Free : la chute d'une grande idée ?

Le
Raphaël Ader
« Libre ». Dans le paysage internet français, Free faisait figure de
symbole. L'enfant naît à la fin des années 90, sans hautbois ni musettes.
Face aux Nomade, Libertysurf, Freesurf, Oreka, Club-Internet, Free joue les
intrus. Pas de publicité, pas d'argent, la bouche-a-oreille. Le canard noir
des FAI fait son nid sans gêner la concurrence qui lutte pour survivre sur
un modèle économique déjà dépassé. Quand le haut débit apparaît en France,
Wanadoo double ses concurrents en jouant sur ses atouts de mastodonte.
Encore une fois, Free fait le dos rond, laisse passer le typhon, son oil et
sa chute. Le précurseur ne veut pas laisser sa part au chien. Se positionne
sur un marché porteur et casse les prix.



Free gagne la bataille de l'image, toujours sans foin excessif, ce qui plaît
dans ce monde alternatif. Mais bien vite, ce lavis se craquelle. De
débonnaire, les clients perçoivent un opérateur fermé, agressif, sans réel
appui technologique face aux multiples problèmes qu'ils subissent. Quelques
papiers de presse ne suffisent toutefois pas à entamer le crédit énorme
accumulé au cours des ans, qui ont vu tous ses concurrents sur le marché du
« gratuit » passer à la trappe. Un succès que Free veut rentabiliser. L'
introduction en bourse de la maison mère -Iliad- sera un succès. Qui cache
de profonds désenchantements chez un nombre croissant de clients fidèles, s'
étant lancés dans l'aventure Adsl à moins de trente euros dès le dernier
trimestre 2002. On grommelle, avant de crier. Les déconnections. Les
fameuses FreeBox promises, cette fois, à grand renfort de publicité, soit ne
sont pas livrées, soit ne fonctionnent pas. La ligne directe dédiée aux
clients, qu'on paye au prix fort, aboutit à des intervenants débordés et
sous informés, incapables de répondre efficacement aux demandes plus
pressantes chaque mois. Les réactions de défense des équipes dirigeantes
étonnent le grand public par leur morgue et leur impolitesse, aux frontières
de l'insulte. Les délais ne sont pas tenus.

L'incompréhension grandit entre clients qui se sentent floués et le
prestataire de service, incapable de satisfaire sa clientèle à hauteur de
ses exigences. Free clame à qui veut l'entendre qu'elle est toujours
pionnière. La belle affaire quand Neuf Telecom, Alice (Telecom Italia) se
lancent eux aussi dans l'aventure de la téléphonie via l'Adsl. La télévision
par l'Adsl, un argument de poids ? Les opérateurs télévisuels Tps, Canal
Satellite annoncent qu'elles ont mis sur le marché leur propre produit.
Appuyés par des moyens et des technologies bien plus amples que ce que Free
pourra jamais proposer. Les chaînes proposées par Free font rire dans le
landerneau télévisuel. En clair, celles du groupe Ab, sont pain béni pour la
concurrence qui n'en attendait pas tant pour gloser sur une offre aussi
pauvre.

Le déménagement des environs d'une faculté leader et innovante -Paris
Dauphine- vers ceux d'une église -la Madeleine- célèbre pour ses messes d'
enterrement, est assez révélateur de ce que devient Free : une entreprise
qui voulait, de rainette, devenir bison.
Vos réponses Page 1 / 11
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Florent Gilles
Le #1387966
On 02/04/2004 01:35, «Raphaël Ader» écrivit ce qui suit:

« Libre ».


Cet article aussi est libre de droit ? Vous pourrie citer vos sources non ?

Brina
Le #1387965
Dans l'article
Le déménagement des environs d'une faculté leader et innovante -Paris
Dauphine- vers ceux d'une église -la Madeleine- célèbre pour ses messes d'
enterrement, est assez révélateur de ce que devient Free : une entreprise
qui voulait, de rainette, devenir bison.


Mais si vous n'êtes pas content : résiliez et allez voir un autre FAI !

Fanfan
Le #1387964
"Brina" news:
............
Mais si vous n'êtes pas content : résiliez et allez voir un autre FAI !


La vérité semble vous déranger ! Dommage que la censure n'existe pas.

Raphaël Ader
Le #1387963
Florent Gilles wrote:
On 02/04/2004 01:35, «Raphaël Ader» écrivit ce qui suit:

« Libre ».


Cet article aussi est libre de droit ? Vous pourrie citer vos sources
non ?


Euh la source, c'est moi. Tout simplement ;-)
"Libre" , je fais simplement référence au nom de la société. Mais l'article
est aussi libre de droit.


