Quand on veut s'attaquer aux insectes : on s'équipe.

Le
benoit
Bonjour,


Ayant de grosses abeilles solitaires noires dans le coin, j'ai décidé
d'attaquer ce sujet avec du focus stacking sans flinguer la bestiole. La
raison première est que lorsqu'un insecte trépasse, il se recroqueville.
Dans ce cas on peut essayer de le redresser en l'humidifiant pour
ensuite le laisser sécher dans une position « normale ». i) Je n'ai pas
de microscope ni d'aiguille assez fine pour ce faire et ii) je n'ai pas
les doigts assez précis.

Un insecte au frigo se positionne « normalement » debout et passse en
mode dodo. Si on le met dans le congélo on a une boule, si on le sort du
frigo : il se réveille en quelques secondes et se casse il faut avouer
qu'il fait chaud ces derniers temps..

Donc, le gars Benoît se lance dans le MacGyverisme :

Matériel :
1. Transormer un filet à crevette (j'ai) en filet à papillon avec du
voilage, que je n'ai pas encore, mais la boutique rouvre) ;
2. Une fois le sujet attraper, le mettre dans un bocal en verre*
retourné sur une plaque de verre anti-reflet ;
3. Faire un paquet de glaçons dans le congélo ;
4. Trouver une boîte isolante (polystyrène expansé) ;
5. Éclairage le moins calorifique que possible.

Lieux :
1. Le jardin pour chopper la bête ;
2. Le frigo pour l'endormir ;
3. Installer le studio dans un lieu le plus frais possible (la cave) et
le moins d'aération, vent, qui soit.

Actions :
1. Choper la bête ;
2. Quelques heures au frigo ;
3. Remplir la boîte isolante de glaçons à -25°C ;
4. Poser la bête sur sa plaque au ras des glaçons ;
5. Shooter, shooter, shooter
6. Amener le matériel dans le jardin et la bidule s'envole.

Commentaires ? Conseils à ce sacré Benoît qui réinvente l'eau chaude ?


* Plus le bocal est petit, plus l'effet est rapide puisque l'air est un
excellent isolant thermique.

--
Vie : n.f. maladie mortelle sexuellement transmissible
Benoît chez leraillez.com
Vos réponses Page 1 / 10
Trier par : date / pertinence
M.H
Le #26547506
Stephane Legras-Decussy a écrit le 28/05/2020 à 16:30 :
taille capteur
distance du sujet
focale
diaph
tu peux inventer n'importe quelle formule optique d'objectif, ça ne
changera rien... c'est juste ces 4 paramètres

Travaux pratiques : simulateur de DOF
https://dofsimulator.net/en/
--
M.H.
René
Le #26547367
Le mercredi 27 mai 2020 13:36:20 UTC-4, Benoît a écrit :
Bonjour,
Ayant de grosses abeilles solitaires noires dans le coin, j'ai décid é
d'attaquer ce sujet avec du focus stacking sans flinguer la bestiole. La
raison première est que lorsqu'un insecte trépasse, il se recro queville.
Dans ce cas on peut essayer de le redresser en l'humidifiant pour
ensuite le laisser sécher dans une position « normale ». i ) Je n'ai pas
de microscope ni d'aiguille assez fine pour ce faire et ii) je n'ai pas
les doigts assez précis.
Un insecte au frigo se positionne « normalement » debout et pas sse en
mode dodo. Si on le met dans le congélo on a une boule, si on le sor t du
frigo : il se réveille en quelques secondes et se casse il faut avou er
qu'il fait chaud ces derniers temps..
Donc, le gars Benoît se lance dans le MacGyverisme :
Matériel :
1. Transormer un filet à crevette (j'ai) en filet à papillon av ec du
voilage, que je n'ai pas encore, mais la boutique rouvre) ;
2. Une fois le sujet attraper, le mettre dans un bocal en verre*
retourné sur une plaque de verre anti-reflet ;
3. Faire un paquet de glaçons dans le congélo ;
4. Trouver une boîte isolante (polystyrène expansé...) ;
5. Éclairage le moins calorifique que possible.
Lieux :
1. Le jardin pour chopper la bête ;
2. Le frigo pour l'endormir ;
3. Installer le studio dans un lieu le plus frais possible (la cave) et
le moins d'aération, vent, qui soit.
Actions :
1. Choper la bête ;
2. Quelques heures au frigo ;
3. Remplir la boîte isolante de glaçons à -25°C ;
4. Poser la bête sur sa plaque au ras des glaçons ;
5. Shooter, shooter, shooter...
6. Amener le matériel dans le jardin et la bidule s'envole.
Commentaires ? Conseils à ce sacré Benoît qui réinven te l'eau chaude ?
* Plus le bocal est petit, plus l'effet est rapide puisque l'air est un
excellent isolant thermique.
--

