me serais-je mal fait comprendre ?

Oui, j'ai mal compris car :
- dans les appareils à horizon artificiel, c'est l'opérateur qui rectifie
l’horizontalité
- dans ton système, ce n'est pas le même principe : la prise de vue est
inclinée et l'appareil re-parallélise les verticales en élargissant le
haut de objets et en supprimant les bords supérieurs en triangle de la
photo.

Pour l'horizon artificiel, je voulais dire que la solution existe déjà
et qu'il y a un senseur de position à bord.
Pour la perspective, c'est l'ajout d'un second senseur, positionné à
90° du premier. Le traitement de la perspective sera automatisé et
incorporé au logiciel de l'appareil photo, au lieu d'être externe, en
post-traitement.
Les idées simples sont parfois difficiles à exprimer simplement (:-(o)

et encore plus difficile à effectuer,
pour la perspective verticale, il te faudrait autant de "senseur" verticale
qu'il y a de verticales, autrement il ne pourra faire qu'une moyenne des
"verticales" mais pas de les corriger toutes. Mais la question est :
serait-ce agréable à la visualisation de l'image rendue, je ne pense pas,
une certaine fuyante est naturel, juste corriger les déformation de
l'objectif, à mon idée, est le mieux.

Pour illustrer :
http://www.cjoint.com/data3/GLbkZ6W2AtM_Wégimont.jpg
pour la première (haut) j'ai fait une moyenne horizontale/verticale, sinon le
bâtiment aurait un air penché exagéré.
en bas, correction horizontale/verticale, pour le visu, affaire de goûts.

Excellente démontration.
Mais quand on regarde le bâtiment, en direct, on ne voit jamais
converger les verticales... D'où la nécessité de ces corrections.
--
Jacques DASSIÉ
Toujours sçavoir plus
http://archaero.com/
Publicité
Poster une réponse
Anonyme