Raphaël Ader
Le #1387962
Brina wrote:
Dans l'article
Le déménagement des environs d'une faculté leader et innovante -Paris
Dauphine- vers ceux d'une église -la Madeleine- célèbre pour ses
messes d' enterrement, est assez révélateur de ce que devient Free :
une entreprise qui voulait, de rainette, devenir bison.


Mais si vous n'êtes pas content : résiliez et allez voir un autre FAI
!


Non, chère Brina. Je resterai. Vous n'avez qu'à vous montrer respectueuse,
ce n'est tout de même pas beaucoup demander.
Respectueusement,
Raphaël Ader.


PallMall
Le #1387960

Bien vu.


« Libre ». Dans le paysage internet français, Free faisait figure de
symbole. L'enfant naît à la fin des années 90, sans hautbois ni musettes.
Face aux Nomade, Libertysurf, Freesurf, Oreka, Club-Internet, Free joue les
intrus. Pas de publicité, pas d'argent, la bouche-a-oreille. Le canard noir
des FAI fait son nid sans gêner la concurrence qui lutte pour survivre sur
un modèle économique déjà dépassé. Quand le haut débit apparaît en France,
Wanadoo double ses concurrents en jouant sur ses atouts de mastodonte.
Encore une fois, Free fait le dos rond, laisse passer le typhon, son oil et
sa chute. Le précurseur ne veut pas laisser sa part au chien. Se positionne
sur un marché porteur et casse les prix.



Free gagne la bataille de l'image, toujours sans foin excessif, ce qui plaît
dans ce monde alternatif. Mais bien vite, ce lavis se craquelle. De
débonnaire, les clients perçoivent un opérateur fermé, agressif, sans réel
appui technologique face aux multiples problèmes qu'ils subissent. Quelques
papiers de presse ne suffisent toutefois pas à entamer le crédit énorme
accumulé au cours des ans, qui ont vu tous ses concurrents sur le marché du
« gratuit » passer à la trappe. Un succès que Free veut rentabiliser. L'
introduction en bourse de la maison mère -Iliad- sera un succès. Qui cache
de profonds désenchantements chez un nombre croissant de clients fidèles, s'
étant lancés dans l'aventure Adsl à moins de trente euros dès le dernier
trimestre 2002. On grommelle, avant de crier. Les déconnections. Les
fameuses FreeBox promises, cette fois, à grand renfort de publicité, soit ne
sont pas livrées, soit ne fonctionnent pas. La ligne directe dédiée aux
clients, qu'on paye au prix fort, aboutit à des intervenants débordés et
sous informés, incapables de répondre efficacement aux demandes plus
pressantes chaque mois. Les réactions de défense des équipes dirigeantes
étonnent le grand public par leur morgue et leur impolitesse, aux frontières
de l'insulte. Les délais ne sont pas tenus.

L'incompréhension grandit entre clients qui se sentent floués et le
prestataire de service, incapable de satisfaire sa clientèle à hauteur de
ses exigences. Free clame à qui veut l'entendre qu'elle est toujours
pionnière. La belle affaire quand Neuf Telecom, Alice (Telecom Italia) se
lancent eux aussi dans l'aventure de la téléphonie via l'Adsl. La télévision
par l'Adsl, un argument de poids ? Les opérateurs télévisuels Tps, Canal
Satellite annoncent qu'elles ont mis sur le marché leur propre produit.
Appuyés par des moyens et des technologies bien plus amples que ce que Free
pourra jamais proposer. Les chaînes proposées par Free font rire dans le
landerneau télévisuel. En clair, celles du groupe Ab, sont pain béni pour la
concurrence qui n'en attendait pas tant pour gloser sur une offre aussi
pauvre.

Le déménagement des environs d'une faculté leader et innovante -Paris
Dauphine- vers ceux d'une église -la Madeleine- célèbre pour ses messes d'
enterrement, est assez révélateur de ce que devient Free : une entreprise
qui voulait, de rainette, devenir bison.




PallMall
Le #1387959
Dans l'article
Le déménagement des environs d'une faculté leader et innovante -Paris
Dauphine- vers ceux d'une église -la Madeleine- célèbre pour ses messes d'
enterrement, est assez révélateur de ce que devient Free : une entreprise
qui voulait, de rainette, devenir bison.



Mais si vous n'êtes pas content : résiliez et allez voir un autre FAI !


C'est comme ca qu'on t'a appris a traiter le client chez Free Brina ?


Tom Olivey
Le #1387958
PallMall wrote:
Dans l'article
Le déménagement des environs d'une faculté leader et innovante
-Paris Dauphine- vers ceux d'une église -la Madeleine- célèbre pour
ses messes d' enterrement, est assez révélateur de ce que devient
Free : une entreprise qui voulait, de rainette, devenir bison.



Mais si vous n'êtes pas content : résiliez et allez voir un autre
FAI !