Aller voir ton chirurgien ou ton "dealer"
Subtiliser, voler ou acheter un peu de Fentanyl
Préparer une goutte pour ta bête assoiffée
Elle restera gentille le temps de la pose
Pour le dosage il te faudra quelques essais
René
P.S.: Déconseillé de te prendre pour la bête et de prendre t oi-même la dose!
benoit
Le #26547381
René
Aller voir ton chirurgien ou ton "dealer"
Subtiliser, voler ou acheter un peu de Fentanyl
Préparer une goutte pour ta bête assoiffée
Elle restera gentille le temps de la pose
Pour le dosage il te faudra quelques essais
René
P.S.: Déconseillé de te prendre pour la bête et de prendre toi-même la dose!

Ce ne serait pas le contraire ? Lui filer ma dose.
En tout cas, je retiens. Ça me donne envie de tester des somnifères
autres que le froid.
--
Vie : n.f. maladie mortelle sexuellement transmissible
Benoît chez leraillez.com
Thierry Houx
Le #26547382
Le 27/05/2020 à 19:36, Benoît a écrit :
Bonjour,
Ayant de grosses abeilles solitaires noires dans le coin, j'ai décidé
d'attaquer ce sujet avec du focus stacking sans flinguer la bestiole. La
raison première est que lorsqu'un insecte trépasse, il se recroqueville.
Dans ce cas on peut essayer de le redresser en l'humidifiant pour
ensuite le laisser sécher dans une position « normale ». i) Je n'ai pas
de microscope ni d'aiguille assez fine pour ce faire et ii) je n'ai pas
les doigts assez précis.
Un insecte au frigo se positionne « normalement » debout et passse en
mode dodo. Si on le met dans le congélo on a une boule, si on le sort du
frigo : il se réveille en quelques secondes et se casse il faut avouer
qu'il fait chaud ces derniers temps..
Donc, le gars Benoît se lance dans le MacGyverisme :
Matériel :
1. Transormer un filet à crevette (j'ai) en filet à papillon avec du
voilage, que je n'ai pas encore, mais la boutique rouvre) ;
2. Une fois le sujet attraper, le mettre dans un bocal en verre*
retourné sur une plaque de verre anti-reflet ;
3. Faire un paquet de glaçons dans le congélo ;
4. Trouver une boîte isolante (polystyrène expansé...) ;
5. Éclairage le moins calorifique que possible.
Lieux :
1. Le jardin pour chopper la bête ;
2. Le frigo pour l'endormir ;
3. Installer le studio dans un lieu le plus frais possible (la cave) et
le moins d'aération, vent, qui soit.
Actions :
1. Choper la bête ;
2. Quelques heures au frigo ;
3. Remplir la boîte isolante de glaçons à -25°C ;
4. Poser la bête sur sa plaque au ras des glaçons ;
5. Shooter, shooter, shooter...
6. Amener le matériel dans le jardin et la bidule s'envole.
Commentaires ? Conseils à ce sacré Benoît qui réinvente l'eau chaude ?
* Plus le bocal est petit, plus l'effet est rapide puisque l'air est un
excellent isolant thermique.

Avant d'en arriver là, sans torturer de bête, pourquoi pas essayer de
shooter en proxy avec un bon zoom, ça donnera un (léger) plus de
profondeur de champ ?
Sinon, le stacking ça marche bien avec les fleurs.
efji
Le #26547383
Le 28/05/2020 à 07:48, Thierry Houx a écrit :
Avant d'en arriver là, sans torturer de bête, pourquoi pas essayer de
shooter en proxy avec un bon zoom, ça donnera un (léger) plus de
profondeur de champ ?

J'ai rien compris
--
F.J.
Thierry Houx
Le #26547385
Le 28/05/2020 à 08:12, efji a écrit :
Le 28/05/2020 à 07:48, Thierry Houx a écrit :
Avant d'en arriver là, sans torturer de bête, pourquoi pas essayer de
shooter en proxy avec un bon zoom, ça donnera un (léger) plus de
profondeur de champ ?

J'ai rien compris

Avec un objectif macro, la profondeur de champ est extrêmement limitée.
En utilisant un zoom pour photographier de petites bêtes, on a un
grossissement certes moins important mais on a une profondeur de champ
un peu plus importante (ce qui est recherché en empilant des photo en
faisant du stacking). Si on a assez de définition, on peut ensuite faire
un crop pour grossir le sujet.
Jean-Pierre Roche
Le #26547387
Le 28/05/2020 à 08:25, Thierry Houx a écrit :
Avec un objectif macro, la profondeur de champ est
extrêmement limitée.
En utilisant un zoom pour photographier de petites bêtes, on
a un grossissement certes moins important mais on a une
profondeur de champ un peu plus importante (ce qui est
recherché en empilant des photo en faisant du stacking). Si
on a assez de définition, on peut ensuite faire un crop pour
grossir le sujet.


Ton raisonnement est foireux... Les lois de la physique ne
changent pas que l'optique utilisée soit un zoom ou une
focale fixe, macro ou pas ! Le comportement de certaines
optiques peut en donner l'impression mais ce n'est qu'une
illusion.
--
Jean-Pierre Roche
efji
Le #26547386
Le 28/05/2020 à 08:25, Thierry Houx a écrit :
Avec un objectif macro, la profondeur de champ est extrêmement limitée.

Le mot "macro" ne modifie pas la profondeur de champ :)
Ce sont juste les lois de la physique.
--
F.J.
Ghost-Raider
Le #26547388
Le 27/05/2020 à 19:36, Benoît a écrit :
Bonjour,
Ayant de grosses abeilles solitaires noires dans le coin, j'ai décidé
d'attaquer ce sujet avec du focus stacking sans flinguer la bestiole. La
raison première est que lorsqu'un insecte trépasse, il se recroqueville.
Dans ce cas on peut essayer de le redresser en l'humidifiant pour
ensuite le laisser sécher dans une position « normale ». i) Je n'ai pas
de microscope ni d'aiguille assez fine pour ce faire et ii) je n'ai pas
les doigts assez précis.
Un insecte au frigo se positionne « normalement » debout et passse en
mode dodo. Si on le met dans le congélo on a une boule, si on le sort du
frigo : il se réveille en quelques secondes et se casse il faut avouer
qu'il fait chaud ces derniers temps..
Donc, le gars Benoît se lance dans le MacGyverisme :
Matériel :
1. Transormer un filet à crevette (j'ai) en filet à papillon avec du
voilage, que je n'ai pas encore, mais la boutique rouvre) ;
2. Une fois le sujet attraper, le mettre dans un bocal en verre*
retourné sur une plaque de verre anti-reflet ;
3. Faire un paquet de glaçons dans le congélo ;
4. Trouver une boîte isolante (polystyrène expansé...) ;
5. Éclairage le moins calorifique que possible.
Lieux :
1. Le jardin pour chopper la bête ;
2. Le frigo pour l'endormir ;
3. Installer le studio dans un lieu le plus frais possible (la cave) et
le moins d'aération, vent, qui soit.
Actions :
1. Choper la bête ;
2. Quelques heures au frigo ;
3. Remplir la boîte isolante de glaçons à -25°C ;
4. Poser la bête sur sa plaque au ras des glaçons ;
5. Shooter, shooter, shooter...
6. Amener le matériel dans le jardin et la bidule s'envole.
Commentaires ? Conseils à ce sacré Benoît qui réinvente l'eau chaude ?
* Plus le bocal est petit, plus l'effet est rapide puisque l'air est un
excellent isolant thermique.


Remarques sur cette méthodologie :
Le 2. du Matériel serait à sa place dans les Actions, mais c'est un détail.
Plus important, toujours dans ce 2. : comment extirper l’abeille du
filet à crevettes sans se faire piquer ou l'endommager ?
Le but de toutes ces manœuvres compliquées semble être d'immobiliser
l'abeille sans la tuer pour pouvoir en prendre une photographie nette en
empilant plusieurs photos prises à des distances différentes.
Le seul point que je retiendrai de cette méthode est l'utilisation d'un
récipient en verre pour capturer l'insecte à l'aide d'un appât et pour
le maintenir emprisonné, tout le reste est inutile.
Même l'abeille la plus turbulente se reposera de temps en temps et le
récipient en verre permet d'installer l'appareil sur pied.
Exemple d'une Leptoglossus occidentalis - Punaise américaine ou Punaise
du Pin, égarée dans mon bureau, non empilée :
https://www.cjoint.com/doc/20_05/JECg212u2Z6_D7000-28598-001-2-.JPG
--
Et c'est ainsi que MELMOTH est infiniment Grand !
efji
Le #26547390
Le 28/05/2020 à 08:58, Ghost-Raider a écrit :
Le but de toutes ces manœuvres compliquées semble être d'immobiliser
l'abeille sans la tuer pour pouvoir en prendre une photographie nette en
empilant plusieurs photos prises à des distances différentes.

Si j'ai bien compris, le but n'est pas d'être gentil avec la bestiole
mais qu'elle ait un look agréable et non recroquevillé comme un cadavre.
Je n'y connais absolument rien en bestioles, mais il me semble que c'est
un peu optimiste. Personnellement, si on me met à poil dans un
congélateur, je ne pense pas garder mon port altier qui exhibe un corps
d'athlète parfait, mais plutôt me recroqueviller en boule toute moche.
il n'y a pas de raison que l'abeille n'agisse pas comme moi.
--
F.J.
Publicité
Poster une réponse
Anonyme