C'est comme ca qu'on t'a appris a traiter le client chez Free Brina ?


C'est justement contre ça que je veux lutter ! Et je compte bien les faire
plier !



Webatou
Le #1387957
"PallMall" a écrit dans le message de news: ...
Bien vu.


Par contre, quoter tout le texte pour répondre ça, c'est mal vu ;-)

François Lopes
Le #1168276
"Raphaël Ader" news:406ca72d$0$14173$

« Libre ». Dans le paysage internet français, Free faisait figure de
symbole. L'enfant naît à la fin des années 90, sans hautbois ni musettes.
Face aux Nomade, Libertysurf, Freesurf, Oreka, Club-Internet, Free joue
les

intrus. Pas de publicité, pas d'argent, la bouche-a-oreille. Le canard
noir

des FAI fait son nid sans gêner la concurrence qui lutte pour survivre sur
un modèle économique déjà dépassé. Quand le haut débit apparaît en France,
Wanadoo double ses concurrents en jouant sur ses atouts de mastodonte.
Encore une fois, Free fait le dos rond, laisse passer le typhon, son oil
et

sa chute. Le précurseur ne veut pas laisser sa part au chien. Se
positionne

sur un marché porteur et casse les prix.

Free gagne la bataille de l'image, toujours sans foin excessif, ce qui
plaît

dans ce monde alternatif. Mais bien vite, ce lavis se craquelle. De
débonnaire, les clients perçoivent un opérateur fermé, agressif, sans réel
appui technologique face aux multiples problèmes qu'ils subissent.
Quelques

papiers de presse ne suffisent toutefois pas à entamer le crédit énorme
accumulé au cours des ans, qui ont vu tous ses concurrents sur le marché
du

« gratuit » passer à la trappe. Un succès que Free veut rentabiliser. L'
introduction en bourse de la maison mère -Iliad- sera un succès. Qui cache
de profonds désenchantements chez un nombre croissant de clients fidèles,
s'

étant lancés dans l'aventure Adsl à moins de trente euros dès le dernier
trimestre 2002. On grommelle, avant de crier. Les déconnections. Les
fameuses FreeBox promises, cette fois, à grand renfort de publicité, soit
ne

sont pas livrées, soit ne fonctionnent pas. La ligne directe dédiée aux
clients, qu'on paye au prix fort, aboutit à des intervenants débordés et
sous informés, incapables de répondre efficacement aux demandes plus
pressantes chaque mois. Les réactions de défense des équipes dirigeantes
étonnent le grand public par leur morgue et leur impolitesse, aux
frontières

de l'insulte. Les délais ne sont pas tenus.

L'incompréhension grandit entre clients qui se sentent floués et le
prestataire de service, incapable de satisfaire sa clientèle à hauteur de
ses exigences. Free clame à qui veut l'entendre qu'elle est toujours
pionnière. La belle affaire quand Neuf Telecom, Alice (Telecom Italia) se
lancent eux aussi dans l'aventure de la téléphonie via l'Adsl. La
télévision

par l'Adsl, un argument de poids ? Les opérateurs télévisuels Tps, Canal
Satellite annoncent qu'elles ont mis sur le marché leur propre produit.
Appuyés par des moyens et des technologies bien plus amples que ce que
Free

pourra jamais proposer. Les chaînes proposées par Free font rire dans le
landerneau télévisuel. En clair, celles du groupe Ab, sont pain béni pour
la

concurrence qui n'en attendait pas tant pour gloser sur une offre aussi
pauvre.

Le déménagement des environs d'une faculté leader et innovante -Paris
Dauphine- vers ceux d'une église -la Madeleine- célèbre pour ses messes d'
enterrement, est assez révélateur de ce que devient Free : une entreprise
qui voulait, de rainette, devenir bison.


Joli...

Ca vaut le coup d'être lu surtout comparé aux infames torchons habituels du
type "FREE SA PUE ET SA MARCHE PA!!!!! AU SECOURRRRR! VOLEURS! ESCROCS!
REMBOURSEZ MOAAAAA!"...

Personnellement, j'ai beau ne pas être un as du Marketing, j'ai souvent
maintenu la these et l'hypothese que le succès de Free etait en partie dû
a... son nom.

Quand on y pense; Free c'est simple a retenir, c'est synonyme de légereté,
simplicité, facilité et biensur liberté. De plus, depuis le début des années
90 la France est tellement envahie par les termes anglophones, que de nos
jours même un non-informaticien du find fond de sa cambrousse sait ce que
veut dire le mot Free ou encore comment le prononcer...

Bref, sur ce coup là, bravo ProXad et bravo surtout les
boulets^H^H^H^Hmarketteux d'Iliad, bien joué Messieurs.

--
François Lopes.

Publicité
Poster une réponse
Anonyme